Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 14:58

2991029962_a83e1c048b.jpg

 

Le plus sûr des mutismes n'est pas de se taire, mais de parler.

L'homme révolté

Je me baladais...

DE LA DROITE AU FASCISME : chronique de la pensée commune de la culture dominante

Capitalisme : Historique et alternatives futures.

 

C'est vrai ça la croissance, la croissance économique, on nous rabat les oreilles avec ça à longueur de journaux télévisés...Mais personne ne sait vraiment ce que c'est, la croissance, on vous en parle, on vous demande de faire des efforts pour elle et on ne vous explique pas ce que c'est, étrange non ? Alors, comme je suis soucieux de partager avec vous, mes maigres connaissances en matière d'économie, je vais vous expliquer ma version, très subjective, du machin...

La croissance, c'est comme l'économie, rien de plus simple. L'économie, c'est de l'offre, des gens qui vendent des trucs et de la demande, des gens qui achètent des trucs. Quand il y a un besoin sur tel ou tel produit, la demande de ce produit est forte, si ce besoin augmente, la demande augmente. Si il ya plus de demande que d'offre pour ce produit, le produit sera plus rare et donc plus cher. Si il y a beaucoup d'offre et moins de demande proportionnellement par rapport à l'offre ( c'est à dire la quantité produite du produit en question), il sera logiquement moins cher. On peut ensuite ajouter à notre système la création de besoins par le biais de la communication publicitaire, du marketing...Vous n'avez pas nécéssairement besoin d'un tel produit, mais on vous convaint qu'en fait si, du coups vous l'achetez parce qu'on vous en a donné envie, soit par la pub, soit par votre voisin qui le possède. C'est la sur consommation, on adapte plus la production aux besoins existant, on crée des besoins pour qu'ils s'adaptent à la production. C'est le même principe que l'homme, qui avant s'adaptait à la nature, aujourd'hui, adapte la nature à lui. Ça n'est pas un système naturel, l'homme détruit la nature comme ça. Dans l'économie, c'est pareil : en faisant sur consommer, en adaptant la demande à l'offre, en optimisant sur les profits immédiats, conjoncturel, en spéculant sur les valeurs des produits, en jouant sur l'offre et la demande dans le but de se faire un profit immédiat, l'homme crée des bulles financières ou les produits ne sont plus côtés sur des valeurs réelles mais factices. Le but de cela est que les mécanismes des marchés financiers, puissent faire faire d'énormes profits rapidement à ceux qui savent les utiliser. L'homme détruit ainsi le système économique, fondement de sa civilisation actuelle.

L'homme détruit sa planète, son système économique, son modèle de société, sa civilisation...L'homme se suicide sans s'en rendre compte. L'homme à crée se système qui va finir par le détruire si on ne stoppe pas les choses tant qu'il en est encore temps. Ce système n'est aujourd'hui plus sous son contrôle, l'homme est victime de son narcissisme, de sa folie de vouloir tout contrôler, tout posséder, de faire tout s'adapter à sa folie... Mais les choses, la vie, ne fonctionnent pas de cette manière absurde. L'homme n'est pas le centre de l'univers, il en est pourtant persuadé, c'est absurde, s'en rendre compte est le premier pas vers le changement, le premier pas pour que l'homme se sauve lui même de ce qu'il a crée et qu'il ne contrôle plus, paradoxalement, alors qu'il a crée ce système, au départ, pour tout mieux contrôler. La vie est paradoxale, voilà une valeur sure à la quelle se fier. Le système est au contrôle et l'homme, même haut placé, est victime, soumis à ce système qui autodestructeur. Le système est scandaleusement inégalitaire, certains se gavent alors que d'autres crèvent de faim et qu'il y a largement assez de richesse pour tout le monde, mais cela ne fait pas réagir l'homme, c'est normal, le système est fait de telle manière, l'homme y est soumis, il ne décide plus. Le fait que l'économie ne soit plus indexé sur des valeurs réelles et simples issues de la loi universelle de l'offre et de la demande, le fait que l'ensemble de l'économie soit basé sur des bulles financières instables qui menacent à tout moment de s'écrouler, est de la folie, mais l'homme ne réagit pas, c'est comme ça, le système est comme ça. Pour se sauver du système, l'homme doit se révolter, se sortir des normes institutionnalisées dans lesquelles il a toujours vécu, créer un autre monde, d'autre manières de penser, une nouvelle économie simple et vraie. L'économie, il n'y a rien de plus simple en vérité, lorsqu'elle devient complexe comme la notre, c'est parce qu'elle a des choses à cacher, qu'elle doit mettre un voile de mensonge devant nos yeux pour nous cacher la réalité de son absurdité, de l'absurdité de notre obéissance à ses règles.

La croissance, c'est la création de richesse, pour créer des richesse, il faut produire, pour produire, il faut que les gens consomment. Actuellement, c'est la récession, les gens n'ont plus de quoi consommer, les inégalités sont trop importante et la masse à du mal à joindre les deux bout... La masse des pays riches parce que dans les pays pauvres, c'est pas les fins de mois que la population a du mal à boucler, ce sont les fins de jour, le fait d'être sure de trouver de la bouffe pour le soir, réellement vivre au quotidien et ne certainement pas avoir le temps de réfléchir à sa condition absurde durant ce temps consacré à sa survie. Comme les gens n'ont plus de quoi consommer, on les fait consommer avec de l'argent qu'ils n'ont pas, ils s'endettent, enrichissent les banques. A grande échelle, les pays s'endettent également, enrichissent les banques. Et les banques, elles jouent au casino avec tout ce pognon sur les marchés financiers, pour avoir encore plus de fric, elles en font collection, mais ce fric ne se base pas, la plupart du temps, sur des richesses réelle, c'est du faux argent, des bouts de papiers, des chiffres avec pleins de zéros qui ne veulent rien dire, le jour ou on se rendra compte de cette absurdité, tout s'effondrera et tout le monde en pâtira. C'est toujours mieux d'anticiper les problèmes, mais j'ai bien peur que la société actuelle ne soit pas prête à ça. Elle paniquera donc devant le fait accompli à postériori, tant pis pour elle, et surtout, pour nous...

Partager cet article

Repost 0
Published by GUSTAVSON's BLOG - dans Politique
commenter cet article

commentaires

José Diaz 16/04/2011 07:46


Il faut croire qu'à côté de ceux à qui ce système convient, ceux qui en ignorent tout parce que comme la majorité ils sont abrutis par la consommation (dont 3h et quelques de télé quotidienne!), et
ceux qui brassent beaucoup d'air en protestant, puis filent faire leur plein de chariot à l'hypermarché, il reste peu de place pour ceux qui se sont décidés à l'action sous toutes ses formes. Si
seulement un quart des moutons osaient tenter une simple grève de la consommation...


GUSTAVSON's BLOG 16/04/2011 11:06



Un quart suffirait, même 10 000 personnes sur des actions locales de requisition de banques ou de supermarchés...Bloquage de routes, raffineries, trains foutage de merde dans le
système...Révoltons nous !



Présentation

  • : Gustavson 's Blog
  • Gustavson 's Blog
  • : Le Gustavson 's Blog, c'est la vision de Gustavson, auteur-compositeur, sur le monde qui nous entoure. Articles, chansons militanto graveleuses et bien plus encore voilà ce qui vous attend sur ce portail. Chaque jour des nouveautés et des impressions à chaud sur l'actualité de notre beau monde égalitariste... Revendicateur, contradicteur, héros de l'absurde ou simple curieux, soyez les bienvenus !
  • Contact

Recherche