Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 11:21
La logique abstentionniste

On fait tous son petit bonhomme de chemin ! 

 
Avant, j'étais plus jeune, avant j'avais plus de cheveux, avant mon analyse politique se bornait à ce que pouvait bien en dire les médias, la télé....

Je regardais les émissions politiques, je m'informais sur les dernières tendances en vogue, et même, je votais.
J'ai voté jusqu'en 2007 il me semble, mais je ne suis quand même pas allé jusqu'à militer ou m'engager dans un parti politique, il ne faut pas exagérer !
Disons que durant ma jeunesse malhabile, je suis allé visiter l'une ou l'autre échoppe, officielle ou pas, et qu'en moyenne, j'y tenais une heure ou deux avant d'avoir des envies de meurtre.

Le sentiment le plus marquant qui me fut hérité de cette expérience tien en une phrase : "C'est marrant comment les petits imitent les grands, les moins connus imitent ceux qu'ils connaissent".

Un débat entre militants au sein d'une réunion de parti politique, ça ressemble vachement aux débats que vous pouvez voir à la télévision. Les leaders charismatiques, les apparatchiks de la forme, du bon mot, les suiveurs bovins, tout un étalonnage de positionnement social au sein d'un groupe, mais au final, pas vraiment d'idéologie, de philosophie des choses adaptées à un pragmatisme d’application éventuel pour le monde des humains. Non, seulement des gens qui parlent, avec dans le tas, certains qui ont une plus grande gueule que d'autres et d'autres, à qui on accorde plus la parole et le crédit que d'autres. Ils parlent de positionnement social des personnes dans leur groupe, de positionnement social de leur groupe au sein des autres groupes, avec en toile de fond, les petits problèmes locaux quotidiens et les grands thèmes médiatiques du moments. Pour étudier ça, pas de doute, c'est à des sociologues qu'il faut faire appel.
 
Bêtement, je m'étais dis que la fonction des gens qui font de la politique était de faire de la politique, tout comme la fonction du maçon est de monter des murs.

Pour en revenir aux fondamentaux, je suis allé voir dans le Larousse ce que signifiait "politique" :

  • Relatif à l'organisation du pouvoir dans l'État, à son exercice : Institutions politiques.
  • Relatif à une conception particulière du gouvernement, des affaires publiques : Opinions politiques. Partis politiques.
  • Relatif à ceux qui détiennent ou qui veulent détenir le pouvoir dans l'État, l'exercer : Carrière politique. Les milieux politiques.
  • Se dit d'une manière d'agir avec autrui habile, judicieuse, diplomate et calculé

 

Donc pour que ces réunions se définissent comme "politiques", il est nécessaire qu'elles soient inscrites dans le cadre d'institutions politiques (ici les partis, le régime des partis; l'organisation politique de la cinquième république française...), ou qu'elles traitent des institutions politiques elles-mêmes (ce qui est quand même très rarement le cas dans ce genre de réunions), ou encore en poussant un peu plus, qu'elles traitent d'évolution éventuelles, voir de changements de ces dites institutions, socle d'un pouvoir certain sur les masses, les gens, les citoyens, qu'ils y comprennent quelque chose ou pas. Effectivement, peu de ces politiciens en herbe en viennent à remettre en cause les cadres qui régissent leurs activités politiques. Dans ces cadres, il y les institutions, la distribution des pouvoirs, la sacrosainte constitution, mais aussi la façon dont fonctionnent les partis, leur parti et même la réunion à laquelle ils participent. Il peut toutefois arriver, presque par miracle, qu'il y ai des remises en cause de la sorte au sein des organisations politiques dans le cadre de leurs activités intestines. A ce moment là, le plus souvent, l'individu récalcitrant aura un choix très manichéen à faire : soit il choisira la solution de quitter la structure politique à laquelle il participe, afin d'être en adéquation avec ses convictions, soit de revoir ses convictions à la baisse, afin de continuer à exercer ses activités politiques dans le cadre de la structure dans laquelle il tien à rester. Ce type de personnes justifient souvent cette prise de position par une volonté de "changer le système de l'intérieur". Je dirais plutôt qu'ils se sont fait couillonner commercialement dans leur "négociation de valeur, d'intégrité", mais ce n'est que mon opinion.

 

Pour que ces réunions soient définies comme politiques, il convient également qu'elles traitent des affaires publiques. Fatalement, ces affaires publiques seront relatives au traitement qui en est fait dans les médias, bien souvent à la solde d'un pouvoir totalitaire, rédacteur en chef des informations dignes d'être traitées et diffusées. De ces affaires publiques, découleront des opinions politiques sur elles, opinions propres aux différents partis, mais souvent identiques entre tous ceux-ci. Dans le système politique actuellement en place, mon avis est que l'on donne une certaine "illusion du choix", entre différentes opinions "façades", dont la subtilité des différences, n'a d'égale que le manque d'utilité des sujets sur lesquels ces opinions se fixent. En résumé, quand on fout du blé pourri dans son moulin, on a peu de chance de faire quelque chose de la farine qui en sortira. Cependant, on peut toujours en faire un objet de rite religieux..."Sainte farine, priez pour nous..."

 

La politique est toute relative à ceux qui détiennent le pouvoir politique, ou qui le convoite. Les carrières politiques au sein des milieux politiques, politico-médiatiques, politico-économiques, politico-financiers, tendent à faire vivre dans une sorte de bulle dirigeante, les gens qui nous dirigent. Ces gens auront tendance à mener des politiques allant dans l'intérêt de leur classe, souvent très divergent avec les intérêts de ceux, bien plus nombreux, qui sont sensés leur donner une majorité aux élections, afin qu'ils puissent continuer leur carrière politique. D’où ici, l'intérêt d'un discours convainquant des politiciens, bénéficiant d'une diffusion systématique, afin de persuader les masses que leurs intérêts sont les mêmes que ceux de la caste qui les dirige. Ceci est une parti essentielle et fondamentale de la fonction politique au sein de la société actuelle. A la manière de commerçants, l'intérêt des politiciens est de vendre leur produit, bien que ce produit n'ai pas une réelle utilité pour son consommateur. Cependant, pour continuer a écouler les stock, il convient de convaincre le consommateur que le produit lui est essentiel. Le produit vendu ici, est la carrière politique du politicien et dans une plus grande mesure, un système politique totalitaire, masqué sous les oripeaux de "l'illusion démocratique". Si toutefois la carrière politique du politicien venait à s'arrêter, sa reconversion se ferait rapidement au sein des ailes économiques, financières, ou médiatiques de la caste à laquelle ils appartiennent. Donc ne vous inquiétez pas ! 

 

La politique, c'est agir, agir comme on l'entend souvent, "pour le bien commun", avec une certaine variabilité en ce qui concerne la taille ou le contenu de ce dit "commun".

 

En bilan personnel concernant ces petites réunions politiques, à la vu de ma très petite expérience au sein de celles-ci, je dirais que ces gens font de la politique, de la politique issu de la définition que la société en a. La définition que la société aurait de la politique, serait bien grandement influencée par les institutions qui la dirige, institutions ayant vocation à faire fermer leur gueule bien comme il faut aux politiciens et à l'ensemble des membre de la société soumis à ce régime institutionnel.
 
Voyant cela et c'est certainement une conclusion hâtive que mon côté impatient m'a influencé à avoir, je me suis dis que ce n'est pas dans ce genre de groupe (de réunion politiques eptties ou grandes), que l'on trouvera une quelconque remise en cause d'un système de fonctionnement politique. Non, eux, c'est plutôt le style "la tête dans le guidon" et vas'y qu'il faut se grouiller de réagir le premier à une info qu'on nous fout dans le bec, ou à une ambition éventuelle d'un "camarade" de prendre sa place sociale au sein du groupe des "libres penseurs à qui on écrit les discours". 
 
Dans ce monde merveilleux, j'ai décidé de ne plus foutre les pieds. Dans les urnes électorales, j'ai décidé de ne plus foutre mon malheureux bulletin de vote. J'ai décidé cela pour moi, j'ai décidé de donner mon avis là dessus, je ne tien pas à décider pour vous, ou à vous forcer à consulter mes avis, ni à leur apporter votre crédit. 
 
Et pourtant, par je ne sais quel fascisme moral, nombreux sont ceux d'entre vous qui ont l'air d'avoir envie de décider pour moi...(Décidément, tenter d'imposer sa morale à autrui parait être une activité en vogue de nos jours !) Du moins, de nous juger, moi et les abstentionnistes convaincus, réfléchis, comme non éligibles à donner leur avis sur quoi que ce soit concernant la politique du pays dans lequel la bonne morale de la religion du système nous convierait à participer aux rites religieux de son système politique. Serait-il donc possible d'avoir un avis politique et des commentaires à faire sur la façon dont fonctionne la société politique, sans pour autant prendre part à cette mascarade électorale, cette mascarade citoyenne ?
 
Comme ils disent, "si on ne vote pas, on perd le droit de donner son avis". Si l'on se dit que dans la tête de ceux qui proclament cela, on ne peut donner son avis politiquement qu'en votant comme un bon toutou, effectivement, je comprends l'invective. De mon côté, je peux toujours vous invectiver en rétorquant que vous êtes autant citoyen de mon cul, que citoyen dans votre foutu pays et que vous n'avez pas plus de pouvoir d'action politique en votant, qu'en ne votant pas, comme moi. Alors qu'est-ce qui m'enlève le droit de donner mon avis ? Le fait d'affirmer ne pas être en accord avec le fonctionnement de nos institutions ? Le fait d'affirmer mon émancipation d'une certaine religion citoyenne, voir patriotique ?
Si l'on est pas d'accord avec la façon dont fonctionne le régime politique qui nous régit, doit-on être obligé d'y participer en le créditant de son vote, dans la mesure ou ce dernier n'est pas obligatoire ?
S'il était obligatoire, j'irais voter blanc de manière contrainte. Tant qu'on ne me contraint pas pour ceci, je tien à garder cette petite liberté qu'il me reste de ne pas voter. Les élections passées, je subirais comme tout le monde les décisions politiques prises. 
 
 
Ce que pensent la plupart des gens qui votent, c'est que leur petit bout de papier, le choix en matière de candidat qu'ils ont fait, changera quelque chose à leur petite destinée et à la destinée globale concernant l'endroit ou ils votent. Je pense que non, que cela ne changera rien, que le vote est un folklore décoratif.


Admettons que les votes soient réellement pris en compte, ce dont je doute, demandons nous quelle est la réelle connaissance politique des institutions, que les gens qui votent ont...Pas grand chose à mon avis, il suffira qu'un candidat parle mieux qu'un autre, passe plus à la télé qu'un autre, ai moins d'affaires judiciaires sur le dos qu'un autre et il sera plus élu qu'un autre, qu'importe son discours, son idéologie, son parti. Si le système politique et les puissants qui le dirigent ont décidé de faire élire un homme, un parti, il sera élu. Il sera élu et fera la même chose que le précédent, même s'il n'est pas du même "bord politique".
Quelles connaissances ont les gens qui votent des gens pour qui ils votent ? Aucune, voir très peu au niveau local. Le principe du système représentatif, c'est qu'on fout une liste de notables devant les yeux des électeurs, puis on en fout une autre et une autre. On leur dit "alors, voilà, vous avez le pouvoir, c'est vous qui devez choisir". Si quelqu'un d'un peu naïf arrive en disant, je veux que mon pote se présente, je le connais, je lui fais confiance et même si tout un groupe le soutien, cette personne ne sera jamais élue et la plupart du temps, ne pourra même pas se présenter. C'est quand même pas les gens qui vont décider pour qui ils votent quand même ! 
 
Moi, tant que c'est comme ça, vous pouvez courir pour que je vote ! Vous pouvez aussi courir pour que je ne donne pas mon avis sur ce système qui n'a rien, mais rien de rien de démocratique. Je ne suis pas forcément un fan de la démocratie, mais ce système politique là se clame à tout va, démocratique. C'est faux ! 
 
Récemment, un mec issu de ces systèmes partisans m'a dit ceci, lors d'un partage d'une vidéo relatant un discours d'Etienne Chouard : 
 
"ah ah, le problème ce sont les partis, ça me fait toujours rire. Ces types qui disent des vérités sans jamais les appliqués. Qu'ils essayent de monter un truc avec des humains, on en reparle après. C'est qu'en on a le pouvoir qu'on sait qui on est. Gérer, maitre en place, organiser font fondre tous les principes. C'est au pouvoir que l'extrême gauche ou droite sont dangereuses et se permette des choses, montre leur vraie nature. Souvent c'est pour diriger, la question c'est faire société et créer du commun. Jamias se salire les mains, rester dans son fauteuil, parler de loin, j'appelle ça des discours de clown. La réalité est toujours si loin de ce que ces gars disent. bref, ce sont des discours qui ne font pas avancer grands chose de positif."
 
En gros, nous on agit et quand on agit, on voit bien que la réalité nous oblige à revoir nos idéalismes à la baisse...J'aurais tendance à dire, à la grande baisse, voir à les faire se comporter comme des connard dès le moindre petit pouvoir venu. 
 
Il rajoute que c'est facile de critiquer en restant dans son fauteuil. C'est vrai qu'on ne change rien en restant dans son fauteuil à critiquer. L'autre problème est qu'en participant aux institutions politiques partisanes, à part se faire sa petite carrière perso, on ne change rien non plus à la vie des gens, à la société...Ce sont des postes fantoches de cadres commerciaux se faisant élire grâce à leur sens du marketing et se faisant parachuter à un poste par leur boite grâce à un sens aigu du suçage de boule de leurs cadres dirigeants. 
 
J'ai donc répondu ceci : 
 
""C'est qu'en (quand ?) on a le pouvoir qu'on sait qui on est. Gérer, maitre (lapsus ?) en place, organiser font fondre tous les principes." Dans le système politique en vigueur actuellement, cette phrase est criante de vérité à mon avis. Certains militants, partisans, s'engagent au sein de notre système représentatif partisan, avec des idéologies sincères. Bien rapidement, ils sont confrontés à "la réalité", que j'appellerais "réalité religieuse" qu'on a de cesse de leur balancer comme une réalité inéluctable, irréfutable. Alors certains idéalistes partisans se conformeront aux lois "politiques" en vigueur, au sein des partis politiques en vigueur. Ces "lois", ou manière dont les partis et le système représentatif fonctionne, dictées au sein des partis politiques, se chargeront de conformer les nouveaux arrivant anciennement idéalistes, afin que ces derniers aillent gentillement conformer d'autres ouailles électives à des discours façades cachant la forêt du pouvoir des plus puissants. Mais chacun sa religion après tout, il n'est point nécessaire de vouloir y obliger les autres, de vouloir les convaincre, pas forcément. Certains ont foi en ce système politique, ils sont croyant en sa pérennité, son inéluctabilité et font vœux que tout ce qui se passerait de "réel" en ce bas monde, ne se ferait qu'avec les codes de leurs propres croyances. D'autres, comme moi, ont des croyances différentes...Certains pensent parfois qu'il conviendrait de laisser les religions aux religieux et traiter des choses plus rationnelles comme de "faire société et créer du commun" entre personnes adultes, rationnelles et sereines. Certains croient que l'on trouve très peu de ces personnes au sein des castes dirigeantes des partis politiques actuels et voudraient changer la donne pour traiter avec des personnes, qui bien que confrontées à un certain pouvoir, ne s'en comporterait pas pour autant comme des connards finis (sentiment pouvant être inspirer par un certain bilan que l'on pourrait faire de ce système politique tant en France, que dans le monde, au vu de la situation sinistre d'une grande majorité, dont je souhaite à tous les français qui votent de faire parti un jour). Alors il y en a, qui comme Etienne Chouard (ou moins intéressant moi même), ne font que bavasser et n'agissent jamais au sein de notre bon vieux système politique partisan. Nous ne faisons effectivement que des "discours de clown" dénonçant le fascisme étatique auquel d'autres, eux, préfèrent participer activement. L'un ne vaut certainement pas mieux que l'autre. Nous voilà bien avancé. Disons que la diffusion de ce genre d'idées grâce à Internet, réseau pas encore tout à fait contrôlé par nos chers directeurs de marketing élus, a pour intérêt de proposer d'autres discours, d'autres idées, de présenter d'autres éventualités, d'autres paradigmes de pensée que ceux en vigueur faisant quasi force de loi par les temps qui courent. Je dirais que c'est ça qui est positif dans ce genre de discours. Qu'on puisse penser qu'il ai tort ou raison (je pense ici qu'il a raison, mais je ne connais pas toutes ses œuvres...), son discours "de clown" a au moins l'intérêt de montrer autre chose que les discours officiels d'une société fasciste. (Le fait que l'on vive au sein d'une société fasciste et totalitaire est une croyance à moi et apparemment à Mr Chouard, croyance à laquelle j'ai la vertu de n'obliger personne...Mais bon de temps en temps, je donne mon avis sur des plates formes dont je n'oblige pas la lecture...Ah, si toutes les croyances religieuses avaient la même politesse !)"
 

Partager cet article

Repost 0
Published by GUSTAVSON's BLOG
commenter cet article

commentaires

serrurier paris 75001 20/12/2014 20:10

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.

Cordialement

dépannage serrurerie paris 19/12/2014 16:45

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.

Cordialement

serrurerie paris 18eme 14/12/2014 03:20

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.

Cordialement

Présentation

  • : Gustavson 's Blog
  • Gustavson 's Blog
  • : Le Gustavson 's Blog, c'est la vision de Gustavson, auteur-compositeur, sur le monde qui nous entoure. Articles, chansons militanto graveleuses et bien plus encore voilà ce qui vous attend sur ce portail. Chaque jour des nouveautés et des impressions à chaud sur l'actualité de notre beau monde égalitariste... Revendicateur, contradicteur, héros de l'absurde ou simple curieux, soyez les bienvenus !
  • Contact

Recherche