Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 13:54

La pensée de droite

 

Je me baladais...

Lavage de cerveau...

Comme au Moyen âge.

 

Qu'est-ce donc que cette chose là, la pensée de droite, peut-on déjà mettre ces deux mots dans un même concept ? La pensée qui incombe une réflexion et l'idéologie de droite qui incombe qu'il faille être sacrément irréfléchi pour l'adopter comme sienne, dans un même concept sans rien avec ?

 

Soit, je m'emporte mais tout être sensé, ayant un peu étudié la question d'une manière objective à travers l'histoire et l'analyse politique, fera la même conclusion que moi, l'idéologie de droite n'amène pas à une philosophie de vie, c'est plutôt une sorte de pragmatisme de la caste dominante pour faire accepter sa domination, soit par la manipulation économique, sociale et culturelle, soit par la force, ce qui a toujours été le cas dans les dictatures fascistes. Mais finalement, le pragmatisme est une sorte de philosophie qui peut, de ce fait se décliner en idéologie. Cependant, je pense que la plupart de personnes bien intentionnées affirmant un discours de droite sont tout, sauf des idéologues. Pour moi les vrais idéologues de droite sont mal intentionnés, se sont des oligarques qui la plupart du temps, sont issus de cette même caste dominante, le savent et ça les arrangent bien d'y rester. Alors ils adoptent logiquement, une pensée et un discours allant dans ce sens. Citons aussi ceux qui ne sont pas issus de cette caste mais veulent y entrer, adoptent cette idéologie et de ce fait acceptent de renier leurs origines et même de la dénigrer, c'est un peu « réussir en marchant sur les copains », bref c'est pas très sympa...

 

Les autres, les bien intentionnés selon moi, ne sont pas de mauvais bougres, mais adoptent un discours de droite sur des sujets économiques, sociaux ou culturels, par mimétisme social. La première chose qui apparaît, ici, est la propension de ces personnes à se présenter comme les défenseurs du bien commun, du vivre ensemble, ce qui ne représente pas de mauvaises valeurs en soit. Ce qui est mauvais, c'est leur façon de procéder, c'est à dire, la façon dont chemine leur esprit autour de ces valeurs, leur réflexion sur les moyens de les mettre en pratique en société, bref, la façon pragmatique qu’ils ont de transposer ces valeurs morales et sociétales. Ils se posent en juges de paix, en contrôleurs des normes et des comportements, ils scrutent ce que font, ceux qui ne sont pas comme eux, qui touchent des aides sociales, aides sociales issues des impôts qu'ils payent. Ils estiment donc avoir un droit de regard sur là ou va leur argent, en ne réfléchissant pas plus loin que le bout de son nez, ça paraît logique, c'est du pragmatisme...Le tout est qu'ils n'ont pas fait l'effort de comprendre ce qu'est réellement la démarche d'une société qui décide de verser des aides sociales, de redistribuer un peu l'argent inégalement réparti à la base ,afin que la masse des plus pauvres ne gisent pas dans les rues à la recherche des miettes qu'ont voudrait bien leur donner. Dans ce cas, ces personnes pourraient dire, "s'ils n'avaient pas d'argent, ils se bougeraient le cul pour trouver du boulot !"

J'ai envie de dire d'accord mais si du taf, il n'y en a pas, à part perdre des kilos et des cheveux, ils ne seraient pas plus avancés...Combien y aurait-il de SDF en plus si l'on supprimait le chômage, le RSA ou la CAF ? De combien augmenterait le taux de mortalité si l'on supprimait la Sécurité Sociale ? Quelle éducation auraient les enfants des classes populaires si l'école n'était pas gratuite pour tous ? Ça peut être assez drôle de s'imaginer notre beau pays dans cette situation que prônent ces gens sans s'en rendre compte, puisqu'ils voient rarement plus loin que le bout de leur nez, ils ne projettent pas leur discours plus loin que ça. Le paradoxe, c'est que c'est justement là qu'il faudrait être pragmatique, selon moi, mais je doit me résoudre à avoir un pragmatisme décalé avec eux et à devoir souvent m'énerver, c'est dure la vie...

 

Tout ça pour dire que les aides sociales que les plus riches versent par les impôts qu'ils payent aux plus pauvres, leur servent à eux aussi ! C'est plus sympa de vivre dans un monde ou l'on peut se balader sans forcément se faire harceler par un mendiant au mètre carré, ou la peste et le choléra ne sont pas de retour à la suite de conditions sanitaires désastreuses pour la majorité et ou cette même majorité sache lire, écrire, compter et n'ai pas traîner dans la rue depuis enfant, en se faisant éduquer par la loi de la démerde qui est loin de correspondre avec celle des gens s'identifiant comme de droite. Et oui, les aides sociales que vous versez sont avant tout utiles pour vous, utiles aux gens aisés. Ça se saurait si on vivait comme un prince de nos jours avec 800 euros par mois de chômage ou avec 400 euros de RSA. C'est déjà mieux que rien, mais pour la réinsertion, c'est vraiment loin d'être évident. Et la plupart de ces gens ne rêvent que de retrouver un travail, ils sont méritant, ont une famille à nourrir et ne sont pas au chômage de leur fait, mais du fait de gens riches qui voulaient se faire encore plus de marge en allant esclavagiser des chinois de 8 ans, qui demandent moins de salaire et font payer moins de charges, donc moins d'impôts. C'est pratique, comme ça ils vivent là ou c'est bien et leur argent vient de là ou l'on paye très peu d'impôts et ou les conditions de vie ressemblent plus à ce que j'ai décrit au dessus.

 

Pour revenir à la définition d'une aide sociale, c'est de l'argent versé sous condition de ressource et non par un jugement subjectif, style les assises des aides sociales. Les aides sociales ne se touchent pas au mérite ou à la tête du client, on les obtient selon ses ressources, donc selon une donnée objective. Ça veut dire que si l'on est un connard qui en abuse, qui ne veut pas travailler et qui fait tout pour ne vivre que de ça, on peut le faire dans les limites de ce que la loi permet, évidemment. Par exemple, quand on a un contrat précaire comme le mien, quand il arrive à expiration, on peut décider, de chercher autre chose, ou de ne pas chercher et de se mettre au chômage pour tenter un concours par exemple, ou même de ne rien tenter et d'attendre de se faire harceler par son conseiller du pôle emploi, jusqu'à ce qu'il menace d'une radiation. Bref, si on à droit au chômage, on y à droit, quoi qu'en pensent qui que ce soit, c'est ce qui s'appelle un droit, un droit qui permet à tout le monde, même aux gens de la classe moyenne qui travaillent, de vivre mieux que si le chômage n'existait pas.

 

De manière plus simple, j'aurai envie de dire à ces gens paraissant bien intentionné et déclarant vouloir un monde meilleur :« si tu arrêtais un peu de regarder ce que font les gens qui ne sont pas comme toi, qui ne font pas comme toi, qui n'ont pas eu la même chance que toi d'avoir une éducation à peu près équilibrée, d'avoir manqué de rien financièrement...Arrête de les juger parce qu'ils n'ont pas réussi comme toi, à gagner assez de fric pour payer des impôts. Si tu es né dans la classe moyenne, c'est pas ta faute tu n'y es pour rien, c'est de la chance et je ne te juge pas la dessus....Ben tu as de la chance justement et tu en profitera peut-être plus en arrêtant de vouloir contrôler ceux qui en ont eut moins, en tout cas pas assez pour payer des impôts mais assez pour toucher des aides sociales issues des tiens. Ai aussi conscience de la chance que tu as d'avoir eu assez de capital social (relations), de capital culturel (demander conseils à des proches pour monter une boite, savoir comment fonctionnent les marchés financiers, comment placer son argent en banque...ou même des parents qui ont pu t'aider à faire tes devoirs quand tu était môme), de capital économique (des parents qui ont pu te payer des études, un loyer...). Tout ça, c'est moins possible pour les gens issus des masses laborieuses qui peuplent les pôles emplois, les CAF...».

 

Il faut aussi dire que ces gens bien pensant de droite pensent souvent s'être fait tout seul, être issu de la méritocratie et ne se rendent sincèrement pas compte du fait que le milieu dans lequel ils ont vécu les prédestinait à avoir une bonne situation sociale. Hélas, ça n'est même pas vraiment de leur faute, si on faisait un petit sondage, ces gens s'autoproclamant de la classe moyenne (qui est en fait les 20 % des plus riches, donc pour la moyenne vous repasserez...) ont à 95% un entourage issu de la même classe (famille, amis, relations...). Ils ne font pas exprès, ils sont tout simplement, culturellement, plus facilement amené à s'entendre avec des gens ayant les mêmes valeurs qu'eux, ou, simplement, les gens qu'ils rencontrent (ben, ils rencontrent souvent, peu de prolétaires anarcho-communistes parce qu'ils fréquentent rarement les mêmes endroits, société cloisonné quand tu nous tiens...).

 

Pour le côté, droite fascisante et remise en cause des acquis sociaux, j'ai entendu il y a peu de temps, une chose qui m'a fait bondir et quand j'ai vu que j'étais le seul que ça fasse bondir, ça m'a atterré. J'ai fait un long voyage vertical à ce moment là, qui m'a amené de la stupeur, à la consternation. En visitant un ancien cirque romain style colysé à Rome, on à commencé à discuter avec mes collègues des spectacles qui y étaient représentés et donc, fatalement des gladiateurs. La transposition avec le statut des criminels d'aujourd'hui arriva rapidement. Mes collègues ont trouvés tout naturel l'idée que, au moins, les criminels qui se produisaient au cirque devenaient utiles à la société puisqu'ils fournissaient un spectacle et aidaient à la croissance économique puisqu’il fallait payer le billet d'entrée. Ils ont donc plus d'utilité que les prisonniers purgeant actuellement leur peine en France puisque ces derniers coutent à la société, font payer des impôts (obsession éternelle...) et ne servent à rien. Alors vint la conversation sur la réinsertion par le travail. Avec la meilleure volonté du monde, ils se sont mis à discourir sur le fait qu'il faudrait obliger les prisonniers à travailler pour la société en purgeant leur peine. Alors de une, j'ai répondu que, tant pour le détenu que pour la société, il vaut mieux la réinsertion par le travail que de rester à croupir toute la journée dans une cellule en apprenant au mieux des petites magouilles au pire à être un psychopathe. Cependant, je ne suis pas sure que l'état soit disposé à adopter une réelle politique de réinsertion dans les prisons française, qui sont, soit dit en passant, les plus vétustes d'Europe. De deux, j'ai aussi ajouté qu'il faut laisser le choix au détenu et c'est de loin, le plus important. Si l'on ne laisse pas le choix au détenu de travailler ou pas,  il me semble que l'on revient à une idéologie proche de celle d'un bagne ou d'un camp de travail.

 

C'est quand même légèrement fasciste quand on pense à la portée idéologique de ces propos. Mais eux, ne s'en rendent pas compte parce qu'ils sont pragmatique, ce ne sont pas des philosophes...Ils sont logiques, un détenu ne peut être utile à la société que si il se réinsère. Si en plus il se réinsère en travaillant pour la société durant sa peine, il aide également la croissance économique c'est d'une pierre deux coups. Moi je dis, très bien mais si le détenu donne sont approbation. Je pense que c'est mieux pour un détenu de travailler, le temps passe plus vite comme ça et on s'éloigne moins vite de la réalité de la vie de dehors. Mais, et c'est fondamental, si on ne lui demande pas son avis, c'est du travail forcé, donc même logique que Cayenne, Auschwitz....Alors, ça arrive à tout le monde de sortir des conneries plus grosse que soit, surtout quand on à pour habitude de ne pas voire plus loin que le bout de son nez. Le problème, c'est que même quand j'ai spécifié mon point de vue à ces personnes, elles ont continué à vouloir me convaincre que leur point de vue était le bon; J'ai du, à mon plus grand étonnement, couper cours à la discussion parce que ça devenait vraiment malsain. J'espère vraiment pour eux, que c'était de la fierté mal placé et qu'ils ont pu un peu réfléchir depuis. Je pense que c'est avant tout un manque de réflexion de leur part, ils ne sont pas mauvais au fond, tout comme la plupart des électeurs UMP et FN.  Ils ne réfléchissent juste pas assez, n'ont que trop peu de recul par rapport à leur propre situation et voudraient vivre dans un monde parfait ou tout le monde auraient les mêmes chances de départ qu'eux, feraient comme eux et penseraient comme eux...Ben heureusement que c'est pas le cas ici....

 

Pour résumé et à la lumière de ces exemples, la pensée de droite est représenté majoritairement par des individus issus de la classe aisé (qu'eux même appellent classe moyenne parce qu'ils ont du mal à s'assumer), réfléchissant et analysant leur environnement essentiellement par pragmatisme, tout en ayant très peu de recul par rapport à leur propre condition. Ils utilisent de ce fait, dans leurs diverses analyses politiques, sociologiques et économiques des données erronées pour juger des faits réels. Ils ont tendance à imaginer que l'ensemble de la société bénéficie des mêmes postulats et avantages de base qu'eux même et c'est logique puisqu'ils s'estiment de la classe moyenne. Petit conseil pour tous, ayez du recul sur votre propre vie, vos avantages et vos inconvénients de départ, ceux des autres, tentez de vous mettre à leur place et vos analyse de café du commerce ne s'en porteront que mieux, du moins, elles approcheront peut-être plus de la réalité. Et si ce n'est pas le cas, elles énerveront moins vos interlocuteurs...Tout ceci vaut évidemment pour moi aussi !  

Partager cet article

Repost 0
Published by gustavson.over-blog.com - dans Politique
commenter cet article

commentaires

John Galt 10/02/2012 21:35

Il n y a pas d'idéologie à l'UMP. Le pragmatisme est une arnaque intellectuelle qui permet de dire n'importe quoi en fonction du vent électoral. L'UMP n'a qu'un seul objectif : gagner les élections
et arroser les copains par de mégas contrats publics ou des lois protectionnistes.

GUSTAVSON's BLOG 10/02/2012 22:22



C'est à peu près ce que je pense aussi...



Koopa Troopa 21/12/2011 21:21

Ne faire trav&ailler que les prisonniers qui doivent indemniser des victimes, c'est le seul cas admissible. Et ce n'est pas, loin s'en faut, la majorité des cas.

LeDocteur 21/12/2011 17:34

Ah les detenus, vaste question ! Je pense personellement que la prison ne doit pas etre qu'un lieu de pénitence, mais aussi une seconde chance ! Au lieu de "forcer" a travailler pour souvent moins
que le smic horaire, ne pourrait t'on pas proposer a ceux qui sont "perdus" dans las reseaux delinquants, une alternative ? leur proposer une formation profesionnelle, un diplome, histoire de leur
laisser une porte de sortie ? apres pourquoi tant de haine contre ceux qui ont purgé leur peine et sont " en regle avec la maison" comme le dit un flic de mes connaissances !
Il déplore aussi, la "haine des cons qui feraient mieux de venir avec nous en intervention plutot que de l'ouvrir inconsiderement" ! s'apres lui, ceux la lui sont pareils aux delinquants : " ils
ont oublié leur coeur" " ils ne parlent que de faits diver e s'en offusquent , mais oubient tous qu'ils y sont pour quelque chose" ry lui d'ajouter, " je suis un flic, je me suis engagé par
conviction ! j'en ai marre de voir des jeunes se detruire, j'en ai marre de voir des haineux decerebrés vouloir les estourbir, j'en ai marre de travailler plus comme un garde chiourme pour nantis
que comme un vrai flic !' et de terminer en me disant : je crois que je vis demisionner, je veux garder l peu de oeur qu'il me reste, ou sinon je finirais comme certains copains, a manger mon arme
de service ! Tiens, on parle pas d'eux, ceux qui brisés mettent fin a leur jours !

Je me souviens avoir pensé : mais quelle horreur ! en voila un qui a moitié bourré ( in vino veritas ), plutot que de cracher de la haine, lance desesperement, un dernier acte d'amour ! il a
commencé sa carriere par la penitentiaire, puis est devenu gardien d la paix puis inspecteur ! pourquoi un tel Malabar est il en proie au desespoir ? pourquoi un flic a de lacompassion pour les
gens qu'il arrete, pourquoi dit il dans le vide : la prison ca doit etre une chance en meme temps qu'une punition ?
et lui de me poser la question : D'ou vient le mal, le mal c'est quoi ?

GUSTAVSON's BLOG 22/12/2011 00:17



Vastes question...Pour les détenus, le tout est d'avoir le choix, comme tout être humains..Après il y a le débat sur la nécéssité des prisons, ne faut-il pas faire autrement ? Il est sure que si
les prison fonctionnent de cette manière, qu'elles sont tellement délabrés (en France, dans les pires d'europe), supeuplée, ne résolvent rien, empirent même les choses...C'est qu'on émet la
volonté politique qu'elles soient comme ça. Les détneus servent d'exemples, pour maintenir la peur des autres. Leur récidives après leur passage en taule, ne leur apportant aucune autre
perspective que de soit déprimer, devenir dingue ou encore se spécialiser dans la délinquance..Permettent aussi de maintenir cette peur, permettant aux moutons de bien se tenir..


Et oui, plein de flics sont dans un putain de malaise, vu les consignes absurdes qu'on leur donne. D'autres finissent par les accepter et deviennent aussi con que la règle leur ordonne...


Bref, plein d'axesz de reflexion en persepective...



Koopa Troopa 21/12/2011 12:02

Et on peut aussi choisir d'être une ordure de gauche (pléonasme). Jean-Louis Murat vient d'ailleurs de pousser un coup de gueule intéressant là-dessus...

GUSTAVSON's BLOG 21/12/2011 16:33



et oui, il reste des choses universelles en ce monde...



delikatess 19/12/2011 00:24

je pense que si on fait des choses contraint et forcé, cela ne peut pas apporté d'epanouissement cela peut toujours nourir frustration et donc en découler mepris haine ce qui je pense n'est pas le
but et encore moins dans le milieu carcerale, je pense que l utilité de l insertion en prison est de sortir du quotidien et eveillé d'autre chose que la rage qui doit transpiré des murs de la tole
!

GUSTAVSON's BLOG 20/12/2011 01:22



Le droit au choix est un droit humain, les gens en taule sont des humains. De par cette qualité, ils ont droit au choix, de bosser ou pas en taule, comme tout le monde à l'extérieur...Après, on a
aussi le choix d'être un gros facho et de penser que se sont des bêtes indignes de la condition humaine..Oui, on peut choisir d'être un gros con...



AprèsLecture 01/04/2011 03:04


Je vous parle selon "mon" sentiment, et vous me répondez "droite".....
(Je suis végétarienne : J'espère que Marine prône le boeuf Bourguignon et autre joyeuseté veau vache cochon... .. sinon je me verrais assimilée à peu de frais ?)

Je parle selon "mon" sentiment.. C'est peut-être la raison pour laquelle il ne m'est pas venue à l'idée que vous puissiez vous exprimer depuis un bord, droite, gauche centre...

Ma vie de "contraintes" : étudier, bosser, observer certaines règles élémentaires collectives. Je peux m'y soustraire bien sûr et vivre la conséquence de mon choix, (que je peux tout à fait assumer
en espérant ne pas tomber sur des psycho rigides toujours prompts à critiquer le poil qui dépasse).
Ceci étant dit en prison la donne a changé. Je n'ai plus le choix. Si j'y glande c'est qu'on m'y a "abandonnée". Si j'y apprends, ou si j'y bosse, c'est qu'on se soucie de moi et de mes capacités à
rebondir.. (Un angle de vue assez sain je trouve).

Vous dites, "laisser le choix" de travailler :
C'est aussi prendre le risque d'une stigmatisation ultérieure.
L'employeur préfèrera le gars qui a "choisi" d'apprendre un métier, d'étudier, de travailler, en prison, plutôt que l'autre.

Il se trouvera des ex prisonniers pour regretter d'avoir eu le choix.
(A l'image de certains jeunes qui déplorent de ne pas avoir été "poussés" par leur parents un peu trop laxistes.)

il faut croire que dans chaque pensée on trouvera une faille et une dérive potentielle..

Je n'ai pas l'espoir ni la volonté de vous convaincre.. là où vous pensez "contrainte", je pense "chance".


GUSTAVSON's BLOG 01/04/2011 08:44



Une chance, ça se choisit, ça ne s'impose pas ! C'est très simple pourtant fiez vous aux simples mots sans essayer de placer des justification tarabiscotées et vaines pour nier une évidence.
Quand on force quelqu'un à faire un travail, qu'il n'est pas payé pour cela (ou dans le cas du travail en prison, une misère...), c'est du travail forcé, c'est juste comme ça que ça s'appelle.
Après, c'est sure que quelqu'un en prison a souvent intérêt à accepter un travail qui lui est proposé, plutôt que de glander toute la journée dans sa cellule. mais si il a décidé de glander, il a
le droit car il purge déjà sa peine en étant enfermé. Si on le force à travailler, c'est du travail forcé, activité régit par les mêmes principes fondamentaux, même si les contextes historiques
sont différents, que les bagnes ou les camps de travail nazi.


Le travail en prison peut être considéré comme une contrainte ou come une chance, peu importe, si on oblige un détenu à travailler, contre sa volonté, c'est du travail forcé. le travail frocé, ça
n'est pas humains et les détenus restent des humains, qui ne sont pas libre mais qui ont encore le droit de faire leurs propres choix.



ApresLecture 31/03/2011 00:03


"Mais, et c'est fondamental, si on ne lui demande pas son avis, c'est du travail forcé, donc même logique que Cayenne, Auschwitz"

Non.... absolument pas. Je me permets de vous inviter à
nuancer cette réflexion pour éviter un raccourci vraiment dangereux.
Auschwitz dites-vous.... et vous verriez-un rapport entre ses internés avilis "à tout point de vue" et nos prisonniers pour peu que ceux ci soient "contraints" de travailler ?

Alors allons y.. en reprenant votre logique argumentaire :
"Les mettre en prison d'accord, mais, et c'est fondamental, si on ne leur demande pas leur avis, c'est de l'emprisonnement forcé, donc, même logique que Cayenne, Auschwitz"

Ce clin d'oeil pour vous dire, que l'argument est bâti sur un parallèle,
Mais les parallèles ne se rencontrent pas.

Le spectre idéologique, fasciste et autre écarté,
quels seraient vos arguments (des vrais hein), pour en venir à la conclusion qu'il ne serait pas bon de forcer un prisonnier à travailler (et de même, lui éviter la spirale éventuelle : magouille,
psychopathie, tout en payant honorablement et utilement une dette envers la société) ?


GUSTAVSON's BLOG 31/03/2011 07:50



Oui tout à fais, c'est même plus qu'un rapport c'est un point commun. Quand on force quelqu'un à travailler sous la contrainte, durant son enfermement contraint également, qu'il soit prisonnié
pour de bonnes raisons ou pas, cela s'appelle du travail forcé, c'est juste une définition objetctive, même pas un avis...


Je trouve plus dangereux que cette comparaison que vous appellez raccourci, le fait que certains électeurs de droite, prône donc le travail forcé dans nos prisons...



Un Corniaud de droite 20/03/2011 18:39


Bonjour,
Malgré les fautes d'orthographe et les lieux communs j'ai réussi à lire la totalité de cette "profonde réflexion" gauchiste.
Je ne suis même plus étonné en lisant les incohérences des idéologues tels que vous.
Quelques exemples :
- la tolérence est, paraît-il, une valeur de gauche. Pourtant, quel mépris pour ceux que vous classez à droite !
- vous parlez de "pragmatisme de la classe dominante". Savez-vous que le FN est maintenant le premier part ouvrier, et que les classes populaires votent plus ump que PS ?
- le bien commun "n'est pas une mauvaise valeur en soi". Quelle lapalissade !

Finalement, il apparaît assez clairement en vous lisant que vous êtes un de ces individualistes frustrés de ne pas avoir autant que ce que vous estimez valoir. Vous parlez beaucoup de droits mais
jamais de devoir. Vous avez la culture de l'excuse, mais pas le sens des responsabilités... bref, je vous le confirme : vous êtes bien de gauche. Mas pas de cette gauche caviar qui se fout bien des
prolétaires, sauf dans leurs discours, vous êtes putôt de la gauche envieuse


GUSTAVSON's BLOG 20/03/2011 22:14



Bravo pour avoir réussi à lire cette reflexion gauchiste malgré les fautes d'orthographe, bel exploit, ça devait être dure à avaler en tant que personne à l'idéologie droitière...J'ai dit
idéologie ? Pardon, je voulais dire pragmatisme de personne issue des classes aidées ou voulant entrer dans la grande famille des marchands d'esclaves...


L'esprit de tolérance est une vertue mais je pense qu'il est inhumain de tolérer l'intolérable, seul un mec come Jesus pourrait tout pardonner.


Donc jene tolère pas ceux qui cautionne un système tellement inégalitaire, qu'il fait crever de faim des population entière pour son profit immédiat, en faisant varier d'une manière totalement
irresponsable les cours du blé sur les marchés financiers, par exemple. Je ne tolère pas que l'on admette qu'un parti comme l'UMP se serve de l'exacerbation des passions identitaires à des fins
électorales risquant de faire revenir la France dans les travers fascistes qu'elle connu dans les années 30 et 40.


Le Ps est un parti de bourgeois tout comme l'UMP, le PS est un parti de droite et toute l'offre politique gauche et droite ocnfondue, ne me convient pas, si le vote blanc était comptabilisé, je
voterais, mais il ne l'est pas, donc je ne vote plus. Les classes populaiares votent certainement plus UMP ou Fn que le PS et elles n'ont d'intérêt à voter pour aucun de ces trois partis, ne les
représentant pas. Les classes populaires ont comme seul intéret véritable de faire la révolution, de changer le système et de rendre les institutions nouvelles transparentes et honnêtes envers
les citoyens qui devraient avoir le pouvoir. Il est tout à fais anormal que la plupart des gens ne connaissent pas le fonctionnement des institutions, qu'ils sont censé devoir contrôler et
sanctionner durant de élections. Cette ignorance volontairement établie par le système qui décide sciamment de ne pas enseigner l'éducation civique et le droit das le seconaire au même niveau que
l'enseignement des maths et du français.


Je n'ai pas autant que ce que je vaut et 90 % des personnes dans le monde n'ont pas leur part car les 10 % restants ont tout accaprés à leur profit. Défendre la droite est défendre cet état de
fait, je ne le tolère pas car c'est intolérable, et l'intolérable s'exprime allègrement sur tous les forums. Il ya trace écrite de tout ce que vous dites et vous serez jugés devant l'histoire car
si l'on arrête pas ce système néolibéral très vite, il causera notre perte à tous. Voyez sur quoi nous basons notre mode de consommation énergétique, sur le nucléaire, capable de créer
l'extinction de l'humanité. Voyez notre système économique basé sur le profit immédiat des marchés financier, donnant aux produits des valeurs fictives, créant des bulles finnancières créant à
terme, de graves crises boursières dont tous vont patir. Voyez l'acculturation culturelle voulue par les dirigeants politiques et diffusée par les médias, nous fraisant bouffer de la merde à
longueur de journée, nous maintenant dans la religion de la stupidité, du patriotisme, de la sur consommation, de la hierarchie, de la propriété et j'en passe...


Si vous avez une meilleure situation, vous ne la méritez en rien et vous n'y êtes pour rien non plus. Dans ce monde immobile socialement, tout s'hérite ! La méritocratie mon cul, pour y arriver
en partant de bas, il est fort probable de devoir marcher sur la gueule de son prochain, en tout cas, c'est une valeur que le système met en avant...Les concours, l'élitisme, les pistons, les
réseaux, la communication publicitaire, savoir se vndre même si l'on a rien à vendre...


Je ne m'excuse en rien car je ne veut pas réussir selon la norme de ce système que je méprise et dont je méprise les soit disant idéologue, qui font de l'idéologie sur des non valeurs, sur du non
sens, parfois consciemment, la plupart du temps inconsciemment.


Je ne suis en rien responsable devant ce système et j'informe les gens de leurs droits naturels bafoués par ce système, en tant qu'humain. Je leur dit que leur seul devoir envers la planète et
leur dignité est de se révolter avant qu'il ne soit trop tard et que riche ou pauvre droitiers ou gauchiste, on meurent par notre passivité à l'égard d'un système devenu fou par le narcissisme de
certains, dont les envies de profit immédiat sont devenu incontrôlables...


Vous vous trompez, je n'envie en rien ce système et ne veut absolument pas y entrer. j'estime être de la gauche révolutionnaire, bien plus que le NPA ne le sera jamais. Je ne suis pas jaloux de
ne pas être de ce système, je veux simplement en changer pour aller vers un système moins injuste, moins inégalitaire, moins fasciste moins autodestructeur. Plus transparent, plus démocratique
(et non pas oligarchique manipulant les masses par leur igorance guidée des institutions et de leurs droits, en les manipulant et en faisant preuve de démagogie mérpisante à, leur égard. ), plus
universaliste, banissant frontières et propriété, trépartisant les richesses à travers la monde d'une façon plus égalitaire...


Dans ce monde là, qui n'est en rien une utopie mais qui est, à condition qu'on le veuille bien, tout à fait réalisable. La politique, l'économie, les institutions pourraient fonctionner d'une
manière très simple, que tous pourraient comprendre...Dans ce système, on a tout compliqué car étaler au grand jour les vicissitudes du politique et de l'économie provoquaient instantanément une
révolte, les gens voyant devant leurs yeux, à quel point on les prend pour des vaches à lait et à quel point on les prend pour des cons. La manipulation évite toujours le simple et le vrai, sinon
elle se dévoile....


Voilà, ça n'est qu'u commebntaire, je ne peut étaler que quelques généralité mais si tu as des questions d'ordre technique, je serais ravi de t'expliquer de quelle manière, ce que j'exprime ici
tien  tou à fais debout. Je vous invite également à lire la partie politique du Gustavson's blog, vous y trouverez des détails sur cette façon de penser qui m'est propre.



Présentation

  • : Gustavson 's Blog
  • Gustavson 's Blog
  • : Le Gustavson 's Blog, c'est la vision de Gustavson, auteur-compositeur, sur le monde qui nous entoure. Articles, chansons militanto graveleuses et bien plus encore voilà ce qui vous attend sur ce portail. Chaque jour des nouveautés et des impressions à chaud sur l'actualité de notre beau monde égalitariste... Revendicateur, contradicteur, héros de l'absurde ou simple curieux, soyez les bienvenus !
  • Contact

Recherche