Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2016 4 31 /03 /mars /2016 14:20
Spécial artiste à la con : La société du loisir.

3-Divertissement : la société du loisir

 

 

Accompagné d’une consommation à outrance, quoi de mieux que de s’occuper, de se divertir, de s’amuser pour se détendre. Multiples sont les occupations données à la populace pour qu’elle s’occupe l’esprit juste assez pour le laisser disponible à la consommation sans pour autant s’évader dans trop de réflexions contestataires.

 

« Patrick Sébastien est mort » : la chanson : http://www.youtube.com/watch?v=YeSnOF4cc5M&feature=plcp

 

Il fallait bien qu’il y en ai qui s’y collent ! Vous auriez préféré que ce soit vous qui vous coltiniez l’animation du contingent français assez vieux et dépressifs pour passer ses samedis soirs devant la téloche ! Non, vous avez autre chose à foutre et c’est tant mieux pour vous !

 

Et bien pendant que vous êtes en train de vaquer à vos occupations, certainement tout aussi ennuyantes, Patrick Sébastien s’occupe de l’ennui hebdomadaire des autres. Au programme, du spectacle, de l’humour, du sexisme et des putes, elle est pas belle la vie ?

 

On n’en est pas encore à vous faire bosser 24h sur 24 comme c’est déjà le cas dans certains pays plus exotiques. Il faut bien occuper la populace crevée de sa semaine de travail, quand elle consomme son susucre du week-end. On s’occupe de vous et si c’est pas ce cher patoche, ça sera les boites des sardines, les bars à la mode, les expositions de péteux, il y en a pour tous les âges, pour tous les goûts ! L’industrie du loisir saura prendre le relais de l’industrie de production du matériel de consommation inutile et illusoire. Ne boudez pas votre plaisir, assistez avec le sourire, au spectacle de votre vie que l’on joue pour vous !

 

Et quand ce n’est pas assez, que la tristesse de votre quotidien vous rattrape, là encore la société de consommation à mis en place des solutions pour vous.

 

« Drogue douce et hôpitaux psychiatriques » : la chanson : http://www.youtube.com/watch?v=L72e5B_7HpE

Voici un emploi du temps du junky qui reste chez lui toute la journée, qui ne veut pas sortir car il a mieux à faire. Quelle vie passionnante il a, dictée par ses besoins en matières illicites ! Non, nous ne parlons pas d'un  fumeur de Crack, non...Mais bien un fumeur de joins. Sa journée tourne autour de la fréquence des lattes qu'il tire et plus la fréquence est forte et moins la journée n'a d'intérêt, si ce n'est peut-être, de pulvériser son record de consommation de la veille. Toutes les deux heures, un join, qui défonce de moins en moins plus les joins se fument. La marijuana se consomme alors comme des clopes, par paquets de 20. Bien que la cigarette contienne son lot de choses néfastes pour la santé (mercure, goudron, même le simple fait de balancer de la fumée brulante dans sa gorge à intervalles réguliers est mauvais...), les drogues, même les plus douces, y ajoutent par les psychotropes supplémentaires qu'elles renferment, une altération neuronale parfois visible à la lenteur de réflexion de certains junkys. 

 

 Ainsi, comme en ce qui concerne l'alcool, la consommation festive se transforme en une consommation quotidienne, puis horaire. On ne pense plus à grand chose, on organise plus grand chose, sa vivacité diminue de plus en plus et la dernière volonté d'organisation qui reste est souvent celle que l'on consacre à l'achat, aux horaires de consommation et la fréquence de fumage, selon les stocks disponibles.

 

 Les victimes d'addictions se lient entre elles, se comprennent mieux, consomment ensemble, alors se lient des connaissances que l'on croit parfois amicales. Une amitié liée à une addiction commune, ne se basant pas sur grand chose d'autre, est bien instable...Ca squatte, ça fume et ça se prend la tête à propos des dépenses incombant à l'achat de matières illicites, aux lattes fumées par l'un ou l'autre. On est alors tenté de devenir parano, on ne veut plus voir personne à part le dernier ami qu'il nous reste et qui nous maintient entre 4 murs semi éveillé, complètement défoncé H 24. 

 

Quelle vie de rêve...Alors quand j'entends des personnes, la trentaine bien tassée, vantant ce mode de vie, je me dis que ces personnes n'ont pas encore fini leur puberté...A force de prendre des produits psychotropes, même les drogues douces, on fait des tachycardies, on consomme, en plus des produits contenus dans les clopes (mercure, goudron, tous ça...), les produits chimiques contenus dans sa drogue (allégrement coupée par des commerçant sans scrupules). Pour les joins par exemple, un peu de plastique, un peu de pneu, un peu d'héroïne parfois, du verre pilé et j'en passe. Mis à part la santé physique, la santé mentale en prend également un bon coup. Qui dit psychotrope, dit détournement du psychisme normal, agissement sur les neurotransmetteurs et détraquage du système nous faisant ressentir, stress, angoisse, tristesse, bonne humeur et tout un tas d'émotions...Avec un système émotionnel détraqué en plus du stress quotidien, on finit potentiellement plus vite entre 4 murs. On passe des 4 murs de son appart aux 4 murs de sa chambre en HP et même d'une cellule en taule parfois, quand on n’a pas été assez vite en HP, certains consommateurs d'extasies en savent quelque chose...

 

Ce droguer, c'est se cacher la vérité et quand on voit la gueule de la vérité, c'est claire qu'elle donne envie de détourner le regard. Je suis moi même une personne au comportement très addictif, j'essaye que ces addictions me ruinent la santé le plus lentement possible, alors je change régulièrement d'addiction. Je ne jette pas la pierre aux drogués, loin de là...Si j'ai un conseil à donner, c'est d'éviter d'être soumis à un truc trop mauvais pour la santé, histoire de vivre plus vieux, avec l'esprit plus vif et pourquoi pas se servir de sa meilleure santé et de son dynamisme retrouvé pour se révolter contre un système que ça arrange bien de nous défoncer la gueule (une idée comme ça en passant...)...

 

   Personnellement, je ne suis pas un super exemple, mais pensons que l'addiction est l'opium du peuple, un genre de truc fait pour vous endormir et pendant que vous dormez, y'en a qui abusent...En résumé, la chanson "Drogue douce" est un petit manuel du comment devenir asocial en se consacrant à la drogue, puis comment devenir taré en restant seul avec sa drogue toute la journée. 

 

Là encore, pas d’inquiétude, si ce ne sont pas les joins, ça sera l’alcool, la télé, le foot, sa collection de canette…Si l’esprit addictf est installé, qu’importe le flacon, pourvu qu’on ai l’ivresse !

 

La dose :

 

Sain et sauf
mais l'esprit malsain part, 
le corps s'effrite et repère vite
le plein de col-tard,
Pas la pêche, pèle mêle 
je pêche les ptites pilules émerveillent 
et l'on s'éveille au psychotropes
ceux de la veille ceux que l’on gobe
Et on décolle ses pieds de la terre, 
la tête sans les épaules, légère, 
on redescend, on en reprend 
et on remonte loin un instant, 
Sauvage, proche de l'oubli quotidien, 
créant de nouveaux besoins, 
seule raison d'exister
dans son royaume du rien 
hypothéquant les minutes qui vont suivre 
on a la fureur de vivre le conjoncturel 
du bon à donf, bien vite, 
On s'agite et spécule 
sur nos lendemain de cuites, 
qui éclatent et l'on rampe dans sa merde, 
on amène avec nous 

les gens qui ont l'aubaine 
d'être dans le coin, rien à foutre, 
l'empathie pas pour nous, 
fallait choisir sa croute...

Blindez vous infirmières, 
envie d'un dépressif 
qui vous digère passif, 
qui vous méprise actif, 

Pour combler les besoins 
d'individualistes, 
les autres on les sait bien, 
doivent en combler la liste

Les drogués y a rien de mieux
pour notre bon capital, 
les drogués y a rien de mieux 
pour oublier son mal, 

les fléaux, bien pratiques, 
car il faut les soigner, 
leur belles fumées toxiques 
doivent être évacuées. 

Du soleil cinq minutes, 
arrivant sur commande, 
là du fond de sa cellule, 
c'est là qu'on en redemande,

Enfermé dans sa merde, 
se voyant bien rangé, 
dans sa quête d'éphémère, 
on reste à la portée,
 
Des vendeurs, 
des fils de marionnettes, 
qui dans les toxicos, 
voient un double emploi net, 

Pas de révoltes et du fric, 
les deux en un c'est chic, 
pour que plus rien n'affole, 
les tenants de la boutique.  

Le monde artificiel
n'empêche pas l'autre d'être là
ou les drogués en veille
ne sont pas ceux qu'on croit.

Le monde artificiel
est peuplé de drogués
au système addicitif
l'homme aime se faire fouetter 

Partager cet article

Repost 0
Published by GUSTAVSON's BLOG
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Gustavson 's Blog
  • Gustavson 's Blog
  • : Le Gustavson 's Blog, c'est la vision de Gustavson, auteur-compositeur, sur le monde qui nous entoure. Articles, chansons militanto graveleuses et bien plus encore voilà ce qui vous attend sur ce portail. Chaque jour des nouveautés et des impressions à chaud sur l'actualité de notre beau monde égalitariste... Revendicateur, contradicteur, héros de l'absurde ou simple curieux, soyez les bienvenus !
  • Contact

Recherche