Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 16:11

5383397625_5ca3885b90.jpg

 

 

LE PRECAIRE : La chanson.

MULTIPLICATION DES CONTRATS PRECAIRES : diviser pour mieux regner

JE SUIS PION...

 

Aujourd'hui, dans les journaux gratuits, j'ai lu que l'état était un bien mauvais patron dans une article mis en valeur en première page, suivi d'une double page traitant du sujet en détail. Un traîtement que cet info mérite.
Chiffres à l'appui, on peut y constater l'augmentation de la proportion des précaires au sein de la fonction publique. Une augmentation en nombre, en plus d'une augmentation en proportion, ce qui veut dire que cela ne vient pas seulement d'une baisse des effectifs des titulaires, (non remplacement d'un départ à la retraite sur deux...) mais aussi une réelle volonté de recruter du personnel précaire. Rien d'étonnant, cette politique de gestion du personnel se fait dans la droite lignée de la rationalisation administrative, sorte de taylorisme adapté aux administrations, dans, soit disant, un souci d'efficacité qui, en réalité, est un souci de baisser leur couts de fonctionnement à tous prix, même au prix du bon fonctionnement du service public en France.

Donc l'état recrute précaire, salarié qui ne restera pas longtemps, qui ne maîtrisera que très peu les enjeux de la mission de service publique (qui lui incombe et surtout...qui lui décombe...), qui sera que peu concerné et c'est bien normal, son employeur, l'état, ne le met pas en valeur, fait tout pour qu'il ne se sente pas concerné en le mettant en position de précarité, en ne lui donnant que cette reconnaissance marginale. Voilà ce que l'état offre à ses salariés, une vie difficile, incertaine, angoissante au moins matériellement, certainement pas de quoi donner envie de se défoncer au boulot, certainement pas de quoi donner un bon service public à des gens qui en on besoin, qui ont besoin qu'il soit efficace... Alors qu'on ne vienne pas me dire que ce qu'il se passe dans les administrations depuis 40 ans, rationalisation et spécialisation des taches, se fasse dans un souci d'efficacité du service public, parce que si c'est le cas, les mecs sont bien en train de se planter !

"En 9 ans, j'ai signé une trentaine de contrats", voilà le type de témoignages qu'apporte l'article. L'état en la matière, dans le cumul des CDD, est moins limité que le privé, ce qui n'a aucune légitimité. L'état ne s'oblige pas lui même à ce qu'il rend obligatoire pour les autres, un CDI obligatoire après deux CDD à la suite au sein d'une même entreprise. Moi je suis pion, j'ai signé mon quatrième CDD de un an d'affilée. Quand je demande un contrat de trois ans, valable selon les statuts de mon contrat précaire, on me répond que si on me faisait signer ce type de contrat trois fois moins précaire, je me reposerais sur me lauriers et je ne foutrais plus rien. Cette réponse revient à dire que mon meilleur confort matériel consistant à trouver plus facilement un logement, faire un prêt plus facilement à la banque, importe peu mon employeur. L'autre pan du problème, est que cela veut dire que pour l'employeur néo libéral, un CDI est synonyme de se reposer sur ses lauriers et ne plus rien foutre. C'est étonnant de la part des personnes qui savent si bien exiger des précaires sans reconnaissance en retour...

L'état est un bien mauvais employeur, si on l'attaque sur le droit des salariés et qu'il perd au juridique, il pourra toujours faire voter une nouvelle lois pour résoudre le problème, l'UMP est majoritaire à l'assemblée nationale, celle qui vote les lois, ne l'oublions pas... Il serait peut-être temps que les précaires de la fonction publique ne se laissent plus faire. Il serait peut-être temps que tous les précaires se révoltent. A la télé l'autre jour, sur la chaine parlementaire en plus, j'ai vu un reportage sur un ouvrier intérimaire de la sidérurgie, qui à fait une attaque cardiaque au travail après, 21h d'affilée à l'usine. Précaire, il voulait se faire bien voire pour qu'on lui propose un CDI. Il cumulait des heures impossibles depuis plusieurs années. Maintenant, c'est un légume et comme sa femme à porté plainte contre l'usine et la boite d'interim, il a été avéré que ce salarié avait droit à un CDI après avoir cumulé illégalement de nombreux contrats précaires. Il doit être heureux avec son CDI sur son lit d'hôpital. Au fait, sa femme ne perçoit aucun complément de salaire puisque le salarié, intérimaire, n'a jamais cotisé au sein de l'usine concernée...Elle est pas belle la vie !

Partager cet article

Repost 0
Published by GUSTAVSON's BLOG - dans Politique française
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Gustavson 's Blog
  • Gustavson 's Blog
  • : Le Gustavson 's Blog, c'est la vision de Gustavson, auteur-compositeur, sur le monde qui nous entoure. Articles, chansons militanto graveleuses et bien plus encore voilà ce qui vous attend sur ce portail. Chaque jour des nouveautés et des impressions à chaud sur l'actualité de notre beau monde égalitariste... Revendicateur, contradicteur, héros de l'absurde ou simple curieux, soyez les bienvenus !
  • Contact

Recherche