Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 14:58

154918 149142671800337 100001138156420 235431 4348110 n

 

Sisyphe, héros de l'absurde.

Indignez-vous : analyse du pamphlet de Stéphane Hessel.

 

Une vérité, un chemin, une volonté, une finalité, une suffisance et une totalité, voilà toutes les notions de cette phrase impliquant bien des philosophies particulières, au service d'une philosophie globale. Le chemin importe peu, qu'importe le flacon, pourvu qu'on ai  l'ivresse, qu'importe le moyen, pourvu qu'on y arrive, la fin justifie les moyens comme le dirais La Fontaine. Franchement, je ne sais pas si toute méthode justifie tout but que l'on se donne, pour parler ainsi, il faut vraiment être sure de soit, de son idée directrice, il faut accepter de faire de multiples concessions, prendre des chemins que l'on se refuserait à prendre habituellement, selon sa conscience, ses valeurs propres, pour arriver là ou l'on veut arriver. Le problème avec cette notion, est que le fait de marcher sur les autres pour réussir, entre parfaitement dedans. Est-ce que ça vaut le coups de se trahir pour une cause ? Peut-être, peut-être pas. Mais quand on dit que le chemin importe peu, on peut aussi envisager que l'on ne choisit pas forcément son chemin, qu'on le subit, ou qu'il est le fruits du hasard. Cela veut aussi dire que l'on fait des essais, qu'on rate, qu'on retente, que l'on apprend de ses échecs, que l'on prend des chemins détournés, imprévus, escarpés.

La société nous dit, "tu as le choix entre du pire ou du moins pire, elle nous met des œillères pour qu'on prenne le chemin qui l'arrange le plus, le chemin emprunté de tous pour savoir ou tout le monde va, pour mieux nous dominer, nous acculturer, nous faire penser comme elle veut que nous pensions. Prendre du recul, c'est reculer, voire de plus loin la multiplicité des chemins qui s'offrent à nous, il y a le pire, le moins pire et tous les autres qui étaient cachés par nos œillères imposées. Avoir raison d'emprunter un chemin plutôt qu'un autre, être dans la vérité, c'est subjectif, il n'y a pas de vérité, il y a sa vérité, qui ne vaut pas plus que celles des autres.

 La volonté, c'est bien, ça fait avancer mais la volonté n'est pas tout. La volonté permet de s'engager mais la volonté n'est qu'un outil de l'orientation qu'on lui donne. La volonté est la voile, l'orientation est la barre mais c'est le vent qui donne à la voile toute son efficacité pour avancer sur le chemin que notre volonté nous à fait choisir et on ne peut pas contrôler le vent. On ne peut donc pas maîtriser sa volonté propre et la faveur de l'environnement à permettre son accomplissement.

Arriver, arriver, pourquoi faut-il toujours arriver, parfois on arrive jamais, la plupart du temps d'ailleurs et alors ! Arriver ne doit pas être une fin en soit, si on arrive, on s'arrête, c'est dommage, on peut toujours aller plus loin, on peut passer une vie sans arriver. Les gens qui estiment être arrivés sont chiant parce qu'ils ne sont plus en mouvement, il ne font plus rien qui les développe, ils sont arrivés, nostalgiques de leur chemin parcouru. On peut avoir la volonté d'arriver tout en sachant que l'on arrivera jamais, on peut vivre l'absurdité de l'existence tout en ayant conscience qu'elle est absurde. Comme le dit Camus, la conscience de l'absurde amène à l'engagement, à la révolte, ce qui permet de faire évoluer sa condition, de changer le monde. Mais alors, est-ce que la volonté d'arriver suffit à tout ? Non, car rien ne suffit à rien alors il n'y a pas de raison pour que cette volonté suffise à tout.

Donc en résumé la volonté d'arriver est bénéfique que si l'on prend conscience que l'on arrivera jamais parce que si l'on arrive, il faudra fatalement aller ailleurs. Ceci dit, avoir des idées, des projets, des buts est une bonne chose, mais il faut savoir que rien n'est figé sans être chiant. La vérité n'existe pas, il n'y a que sa vérité qui évolue également et qui ne vaut pas forcément mieux que celle d'un autre, même si elle nous concerne plus directement. Le chemin importe peu, à condition de prendre du recul et d'appréhender la multiplicité des chemins possibles, de faire un choix dans les meilleures conditions de connaissance, sachant que ça ne sera jamais "en toute connaissance de causes". La volonté peut-être une bonne chose mais elle ne fait pas tout, il faut la diriger et trouver le vent qui la porte.


Donc, "en vérité, le chemin importe peu, la volonté d'arriver suffit à tout. », est une phrase un peu trop absolue pour moi, je dirais plutôt, " La vérité est subjective, soyons conscients de la multiplicité des chemins abordables, arpentons les poussés par le vent de notre volonté et sachons que nous n'arriverons jamais à ce que nous avons cru au départ". C'est un peu plus long, plus complexe, mais ça ressemble plus à ce que je pense.

Partager cet article

Repost 0
Published by GUSTAVSON's BLOG - dans Philosophie
commenter cet article

commentaires

lizagrèce 16/02/2011 20:26


Tu sites volontiers Camus et je trouve que tu l'as bien compris, malgré ce que tu appelles souvent ton "inculture " - à laquelle je ne crois pas naturellement.
J'ai écrit un article sur le livre de Hessel - j'en parle d'une manière plus simple - un autre éclairage ...


GUSTAVSON's BLOG 17/02/2011 07:34



Je vais aller voir ça alors ;)



Présentation

  • : Gustavson 's Blog
  • Gustavson 's Blog
  • : Le Gustavson 's Blog, c'est la vision de Gustavson, auteur-compositeur, sur le monde qui nous entoure. Articles, chansons militanto graveleuses et bien plus encore voilà ce qui vous attend sur ce portail. Chaque jour des nouveautés et des impressions à chaud sur l'actualité de notre beau monde égalitariste... Revendicateur, contradicteur, héros de l'absurde ou simple curieux, soyez les bienvenus !
  • Contact

Recherche