Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 22:39

5247992288_efc52a0f34.jpg

 

ARTICLES SUR LE SUJET EN LIEN :

Semer le désordre permet de réfléchir...

Des stries dans la purée...

La personnification des animaux

Droits des animaux : l'homme a ses traditions que la raison ignore..

 

On aime être chez soit, on se sent bien, comme à la maison, d'ailleurs on y est, dans sa maison. Ici, on est le chef, ça n'est pas fréquent, c'est aussi pour cela que l'on aime notre chez nous, parce que dans cette bulle, c'est nous qui décidons, du moins plus qu'ailleurs...On filtre les entrées, on décide des règles, dans la mesure ou elles n’empiètent pas outre mesure, sur les règles fixées par le voisin du dessous...

Alors voilà, comme souvent, nos croyances nous trompent, notre éducation nous ment et notre culture n'est qu'une chimère. Oui même chez nous, nous ne sommes pas chez nous. Lorsque l'on ouvre les yeux, l'esprit et qu'on tente un temps soit peu de sortir des normes et valeurs absurdes que l'on nous inculque, que l'on nous fait croire comme rationnelles, on se rend compte que tout ceci est faux. Rien ne nous appartient, le besoin de possession n'est que la tentative de comblement de certaines angoisses, inhérentes à ceux qui ont comme objectif le contrôle et qui constatent, souvent inconsciemment, que ce contrôle leur échappera toujours. Rien n'est certain, tout est douteux et croire que certaines choses, comme notre appartement, nous sont acquises, est une redoutable et commune erreur de la race humaine.

Aujourd'hui par exemple, je suis rentré chez moi, j'étais heureux de retrouver cet univers familier, avec ses slips sales laissés ou je les ai jeté, mon troupeau de moutons sous les meubles, mes restes de bouffes un peu partout, la vaisselle de trois jour qui traine dans l'évier...Bref, un endroit à mon image, qui me rassure dans un monde qui ne me correspond que rarement. Hélas, mon espoir fut bien vite déçu, voyant que mon appartement fut occupé à mon insu. Je ne les avais pas vu venir, tapies dans l'ombre qu'elles étaient. Elles avaient grandi dans quelques sachet de pâtes et de farines ouverts, avaient attendus le moment propice pour sortir en force de leur tanière et m'annoncer d'un coups, d'un seul, qu'elles avaient investit mon chez moi et qu'elles comptaient bien rester quelques temps. Oui, les mites alimentaires avaient su profiter de ma faiblesse de ne jamais m'être trop soucié de l'intérieur de mes palcards. Seul ma main s'y introduisait de temps à autres, pour en tirer quelques nourritures riches en oligos-excréments, qui sauraient contenter mon estomac poubelle, élevé à la conserve et à la sauce Panzani...

Que faire face à cela, admettre que rien n'était vraiment à moi ici, ou agir comme un con ? J'allais au plus pressé et agit donc comme un con. Ne me souciant guère des vies de ces quelques mites, je pris un paquet de mouchoir entier, faisant office de tapette à mites et j'exécutais la sentence que je réserve à ceux qui entrent chez moi sans mon autorisation. Vicieux et cruel, je laissais quelques instant les traces des impactes de corps d'insectes écrasés sur les murs, tel des trophées. Je rangeais alors tous mes placards et découvri un écosystyème insoupçonné de larves, toutes prêtes à s'envoler dans mon appartement une fois leur mutation exécutée. Certains de ces insectes avaient même adopté mon four comme logis, je l'allumais alors puissance maximale et fit griller les habitants du lieu habituellement réservé à mes pizzas.

Voilà qu'enfin, tout fut terminé, je ne voyais plus une mite, j'avais rangé des placards qui ne l'avaient pas été depuis mon arrivée dans ce logis il y a trois ans, bref, un certain soulagement m'envahit. C'était comme si j'avais repris le contrôle de ma maison, mais là encore, c'était une chimère. D'ici quelques jours, les mites reviendront et si ça n'est pas elles, ça sera des cafards, des fourmis, des moucherons ou encore mes voisins qui décideront de se venger de trop m'entendre brailler avec ma guitare. Rien est a moi ici, même pas mes paquets de pâtes. En plus je loue ce lieu provisoirement. Tout est précaire dans la vie, la vie elle même est précaire. On peut la voire mise en danger à cause d'un ridicule insecte, la petite bête qui mange la grosse comme on dit. La semaine dernière, lors du tournage d'un clip de Pari Drakkar, je me suis fait bouffer par une tique. Résultat, infection et quatre semaines d'antibios, dosés à 4g par jours (ce qui est un bon score..).

Je me dis alors que j'aurais pu accepter de partager mon appartement avec des insectes, plutôt que de tous les butter, mais que voulez vous, je dois admettre que ma connerie dépasse parfois, même souvent la raison. Alors j'ai agis comme un gros plouc de base, j'ai fait preuve de répression irréfléchie et j'ai fais un génocide de mites alimentaires. Il y en a qui font cela avec des humains, je me suis contenté des mythes, mais hélas, le principe reste le même...

Partager cet article

Repost 0
Published by GUSTAVSON's BLOG - dans Articles "quotidien"
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Gustavson 's Blog
  • Gustavson 's Blog
  • : Le Gustavson 's Blog, c'est la vision de Gustavson, auteur-compositeur, sur le monde qui nous entoure. Articles, chansons militanto graveleuses et bien plus encore voilà ce qui vous attend sur ce portail. Chaque jour des nouveautés et des impressions à chaud sur l'actualité de notre beau monde égalitariste... Revendicateur, contradicteur, héros de l'absurde ou simple curieux, soyez les bienvenus !
  • Contact

Recherche