Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2016 7 21 /02 /février /2016 17:51

II Les institutions

 

Observons un peu plus en détails les institutions détentrices officielles des pouvoirs de coercition légitime. Elles gèrent et vous exécutez, avec votre mutuel consentement, bien évidemment. Comment le consentement s’obtient, c’est une autre histoire. Le consentement par le conditionnement…On n’irait pas vous forcer quand même ! Cette petite nuance fait toute la différence entre un pouvoir totalitaire et un pouvoir totalitaire qui ne dit pas son nom.

 

 

Je ne vote pas et je vous emmerde ! :

 

Moi je ne vote pas, il m'arrive parfois de zapper sur un ou deux débats, de passer voir quelques conférences ou autres, soutenant tel ou tel candidat aux présidentielles françaises, mais je me sens loin de tout ça...Pourtant je vis bien dans ce système et j'en profite, je touche des allocs, je paye aussi des impôts, bref, je ne vis pas sur une autre planète...Mais je ne vote pas, malgré ce qu'on me dit lorsque l’on me tintamarre toujours la même rengaine, que malgré moi je suis un citoyen, que si j'ai le droit de toucher des allocs, j'ai le devoir d'aller voter....

Dans ce cas, je proposerais bien aux français de faire un referendum pour savoir si j'ai le droit de toucher des allocs, malgré le fait que je ne vote pas !

Mais demandez vous plutôt, pourquoi nos chers dirigeants ne rendent pas le vote obligatoire, sous peine d'amende ou de suspension d'allocs, s'ils veulent tellement que l'on vote...En Belgique, donc pas très loin de notre beau pays, en Union Européenne, ça existe et du coup, il y a pas loin de 100% de participation. Je ne suis vraiment pas sûr que ça soit dans l'intérêt de nos chères élites que tout le monde vote. Je crois même que l'abstention les arrange bien, donc quelque part, que je les arrange bien aussi...Et bien tant mieux! Ces gens là, leur système élitiste masqué derrière une pseudo démocratie, ne sont pas au centre de mes questionnements, mais si je peux leur fait plaisir, c'est très bien, ça me donne un côté sympa et donc une bien meilleure image de moi-même…

Ma préoccupation centrale est de trouver les moyens les plus concrets de me sortir de ce système élitiste, de virer ces élites de père en fils de leurs postes de commandement et de promouvoir une autre philosophie de vie en société, que celle qui a court actuellement. Savoir qui sera élu dans ce système qui s’essouffle et finira bientôt, savoir qui sera le nouveau représentant commercial en France de l'économie néolibérale de marché, qui sera le VRP à la solde des dirigeants de la réserve fédéral américaine, maintenant le monde entier dans sa dépendance grâce au système monétaire mondial qu'elle contrôle, ne m’intéresse pas. Tout ça, ces candidats, leurs débats sur la viande Halal, sur les 0.5% de pseudo augmentation du pouvoir d'achat sur 5 ans, ce n'est que du folklore pour nous détourner des vrais problèmes et surtout, des vraies solutions à ces problèmes.

Le problème, c'est le système. La solution, c'est d'en changer, changer la façon dont la société fonctionne, changer d'économie et revenir à un système monétaire basé sur des valeurs économiques réelles, sur des ressources disponibles. La solution, c'est que les gens reprennent le contrôle de leur vie, de leurs outils de production, de la création de richesse. La solution, c'est que les gens se réapproprient la compréhension des lois, des institutions qui seront nouvellement crées, de la manière dont fonctionnera l'économie nouvelle reposant sur les bases les plus simples des lois de l'offre et de la demande (lien :
L'économie pour les très nuls ). La solution, c'est que le monde cesse de fonctionner sous la domination d'élites qui divisent les peuples entre eux et qui montent les peuples les uns contre les autres, par la colonisation politique et économique, par la mise en concurrence des travailleurs qui n'ont ni les mêmes droits, ni les mêmes salaires. La distribution des petits privilèges forme une société ou il y a les élites, les kapos et les endormis passifs. La plupart iront voter, mais pas moi et je vous recommande de même, de rejoindre le plus grand parti de France, celui des abstentionnistes.

Les abstentionnistes, pour la plupart le sont par dépit, par ignorance, par non intéressement à la chose politique. Ils ont toutes les raisons du monde de ne pas sentir leur intérêt à mettre leur bulletin de vote dans cette grande mascarade. Ces gens là, comme la plupart de ceux qui votent, ne comprennent pas grand chose au système, son fonctionnement, ses institutions. Ceux qui votent choisiront le type qui a le plus de gouaille et qui a la tête qui passe le mieux à la télé. Il y a une expression qui dit, "quand on ne sait pas, on s'abstient"...Sage expression ! Le respect de ce vieux précepte éviterait bien des votes d'ouvriers pour Sarkozy et des votes de gros cons pour le FN.

Moi je m’intéresse à la politique et je suis tellement bien informé sur le fonctionnement de notre système, des institutions qui le représentent, que je ne cautionne en rien tout cela. La politique m’intéresse, mais pas celle là, pas ce fonctionnement, pas ces élites politico-économico-médiatiques. Quelle farce que ces campagnes politiques, cette manipulation par la télé, les sondages, les débats de forme...Vous n'en avez pas marre sérieusement ?

Bon alors messieurs dames, il s'agit maintenant de faire plus que de voter pour une pseudo alternance passant de l'UMP au PS, qui ne changera strictement rien à votre vie et à celle des autres. Il s'agit de faire plus que de s'indigner en allant se peler le cul à 40 avec 4 pauvres cartons. Si je voulais vraiment proposer des idées pour changer les choses, je dirais qu'il s'agit de renverser le pouvoir de ces élites qui s'accaparent l’ensemble des richesses sur notre dos, grâce à nous et à notre consentement. Je dirais que si on se fait baiser quotidiennement, c'est aussi de notre faute, parce qu'on se laisse faire, parfois même jusqu'à aimer ça, aimer la soumission, l'esclavage, l'esclavagisme, voire même le défendre selon les principes d'une sorte de syndrome de Stockholm social.

Si je voulais faire la révolution, je me demanderais : comment ?

En fait, c'est très simple, pour commencer, il suffirait de s'interroger sur les moyens par lesquels ce système nous tient, pour les détourner à notre profit. Trois choses sont essentielles : La bouffe, l'argent, la force.

Ce système contrôle les distributions de bouffe, le système des échanges. On ne peut pas se révolter sans bouffer, ou pas plus d'un mois...Et les grèves de la faim, à par à maigrir ou, au mieux, mourir, ça ne sert pas à grand chose. Donc il faudrait se demander comment, en cas de soulèvement, contrôler notre approvisionnement en nourriture. Pour ça il faut se demander d’où elle vient, cette nourriture. Alors, on répond facilement à cette question : de la terre, des élevages, des entreprises agro alimentaires...Bon pour ces dernières, vu qu'elles nous empoisonnent en se faisant la race de benef sur notre santé, on n’en a pas besoin au départ. La révolution se fera avec les agriculteurs et vu ce que notre belle économie leur fait subir, ça ne serait pas dure de les convaincre. En 1789, la révolution se serait réduite à peau de chagrin, sans la révolte paysanne. Ces derniers, les paysans, se sont ensuite bien fait flouer par nos amis bourgeois, qui sont sorti de ce soulèvement en élites dominantes et qui le sont resté depuis.

La révolution, ça se fait avec de la bouffe, ça se fait aussi avec du monde. Il faut atteindre une masse critique pour que le rapport de force fasse autre chose que d'amener 1000 clampins au trou. S’il n'y a pas assez de monde, il faut qu'il y ai assez de monde au même endroit. 1000 personnes pourraient déjà se révolter très localement, rassemblées, organisées, elles seraient une force. Éparpillées, c'est comme si elles étaient seules. Aujourd'hui, comme depuis toujours, le plus grand nombre se fait entuber à longueur de temps, avec une bonne communication, il ne devrait pas non plus être difficile de les convaincre. Mais ça l'est quand même, parce qu'on les a drogué depuis leur naissance à la propagande médiatique, à la télé, aux journaux, à la consommation, à l'amour des petits privilèges, à la peur de l'exclusion sociale...Difficile de se défaire de toutes ces chaînes. Cette population nombreuse, autrefois représentée par les paysans, l'est aujourd'hui par les ouvriers, les employés, sans qui l'économie ne pourrait fonctionner. Arrêter le fonctionnement de l'économie, dégrader la sacro-sainte croissance, perturber les transports, prendre le contrôle des voix de communication, c'est déjà une victoire.

En ce qui concerne la bouffe, il faudra faire passer les produits alimentaires du producteur au consommateur et développer une économie parallèle. Avec du monde, on pourra aussi foutre le bordel dans l'économie esclavagiste, en occupant les supermarchés ou en les empêchant de fonctionner. Le nombre amène la force, les moyens de pression, les moyens d'action, la prise de contrôle des gens sur le monde ou ils vivent et la société qu'ils font fonctionner.

Avec de la bouffe, on peut se passer d'argent, mais en cas de révolution, il faudrait reprendre le contrôle de l'économie. Alors il faut se poser la question de qui contrôle l'économie et d’où vient l'argent ? La réponse : des banques. Donc, avec un nombre suffisant, il faudra aussi occuper les banques et reprendre le contrôle de la création et de la distribution de monnaie. Le système monétaire mondial tient le monde, en changer est changer le monde ! Des gens expliquent cela très bien :
http://www.youtube.com/watch?v=rRFMZ20wBO8

Et enfin, pour faire la révolution, il faut ne pas se faire massacrer par la police ou par l'armée. Il faut donc, soit être assez nombreux pour que la force ne réprime pas les mouvements révolutionnaires, soit qu'une majorité des flics et soldats se rangent du côté des insurgés....Pour ça, il faut des révolutionnaires chez les flics et les militaires et croyez moi, on fait tout pour ne pas recruter ce genre de public parmi les forces de l'ordre et de sécurité.

Voilà, donc je ne vote pas et je vous en ai résumé ici les raisons. Elles sont logiques vu mes opinions politiques, si cela vous parait rationnel et juste, vous n'avez plus qu'à faire passer le message qu'une révolution et un changement de régime politique sont tout à fait possible, à condition d'en vouloir. Le fait de voter en mai ne révolutionnera rien du tout. Il y a des mecs comme Mélenchon qui disent être pour un changement de système, mais qui se présentent quand même en tant que candidat à un poste de baron dans celui-ci. Il y a plein de votant potentiel pour Mélenchon qui sont favorables à un mouvement révolutionnaire, en plus de ceux, moins nombreux, de petites formations d’extrême gauche. L'élection aura au moins l'avantage de permettre de les comptabiliser, peut-être de les fédérer, de faire qu'ils se rendent compte de leur force. A part ça, l'élection ne sert pas à grand chose. Dans tous les cas, même si mon vote ou mon non vote ne changera rien, ou pas grand chose et qu'en plus, tout le monde s'en tape de mon vote, je mets un point d'honneur à ne pas cautionner ce système, ces élections, par mon vote.


 

 

« Les érections présidentielles », la chanson :

http://www.youtube.com/watch?v=IqR1RkLNz3w

 

Regardez les se toucher la nouille en public les jours d'élection.."A voté", "A voté", "A voté"...C'est ça qui m'a donné envie d'écrire cette chanson. J'ai donc naturellement répondu "A chié", puisque c'est ce que j'avais fais, moi et que c'était ce que je pensais de leurs clameurs électorales.

  "Oui, montre comme tu es fier d'avoir bien fais comme on te dit. Oui, tu ne feras pas parti de ses exclus abstentionnistes, même pas capables de prendre une décision pour le bien de leur pays et d'effectuer leur devoir de citoyen ! Toi, tu as voté et tous tes petits copains aussi. Tu pourras alors bander à t'en faire exploser la trique, mouiller à t'en faire vomir ta chatte, t'extasier devant la fin du suspens et des résultats que tous connaissent déjà." 

"Ensuite, tu subiras, comme tous le monde, attendant que cinq ans passent et te fassent croire à nouveau, à un semblant de choix et de contrôle sur ta vie citoyenne."

 Les érections présidentielles feront bander les égos à dates régulières, les égos des commerciaux présidents de parti-candidats, les égos de ceux qui leur achètent leurs encyclopédies...


 

« Les moutons électeurs » : la chanson : http://www.youtube.com/watch?v=LoeVUefpFUQ

Des moutons à la pelle :

Nous sommes tous des moutons, nous faisons Beeeeh et c'est la dernière chose improvisée que nous ayons encore l'imagination de faire. Les moutons sont nombreux et aussi nombreux soient-ils, ils obéissent à un berger, ou même à un pauvre clébard, le clébard obéissant au berger et le berger obéissant au supermarché qu'il fournit. Le supermarché obéira aux règles de commerces édictées par la centrale d'achat de la marque dont il est une franchise. Cette marque obéira aux marchés financiers dans lesquels elle est cotée en bourse. La bourse obéit à l'anarchie des spéculations des traders. Ces derniers obéissent aux lois du profit immédiat, sans lien avec l'économie réelle et l'économie globalisée obéit aux règles qu'elle se voit dictée par la réserve fédérale américaine, qui est en fait une banque privée à la solde de quelques individus qui dirigent le monde selon leur bon plaisir...Ça c'est pour simplifier un peu l'arnaque dont vous êtes victimes, ou vous avez le rôle de moutons, nourris aux graines de farines animales, composées en grande partie de restes de vos congénères, moins chanceux que vous dans la grande foire du diviser pour mieux régner.

Les moutons font beeeeh.

Ils font Beeeh chez eux en famille, renouvelant les habitudes sociales traditionnelles de celle-ci, de génération en génération, héritant de leurs caractéristiques communes, ainsi que du classement en catégorie socio professionnelle de ses membres...Ils font beeeh avec leurs amis de la même caste qu'eux, qu'ils ont trouvé dans les mêmes écoles qu'eux, pratiquant les mêmes loisirs, sur les mêmes lieux de travail...Ils font beeeh au supermarché, lorsqu'ils consomment jusqu'à vendre leur âme au profit des distributeurs du dernier produit à la mode, qu'ils espéreront posséder en premier. Ils font beeeh quand ils regardent la télé et lisent les journaux le matin en allant au travail. Ils font beeeh quand ils reproduisent les normes qui sont indiquées dans ces derniers. Ils font beeeh quand ils suivent les débats des élections présidentielles, qui leur font croire qu'ils ont le choix dans la manière dont ils seront gouvernés, alors que ces même politiciens, élites locales fantoches à la tête d'états nations fantoches, ne sont que des marionnettes à la solde des plus grandes entreprises.

Mais un mouton, c'est quoi exactement ?

On sait que le mouton est un animal suiveur, qui vit en troupeau, qui se socialise en groupe...La bergerie est une société. Mais ou vivaient ces moutons avant que l'on construise une bergerie et qu'on les foutent à l'intérieur?

Ils vivaient déjà ensemble et s'organisaient autrement, ils devaient bien être obligés de s'organiser eux même, puisqu'il n'y avait personne pour les avilir. Ils ont du y arriver puisque l'espèce à perduré au long des siècles, avant d'entrer en esclavage au nom du bon plaisir de quelqu'un d'une autre espèce, la notre.

Un mouton, c'est quand même une sacrée grosse bête, si on y réfléchi. Ça a de la force, des dents, en utilisant ça dans un certain sens, ça pourrait leur permettre de se défendre, d'être agressifs, de se révolter. En plus de disposer de cet arsenal certain, la force du mouton se décuple par le nombre, puisque lorsqu'il y en a un, il y en a plein tout autour.

Qu'a t’on réussi à faire de ces espèces vivant en nombre, qu'à t’on réussi à nous faire penser d’elles ?


Les cafards, les rats, espèces organisées en société, mais pas avilies par l'homme, on nous a fait trouver ça dégueulasse, nuisible, vecteur de peste et de maladies de toutes sortes. Ces civilisations différentes et ne vivant pas en fonction de notre bon plaisir, nous ont été présenté comme une sorte d'axe du mal, des sortes de Al Qaida des espèces vivantes, des méchants, le diable...Sinon, il y a les fourmis, qui comme elles sont travailleuses et se font bouffer, nous dérangent moins, sont vues comme de braves ouvrières, victimes de méchants scorpions... Les abeilles, c'est encore mieux, puisqu'on a réussi à les domestiquer, pour venir régulièrement bousiller leur habitat, afin de récolter le miel de leurs ruches...Par contre, les guêpes, les frelons, qui ne nous apportent rien et nous enfoncent leur dard lorsqu'on les rencontre de trop près, c'est une autre affaire...

Les moutons, c'est vu comme des cons, qui se suivent entre eux, qui paniquent face au danger et qui sont capables de tous se jeter d'une falaise, si l'un d'entre eux tombe. Et bien le mouton, c'est ce qui nous ressemble le plus. Nos dirigeants l'on bien comprit et se comportent comme si nous en étions. A chaque position hiérarchique plus élevée qu'une autre, le chef sera berger et les subordonnés seront moutons. Le mouton panique face au danger alors on le domine en lui faisant peur. Le mouton est un suiveur, alors on crée des règles de management qui seront suivi de l'un d'entre eux, en le persuadant que c'est profitable pour lui, règles suivies par un, donc par tous. Ces règles donneront à chacun des missions insurmontables, qui consisteront à surmener les moutons, à les stresser, à les presser comme des citrons, pour pomper leur énergie, qu'ils n'aient pas le temps de réfléchir à leur condition et philosopher sur le rôle qu'on leur assigne. On les spécialise de plus en plus, jusqu'à ce qu'ils ne comprennent plus le sens de ce qu'ils font. On abaisse leur marge de manœuvre, sur ce qu'ils font, sur leur vie. On les divise entre eux, en les montants les uns contre les autres, pour que dans le groupe, ils ne viennent pas à se rendre compte qu'ils ont des intérêts communs, que sans eux les autres ne vivraient pas au chaud à l'abri de leur laine, de la richesse produite par leur travail. Ensemble ils pourraient renverser l'état des choses qu'ils se contentent de subir, alors on fait tout pour qu'ils ne le sachent pas et ne soient pas en situation de le faire....On prend de leur rassemblement que ce qui est profitable, pour éviter le reste, les moutons, on les rend cons.

Alors qu'est-ce qu'il se passe actuellement dans notre société de moutons humains ?

Les moutons font ce qu'on leur dit, suivent les consignes du berger par crainte de son chien qui aboie. Mais les choses sont un peu plus subtiles, puisque l'on nous fait croire qu'on a le choix, que nous sommes en démocratie, que c'est le peuple qui gouverne, qu'on a le droit de contester, de caricaturer, de manifester. Alors on nous fout devant la gueule quelques caricatures de nos dirigeants, passés au filtre de la censure et quand ça va trop loin, on vire les Guillon, Porte, ou Dahan, qui ne sont pas de grands philosophes, ni de grands contestataires, mais qui ont osé blasphémer trop fort. On manifeste comme on nous en laisse le droit, en prévenant à l'avance la préfecture, pour ne pas trop gêner la circulation, l'économie au service des marchés...On suit les couloirs d'autobus, on fait sa petite promenade du samedi après midi et puis chacun rentre chez soi...On va voter, en nous faisant croire que cela peut changer quelque chose et on pense comme on nous dit dans les médias, comme nous le disent les sondages commandés par ceux pour qui l'on vote. Nous sommes alors convaincus que nous votons en toute connaissance de cause, alors que nous ne le faisons qu'en toute connaissance de la manipulation médiatico politique, à la solde des marchés...La grande majorité des votants n'y connaissent rien au fonctionnement des institutions pour lesquelles ils votent. Ils ne connaissent rien aux programmes politiques évoqués et à leurs conséquences en cas d'application concrète...Et c'est tant mieux, parce que c'est le but de maintenir la population dans cette ignorance. Ça les fera voter pour le candidat qui est le meilleur commercial, qui fait les plus belle phrases, qui fait le mieux semblant de croire en ce qu'il dit et qui a le plus de pognon pour que sa com soit visible et efficace. Bref, celui qui fera la campagne la plus active avec les plus gros moyens et la meilleure visibilité, gagnera. Une fois les résultats des votes publiés, nos politiciens se distribueront les places aux législatives et les bons points sur les bancs des ministres. Et qu'importe qui passera finalement, vu que ces gens là n'ont que le pouvoir d'être nos élites, intermédiaires entre nous les esclaves et l'économie mondiale de marché. Ces gens là ne sont que des vitrines, ils vivent bien, nous racontent de belles histoires, mais n'ont pas le pouvoir qu'ils nous font croire avoir.


Vous voulez vraiment contester ?

Commencez par attaquer ceux qui ont vraiment le pouvoir en les faisant vraiment chier, plus radicalement qu'en allant dire que vous n’êtes pas content un après midi ensoleillé devant leur porte. Comme dit présédemment, la société tient ses moutons par la finance, par la panse et par la force. Si tout le monde se mettait d'accord pour occuper les banques, les supermarchés et que les soldats des armées et les policiers participaient au mouvement, les choses changeraient vraiment...Sans cela, contester reste du folklore, voter reste une perte de temps doublée d'une approbation tacite à l'ordre des choses que les moutons subissent.

Mais voilà, les moutons ne le feront pas, parce qu'ils aiment trop les miettes qu'on les laisse picorer. Ils aiment trop économiser un an pour se payer des cadeaux à noël et des vacances à se choper le cancer sur la plage. Ils aiment trop leur mode de vie sédentaire et sécurisant, leur prêt de 44 ans pour devenir propriétaires...Et puis, on leur montre sans cesse des images qui leur font si peur...Des images d'exclus du système qu'ils ne voudraient pas devenir, des précaires désespérés, des chômeurs, des SDF...Ils ne veulent pas devenir comme ça...Ils aiment leur pays, on leur a tellement dit qu’ailleurs, c'était bien pire...Ils veulent se serrer la, ceinture et ne veulent pas finir comme les grecs. Ils ne veulent pas que des immigrés viennent leur voler leur emploi et corrompre leurs traditions et habitudes...On leur a appris à se considérer comme privilégiés, puisque l'on ne distribue pas les mêmes miettes à tout le monde. On exploite leur fierté stupide à vouloir se sentir supérieur, meilleur à l'autre...On exacerbe l'esprit de concurrence entre les moutons, pour que les moutons soient bien gardés.

Bref, nous sommes tous des moutons, nous faisons Beeeeh et c'est la dernière chose improvisée que nous ayons encore l'imagination de faire.

Un exemple de subdivision locale du vote des moutons….Diviser pour mieux régner, ça passe par le renfermement sur soi, son identité.


 

« Alsace » : la chanson :

Ode à l’Alsace !

 

L'Alsace, quelle belle région !

Située à l’extrême droite de la France, ses électeurs, du moins la majorité d'entre eux, ont su depuis bien longtemps honorer sa situation géographique d'élections en élections. De brèves de comptoirs en brèves de comptoirs, d'exclusions en discriminations diverses envers ceux qui ont le malheur de ne pas être aussi cons, que cette « bonne partie » de ce qui peuple ce lopin de terre coincé entre deux chaines de montagnes, les alsaciens en sont arrivé à voter majoritairement FN au premiers tours de quasiment chaques élections.

Du racisme envers les alsaciens me direz-vous, une aigreur issue d'une bête intolérance au gluten rendant trop acide mes ingestions de Kugelhof ?

Pas du tout amis alsaciens et de tous horizons, pas du tout !

Contrairement à de nombreux alsaciens, mais aussi à de nombreux français, de nombreux européens, de nombreux citoyens du monde, je n'en veux pas foncièrement à quelqu'un parce qu'il vient d'une certaine région, qu'il a une certaine culture, une certaine couleur de peau, une certaine orientation sexuelle. Non pas du tout, mes gouts en matière de personnes sont plutôt dirigés par des notions subjectives, que certains partageront, mais que j'affirme comme m'appartenir, être propre à mon histoire personnelle, m'ayant amenée à trouver certains plus cons que d'autres. Ce n'est donc pas le fait que certaines personnes viennent de certaines régions du monde, aient une certaine culture, une certaine couleur de peau, une certaine orientation sexuelle, qui m'oriente à les supporter ou non. C'est au contraire le fait que certaines personnes n'en supportent pas d'autres, parce qu'ils ont une certaine couleur de peau, une certaine culture, viennent d'une certaines région du monde, ont une certaines orientation sexuelle, qui va provoquer chez moi un certain dégout pour elles.

Alors quel rapport avec l'Alsace et les alsaciens me direz-vous ?

Et bien, grâce aux résultats électoraux de notre beau régime représentatif français, il se trouve que l'on peu quantifier le nombre de fachos parmi les électeurs dans un endroit donné, magie des statistiques !

Voyant les résultats des élections des dernières décennies, je ne puis que constater avec grande tristesse, que les candidats d'extrême droite, qui ont tendance à prôner un discours discriminatoire envers des personnes venant de certaines régions du monde, ayant une certaine couleur de peau, une certaine culture, une certaine orientation sexuelle, arrivent bien souvent en tête des premiers tours d'une grande majorité des communes alsaciennes. Ce n'est que par de subtils jeux électoraux et alliances diverses des partis de ce que l'extrême droite appelle à raison, l'UMPS, que les candidats du FN n'emportent pas les sièges à conquérir dans les seconds tours. Mais comme on banalise de plus leurs discours haineux et racistes, je n'ai aucun doute sur le fait que très bientôt, des alliances entre partis "traditionnels" et partis d'extrême droite fleuriront dans les élections locales et nationales, donnant à l'Alsace la digne représentation politique reflétant les opinions de la majorité de ses électeurs.

Alors oui, l'Alsace est une région très belle et certainement par soucis de compensation et pour ne pas rendre les autres régions trop jalouses de la beauté de ce décor, Dieu a crée les alsaciens. Ils ne sont pas tous bêtes, intolérants et fachos, mais ils sont tout de même bien nombreux à l'être. Ça n'est pas parce qu'ils sont alsaciens que j'ai du mal à les blairer, mais parce qu'ils sont fachos et que j'ai du mal avec les fachos, intolérant que je suis face à l'intolérance d'autrui. Les fachos des autres régions me plairont certainement tout autant, j'espère simplement qu'ils seront moins nombreux et que le voyage saura estomper quelque peu en moi, ce petit gout d'Alsace qui sent la bile moyenâgeuse.


 

En réfléchissant un peu plus loin que le bout de son nez, on se rendrait facilement compte que ce repli identitaire se base sur une histoire peu ragoutante. Qu’aime tu de ta région, de ton pays, à part les plats en sauce…Qu’aime tu tant, qu’il faille que tu ais le besoin de le défendre fasse aux invasions étrangères. Parfois, un petit bilan, un petit historique s’impose pour ramener à la raison certaines ouailles du hooliganisme géographique…

 

« Marseillaise » : la chanson :

Allons enfants de la patrie ! Allons ! Le jour de gloire est arrivé, comme le dit la chanson, on crèvera nos ennemis et on en fera des bains de sang dans les gouttières, ça va être bien ! Et ils nous chantent à tue tête ces phrases merveilleuses, nos amis patriotes...

  La marseillaise, hymne de la mère patrie française, apologie de la violence, de la vengeance, de la barbarie...Apologie de votre pays, la France.

Ah, la France, les mots me manquent pour en parler..Par ou commencer ? Par l'esclavagisme, par le colonialisme, par l'ethnocentrisme ? Peut-être par le nationalisme, puisqu'on y est, puisque c'est le sujet ici.

Alors, le nationalisme, c'est déjà assez pourri comme ça..Genre, si vous croisez un parti politique dans le monde, dont le nom est composé d'un national, ou d'un nationalisme, ou que ces notions font partis intégrantes de son programme, vous aurez de sacrés grandes chances de tomber sur une formation aux idéologies quelque peu racistes, xénophobes, prônant la préférence nationale...

Le nationalisme, c'est bien naz, mais en plus du nationalisme français, ça devient carrément débile ! Et ils sont nombreux nos amis débiles, dans ce beau pays qu'est la France. Ce qui est pratique, c'est qu'on peut en dénombrer une bonne partie, en comptabilisant par exemple les électeurs du Front National..Alors, je voix déjà d'ici les réactions : "Quoi, les électeurs du Front sont des électeurs comme les autres, le FN n'est pas illégal, je ne vois pas pourquoi on jetterait l'opprobre sur ses électeurs !". Et bien, je dois vous avouer être assez d'accord avec cette réaction, je suis bien heureux qu'un parti nationaliste d'extrême droite ai droit de citer en France, puisque ceci permet de se faire une idée chiffrée du nombre de connards dans ce beau pays...Evidemment, ils ne sont pas tous là, mais c'est quand même un bon vivier.

 

Rooo ! C'est tellement facile de s'attaquer aux électeurs FN, les biens pensants soi-disant de gauche n'y verront rien à redire. Heureusement, il existe un autre bon moyen de compter les connards selon moi : Retirez à la population française, le nombre de personnes non inscrites sur les listes électorales, soustrayez encore le nombre d'abstentionnistes, ou de personnes ayant voté blanc ou nul et vous obtenez le nombre de connards citoyens. Les connards citoyens, quand ils ne chantent pas la marseillaise ou qu'ils ne votent pas FN, votent pour l'un des autres parti politique existant dans le pays.

Alors voter, faire son devoir de citoyen serait-il donc un acte marquant d'une connardise citoyenne certaine ? En France, dans un système politique représentatif, les citoyens n'ont pas le choix de voter pour autre chose, que pour les représentants des élites qui représenteront l'intérêt des élites, donc les intérêts d'une infime minorité. Tout ceci légitimé par une majorité de citoyens défendant les intérêts de ceux qui les oppriment. Il me semble donc que voter, lorsque l'on fait parti de cette majorité sous informée et conditionnée, est un acte marquant d'une certaine débilité. Et ce n'est pas en votant pour un soi-disant parti contestataire du système qui en accepte les règles de représentation faussées en faveur des élites, que ça changera quelque chose à l'absurdité d'un vote dans ce pays...Oui, oui, oui, ils veulent changer le système de l'intérieur...Oui, oui, oui...

En résumé, je dirais donc que la plupart des gens marqués du sceau de la France, ainsi que la plupart des lecteurs de cet article, ou des auditeurs de la chanson en lien en haut de page, sont de gros connards, qui légitiment bien les actes de cruauté et de barbarie perpétrés par l'Etat français, en France et dans le monde. Ces actes son d'ailleurs très bien résumés dans la version originale de la marseillaise, hymne de la France.  


 

Vive la France !

 

Alors comme ça, il y a des français qui sont entré en résistance ? En voilà un noble combat ! Vu de loin, on se croirait presque revenu dans les vieux films de Louis de Funes, Bourvil ou encore dans la septième compagnie...

Ah les braves français qui entrent en résistance contre l'invasion nazi ! Aujourd'hui, plus de nazi ? Selon ces bons français, défenseur des valeurs françaises, fier de leurs valeurs françaises, les envahisseurs sont maintenant les gens originaires des pays du tiers monde, anciennement colonisés par la France notamment, ayant fait la richesse de leur belle France...Ah, le temps bénit des colonies !

Ces saloperies d'envahisseurs noirs, arabes et musulmans, qui ne sont pas "comme nous" ! Ils viennent voler le pain et le travail des bons français blancs, non sans avoir également profité des allocations sociales françaises, grâce à leurs familles de 8 enfants par femmes ! (car ils ont souvent plusieurs femmes...) Ces saloperies d'envahisseurs, vont bien finir par devancer en nombre les bons français blanc et les chasser à terme de leur belle terre de France !

Non ! Le bon français ne doit pas se laisser faire, le bon français doit se réveiller avant qu'il ne soit trop tard et que ces salops d'intégristes musulmans terroristes les aient obligé à voiler leur femmes et à manger Halal !

Et quand on pense que la France résistante, reçoit des coups de poignards dans le dos de ces salauds de gauchistes, les accusant de racisme ! Quelle infamie ! Quelle ingratitude ! Sont-ils aveugles pour ne pas voir ce plan savamment ficelé des forces étrangères pour nous voler notre pays ? Ont-ils pactisé avec l’ennemi ? Sont-ils tellement angéliques qu'ils soient incapables de voir que face à leur pacifisme de PD, c'est la guerre culturelle qui nous est déclarée ?

Et non, les français en résistance ne sont pas racistes, puisqu'ils vous le disent ! Et s'ils vous disaient qu'ils ne boivent pas d'alcool avec une bière à la main, vous seriez bien obligé de les croire, puisqu'ils vous le disent... Non ! Ces gens là ne sont pas d’infâmes fachos, ils ne veulent juste pas qu'on change leurs habitudes, c'est tout ! Quand quelqu'un vient chez vous, ne doit-il pas avoir la politesse de ne pas s'asseoir à la place du chef de famille, de manger ce qu'on lui donne ? Chez nous, c'est à nous, on en est propriétaire de chez nous ! Et la France, c'est pareil c'est aux français !

Ils l'ont bien mérité, leur France de merde, ils l'ont bien mérité ! Ils l'ont bien mérité, par le hasard qui les a fait naitre entre les frontières de ce riche pays, riche grâce à la pauvreté d'autres pays. Ils ont bien mérité de garder intègre ce territoire, acquis par le barbarisme de chefs guerriers il y a quelques siècles. Ils ont bien mérités de voir intactes des valeurs découlant d'une culture hiérarchique, de domination des autres, des autres cultures, des classes sociales aisés sur les classes sociales pauvres, cette culture de cour, de domestication, de réseaux...Ils l'ont bien mérité, ce sont de gros cons, ils sont bien la dedans, pourquoi venir les perturber avec de nouvelles cultures, avec de la nouveauté ? Tout ce qui est neuf est mauvais, tous les cons le savent bien !

La France entre en résistance, parce que la France se mérite, comme tous les gens qui sont nés par hasard sur ce territoire l'on mérité. Plus leur famille est là depuis longtemps, trois, quatre, cinq générations, plus ils le mérite ! Rappelez-vous de Pétain, qui est plus français que lui ?

Les gens d'origine polonaise, méritent plus que ceux d'origine portugaise, qui méritent plus que ceux d'origine maghrébine... La France, tu l'aime ou tu la quitte ! Tu es obligé, si tu es là, tu dois l'aimer, sinon, tu n'as qu’à aller ailleurs, puisque tu as le choix entre tellement de pays ! Si tu es là, c'est bien par choix, tout le monde choisi le pays ou il habite, c'est bien connu ! Quand on nait, il y a une grande foire aux pays ou chaque nourrisson choisit et parfois, il choisit Cambodge et ensuite, il veut changer ! Il avait qu’à mieux choisir ce con là !

"Lorsque l'on parle de la France et de préserver ses valeurs, chez certains cela sonne comme du racisme. Je ne comprendrai jamais ces gens là. 
Évidement il y a quelques dérapages dans les commentaires de certains, mais je ne peux pas m'occuper de tout à la foi, il y en a beaucoup trop." Dixit la page Facebook de "La France en résistance", allez l'aimer, c'est rigolo ! 

"Faites abstraction de tous ce que vous disent ces individus de gauche, ils n'aiment pas notre pays c'est flagrant, même s'ils prétendent le contraire. N'ayez pas peur d'aimer cette page, n'ayez pas peur d'aimer la France, vous n'êtes pas raciste, vous défendez juste votre patrie que vous aimez tant !" (Extrait du statut de présentation de la page)

Ben, pour conclure, je n'irais pas dire que j'aime la France, ni que j'aime aucun état nation, sorte de nouvelle religion qui tendent à remplacer les anciennes depuis le fameux "désenchantement du monde". Des religions qui se veulent plus rationnelles, parce qu’il ne s’y trouve pas de multiplicateurs de poissons, mais qui gardent quand même leurs saints patriotes, patrons des écoliers...En tout cas, pour ma part, c'est flagrant que je n'aime pas la France et qu'en plus, je profite bien de toutes les aides sociales qui s'y trouvent, parce que je suis français ascendant connard... J'aime ces bon français qui me permettent de rien foutre toute la journée en les traitant de connard en prime, continuez ! D'ailleurs, comme je suis partageur, je recommande aux gens du monde entier de venir profiter de ce beau pays qu'est la France et de ces bons français patriotes et travailleurs. Comme on dit, quand il y en a pour un, il y en a pour dix ! Je propose même mieux, venez tous déloger ces bons patriotes français, prenez leur maisons, leurs richesses qu'indirectement ils sont venu vous prendre chez vous et balancez les en Patagonie à l'intérieur d'un cassoulet géant, à revisiter l'histoire de Napoléon en lisant du Molière, comme ça ils seront content avec leurs valeurs et leur culture !

Aller, vive la France, continuez à résister, c'est marrant !

 

  Extrait de la présentation de la page Facebook, "LA France en résistance" : Depuis son ascension notre page subit des attaques de différents individus de gauche je présume. Ces attaques sont dues au fait que notre page serait soit disant à connotation raciste.
Ce n'est pourtant pas le cas et je l'ai bien précisé dans la description de la 

page.
Dès lorsque l'on parle de la France et de préserver ses valeurs, chez certains cela sonne comme du racisme. Je ne comprendrai jamais ces gens là. 
Évidement il y a quelques dérapages dans les commentaires de certains, mais je ne peux pas m'occuper de tout à la foi, il y en a beaucoup trop. C'est pour ça que j'envisage prochainement de recruter une personne pour modérer cette page avec nous (nous sommes deux actuellement).
Faites abstraction de tous ce que vous disent ces individus de gauche, ils n'aiment pas notre pays c'est flagrant, même qu'ils prétendent le contraire. N'ayez pas peur d'aimer cette page, n'ayez pas peur d'aimer la France, vous n'êtes pas raciste, vous défendez juste votre patrie que vous aimez tant !

Vive la France !


 

Mais que défendent-ils ? Au nom de quoi ? Bien d’entre ces fameux français et autres ressortissants d’autres pays sont mort pour ce genre de questions que beaucoup) d’entre eux, n’ont guère eu l’occasion de se poser…

 

Mort pour la France !  

 

Il en est des traditions, des friandises à donner aux oiseaux, pour qu'ils se sentent libres de ne pas quitter leur cage tracée aux doux chants des hymnes délimités par quelques frontières administratives.

Recueillons nous en hommage aux morts pour la patrie, aux morts au champs d'honneur, aux morts pour nous, pour notre vie, pour notre monde, pour que l'on vienne leur rendre hommage parce qu'ils furent fort, courageux et eurent bien fait comme on leur avait dit.

Ils ont bien fait comme on leur avait dit, oui, ils sont morts et au contact des obus de la partie adverses, leurs corps ont éclatés comme de la chair à saucisse qui gicle du boyau qui l'entoure, parce qu'on l'aurait plongé trop longtemps dans l'eau bouillante, voir la guerre.

Mourir à la guerre, c'est stupide, c'est stupide quand on pense savoir pourquoi on se bat et ça l'est encore plus quand on l'ignore. Ceux qui ignorent moins le sujet du conflit, sont ceux qui ne se battent pas. Eux font cuir les saucisses à la guerre et les meilleurs stratèges cuisiniers feront bouillir nos amis soldats, tout juste assez de temps pour que la saucisse d’en face explose avant qu'eux même n'explosent...

Alors le 11 novembre en France, pas en Allemagne, en France...Et puis le 8 mai, en France toujours..Et d'autres jours, pour d'autres pays, selon le jour de l'armistice de la guerre qu'ils ont gagnés, on fête la chair à canon ! On fête les morts victorieux, ceux qui ont perdu n'ayant qu'à continuer de mourir, puisque c'est encore ce qu'ils font de mieux !

Alors le maire, le président, le notable du coin, référents des institutions au nom desquelles le soldat abruti par les sons de l'eau qui boue est allé mourir, tout ce petit monde, fait son discours, rend son hommage. Les autres présents, dont le nombre est proportionnel aux années d'ancienneté du conflit, écoutent et s'ennuient.
Ensuite, est marqué le plus solennellement du monde, une minute de silence. Celle-ci est consacrée à la réflexion sur le sacrifice humain dont on est la cause à retardement et dont on doit se sentir au moins aussi coupable que reconnaissant.
Enfin, l'épilogue de ce petit spectacle arrive lorsque les petits enfants, future incarnation de ce à quoi pourrait ressembler la chair à saucisse sortant de son boyau dans quelques années, chantent l'hymne, "allons enfants de la patrie, le jour de gloire est arrivé !"

Ils chantent faux, ils chantent trop vite, tout ça à cause de cette conasse d'instit remplaçante, qui entre ses quatre quart temps à double niveau dans quatre écoles différentes et éloignées, dont la moitié lui demande de venir participer à des cérémonies à la con un jour férié. Mais le cœur y est et c'est bien l'essentiel, l'honneur est sauf, la patrie n'est plus en danger !

Tous, soulagés par la fin d'une cérémonie aussi mal organisée qu'interminable, jettent leur dévolu sur le vin d'honneur. Vin d'honneur qui n'a de vin que le nom puisqu'aux alentour de midi, c'est déjà au pastis et au whisky que jeunes et vieux se mettent une race, à tel point qu'ils finiront leur jour férié couché avec un putain de mal de crâne, qui ne les quittera plus jusqu'à leur journée de labeur du lendemain.

Dire que pendant ce temps là, les morts à la guerre continuent d'être morts pour des conneries. Sans rire, on pourra chanter toutes les marseillaises qu'on veut, assister à nombre de cérémonies expiatoires interminables, se souler la gueule jusqu'à la cirrhose foudroyante à date fixe, les morts à la guerre n'en auront pas moins eu une mort de merde.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Gustavson 's Blog
  • Gustavson 's Blog
  • : Le Gustavson 's Blog, c'est la vision de Gustavson, auteur-compositeur, sur le monde qui nous entoure. Articles, chansons militanto graveleuses et bien plus encore voilà ce qui vous attend sur ce portail. Chaque jour des nouveautés et des impressions à chaud sur l'actualité de notre beau monde égalitariste... Revendicateur, contradicteur, héros de l'absurde ou simple curieux, soyez les bienvenus !
  • Contact

Recherche