Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 10:34

5103649597_78228eb448.jpg

 

Vernissages...La chanson de GUSTAVSON en écoute

Marché de l'art...

 

Un tournage à l'opéra, je n'en avais jamais vu. L'opéra, c'est le truc bourgeois par excellence. Qui va à l'opéra ? Les bourges, les riches, ceux dont la culture les amène à y aller. Moi, rien ni personne ne m'avais incité à aller dans un opéra, jusqu'à ce jour. De la même manière, je n'ai jamais vu de théâtre de ma vie, croire que je suis le seul est se tromper lourdement, rien qu'en France, je pense que trois quart de la population n'a jamais vu de théâtre, ou n'est jamais entré dans un opéra.

Cette fois j'y étais et ce lieu se parait de ses plus beaux décors rococos. Des dorures, des petites statues collées aux murs, l'étalage du luxe sur fond de moquette rouge, tout pour nous rappeler qu'ici, on est chez les bourges.

Je suis venu visiter ce lieu, pour appréhender la manière dont se passe un tournage et on m'a collé en figurant. Normalement figurant, c'est un truc à la con sans conséquences, tu te fou là, tu fais ce qu'on te dis, un truc simple et c'est dans la boite. J'allais vite me rendre compte que c'était bien là mon problème. Faire ce qu'on me dit, sans rien n'y comprendre...C'est ce que la société et son système de fonctionnement que je décrie, demande de faire à la masse des manipulés inconscients. Je me trouve dans un opéra, antre des dominants dans leurs amusements culturels élitistes et on mêle l'art à tout ça.

Sur le coups, je n'avais pas compris les choses comme ça, j'étais juste pas bien, sans en comprendre la raison, je ne m'expliquais pas pourquoi je n'arrivais pas à faire une chose si simple, de la figuration. Il fallait que je retienne un numéro et lorsque celui-ci était appelé, il fallait que j'allume un briquet en souriant, fixant un espace entre deux cintres...Pourquoi ? Dans quel but ? Aucun figurant ne le savait, les figurants ne sont pas là pour penser, pour réfléchir, ils sont là pour faire ce qu'on leur dit, comme de bons toutous obéissants. Dans la vie quotidienne, c'est pareil, on vit dans une société de figurant, jonchée de pions dirigés sans comprendre pourquoi ils vont ou ils vont. Ils ne sont pas acteur, ils figurent, tiennent leur place et ont un rôle semblable à tant d'autres.

La lumière s'éteint, une caméra s'avance sur un rail dans l'obscurité, une ombre s'approche et un vieux con crie "un....deux....trois", les briquets s'allument alors avec difficulté et les sourires coincés fleurissent "6...7...8...9"...Neuf, c'est à moi, j'allume mon briquet, je regarde les cintres, je souris, mais je me force, ma joue en tremble alors j'arrête de sourire, mon corps refuse de sourire, ça n'est pas une situation pour sourire, rien ne m'a donné envie de sourire. Je n'ai pas réussi à changer mon "état d'humeur", j'étais horrifié, j'ai essayer de forcer mon corps à accepter une contrainte absurde, mais il ne m'a pas laissé faire et je fus contraint de revenir à un état plus naturel pour moi, à ce moment là, l'état horrifié. Si j'avais compris le film, le pourquoi de cette scène, son intérêt dans l'œuvre, j'aurais peut-être pu accepter l'idée de sourire en regardant des putains de cintres et en allumant un putain de briquet dans le noir.

 

Ca n'est pas naturel de sourire dans cette situation, mais en comprenant, on en appréhende l'intérêt. Alors on va peut-être me répondre que c'est une question de temps, que l'on ne peut pas expliquer tout à tout le monde. Ben si, la moindre des personnes participant à un projet, son rôle fusse t-il minime, doit le comprendre, le projet doit lui être expliqué. En démocratie, on doit expliquer le fonctionnement des institutions et les enjeux de tels ou tels votes à tous. Aujourd'hui, ce sont les figurants qui votent sans comprendre les projets, les figurants qui figurent sans comprendre les enjeux de leur scène et du film dans lequel ils participent. Expliquer, rendre compréhensible, en société ou dans un film, c'est possible pour la masse de ceux qui ne joueront pas un rôle principal, ça donne à leur participation un sens plus fort que celui de statues dirigées, ça rend le film plus crédible...

En résumé, je pense que le rôle de figurant qui doit faire des choses sans les comprendre ne me conviens pas, ni dans la comédie, ni dans la société. Si l'on essaye de me faire jouer ce genre de rôle, il génère chez moi, un état horrifié, dicté instinctivement par mon corps, dont je ne peux me détaché qu'en acceptant de aire autre chose...que de la figuration.

Partager cet article

Repost 0
Published by GUSTAVSON's BLOG - dans Spécial artistes à la con
commenter cet article

commentaires

lizagrèce 28/03/2011 22:03


Je n'avais pas pensé faire le parallèle entre la politique et la figuration. Figurant, c'est une profession, souvent exercée par des gens qui sont comédiens mais à qui on ne propose pas autre
chose. Donc les comédiens savent (ça fait partie de leur technique d'apprentissage) rire ou pleurer ou je ne sais quoi d'autre, presque sur commande. Ça fait partie de la règle du jeu. Ce n'est pas
un métier passionnant. Souvent on le fait parce qu' il faut bien bouffer.


GUSTAVSON's BLOG 28/03/2011 23:54



Ben, je conçoit qu'on puisse faire ça. Le hasard et non ma volonté, m'a amené à m'y essayer...Ca ne me convient pas du tout de faire des choses que je ne comprend pas avec des gens que je ne
connais pas. Je pourrais à la limite, me résoudre à suivre quelqu'un en qui j'ai confiance, sur des projets dont je n'ai aucune idée...Hélas, je n'ai pas confiance en grand monde, même pas en moi
même...J'ai un texte sur la confiance d'ailleurs "ayez confiance", on peut le trouver en tapant sur le moteur de recherche du blog...


a bientôt ;)



Michael 28/03/2011 12:19


La figuration, ce n'est pas uniquement figurer, c'est être là, dans son corps, avec son esprit et donc - connecté - à l'instant. Figurant, c'est aussi réfléchir, se laisser porter par l'inconnu.
Une société ou tout est déchiffrable reste t-elle encore intéressante ? Est-il nécessaire d'avoir une explication à tout ?

La figuration évoque de donner de son temps pour le projet de quelqu'un qui le vit intérieurement, avec ses tripes, avec son coeur. Le porteur du projet, seul, sait pourquoi il a besoin des autres
et offre alors le loisir à ceux qui le veulent de figurer l'instant et enrichir le projet, qui sans les autres, rappelons-le, ne peut exister.

Finalement, figurer, c'est permettre à l'autre d'exister. Ce n'est ni une obligation, ni une fatalité.

Avoir choisi d'être présent, c'est une décision personnelle, nullement une décision sous contrainte.

Ne pas savoir pourquoi avoir été là, c'est s'offrir la surprise du résultat final, lorsque, le film terminé, on découvre l'histoire à laquelle on a participé.

Comme dans n'importe quel livre, le lecteur découvre le fin mot de l'histoire à la toute fin.
Être figurant, c'est s'accorder le temps d'une échéance incertaine, c'est s'offrir l'attente de comprendre pourquoi on a donné de son temps et découvrir, alors, le fin mot de l'histoire.

Michael


GUSTAVSON's BLOG 28/03/2011 13:10



Ben c'est vraiment pas mon truc d'être figurant alors, je conçois que ça puisse être le truc de quelqu'un ceci dit, c'est pas le mien, en tout cas, ça l'était pas hier.


On est pas toujours à l'avant plan, dans certaines situations, on doit s'effacer et laisser l'autre s'exprimer et c'est très bien...On ne comprendra jamais tout, une société ou tout est
déchiffrable n'est pas interessante, mais une société ou tout est caché et ou l'on ne donne pas les moyens d'y comprendre quoi que ce soit l'est encore moins, selon moi. il n'est pas nécéssaire
d'avoir une explication à tout, mais personnellement, si on veux que je colle à l'idée d'un projet, j'ai besoin d'avoir une connaissance minimale de son orientation..


Je te donne un exemple et je ne dis pas du tout que c'est le cas du film d'hier : Imaginons que je figure dans une création, que je fasse le même genre de scène sans trop savoir pourquoi, comme
ça, pour rendre service...Et qu'a la fin, j'ai la surprise de voir que mon nom est au générique d'un film à la gloire du troisième Reich...Ici, une connaissance minimale m'aurait permis
d'appréhender le projet d'une autre manière et de m'y faire participer ou pas, sans connaître tout du projet, mais au moins en y connaissant un minimum pour m'exprimer dans ce projet ou de
décider de ne pas m'y exprimer.


Après je découvre, comme dit, je n'y connais rien à la figuration, à l'actoring, au théâtre, à la vidéo. J'ai été gêné durant cette scène, je n'ai pas compris pourquoi tout de suite et j'ai finis
par comprendre que c'était par rapport à ce que j'ai écrit dans l'article "figuration". J'ai besoin de vivre un projet quand j'y participe, si je ne l'appréhende pas un minimum, je n'arrive pas à
y mettre des émotions vraies, du moins, je n'y suis pas arrivé hier.C'est peut-être parce que je n'avais jamais fait ce genre de truc avant.


Il faut dre qu'il y a des choses que la vie m'a fait moins aimer...Le non dit, la manipulation, le flou, c'est pas trop mes domaines donc ma manière de les aborder est un peu bourrine. Après
c'est personnel, c'est l'histoire de la vie de chacun et c'est vrai que j'étale mon impudeur sur le Gustavson's Blog, du coups, je rend mon avis public, mais il ne reste que mon avis, avec la
valeur de l'avis d'un type qui n'y connais pas grand chose mais qui s'accorde le droit d'interprèter des choses qui lui sont parfois étrangère, selon la manière dont il les a vécu. Et un lien
vers une poésie qui parle du sujet :  


http://gustavson.over-blog.com/article-printemps-des-peuples-69863930.html



Présentation

  • : Gustavson 's Blog
  • Gustavson 's Blog
  • : Le Gustavson 's Blog, c'est la vision de Gustavson, auteur-compositeur, sur le monde qui nous entoure. Articles, chansons militanto graveleuses et bien plus encore voilà ce qui vous attend sur ce portail. Chaque jour des nouveautés et des impressions à chaud sur l'actualité de notre beau monde égalitariste... Revendicateur, contradicteur, héros de l'absurde ou simple curieux, soyez les bienvenus !
  • Contact

Recherche