Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 13:24

3617928538_84e1d85b4a.jpg

 

 

Articles en lien : 

Le stress...Toutes les solutions !

Comment s'emmerder trois heures au cinéma ?

 

 

 

Dans quel sens se tourner ?

Pile, face, avant, arrière, en haut, en bas, ou dans le sens de toutes les autres directions que l'on ne sait pas nommer par manque d'imagination et d'utilisation de certaines parties de nos cerveaux, se trouvant sclérosées du fait qu'elles soient non comprises dans ce qui fait l'essence de l'esprit de Facebook, de la télé, des dires communs des gens, etc...

N'y aurait-il pas de sens ? Ni le sien, ni celui des autres, ni ceux que l'on ne nomme pas ? Les sens convenables sont-ils convenants ? Si oui, à qui et surtout pourquoi ? On pourrait bien dire en haut à la place d'en bas, ou en bas à la place d'en haut. On pourrait le dire, on pourrait le faire et ça pourrait bien ne rien changer à l'affaire. Alors on propose des formulations, pas vous, ceux qui ont l'autorité pour ça. On propose des formulations pour mieux classer et tenter de se ranger dans l'espace temps, pour se rassurer à croire mieux connaître l'inconnu, qui nous ferait trop peur sans ça. 

Rendez-vous compte ! Ne pas savoir ou l'on est et ou l'on va ! Si on découvrait que ceci est le lot de chacun, naviguant dans un flot de hasard, chacun se sentirait trop con pour supporter sa fiereté de lui même ainsi mise à mal, par le fait de constater qu'il avait bien cru dure comme fer contrôler sa vie, que sa société, se voulant rassurante, contrôlait son environnement. Ceci est aussi con que de croire que la terre décide pour le soleil, le soleil pour la galaxie et dieu pour tout le reste. Quoi ! J'ai dis con et dieu dans la même phrase ? Un bon bucher devrait alors me faire le plus grand bien ! 

Evidemment, avec tout ça, il faut de la police, de la contrainte, pour croire à toutes ces conneries. Sans force pour la soutenir, la connerie ne dure qu'un temps. C'est grâce à cela que l'on finit par naître dans le cocon de connerie qui nous est réservé à tous, bercé par les chants éducatifs, puis scolaires, puis professionnels et une fois qu'on est vieux, on peut à son tour transmettre cette conneire aux mioches qu'on aura fait pour flatter son égoïsme, tout en pensant que son sang vaut mieux que celui des autres. 

C'est vrai que c'est marrant comme on à de cesse de vouloir s'encadrer, de se cadrer dans nos alentours, d'y cadrer les autres, les choses, le nord, le sud, le bien, le mal, alors qu'on se comprend si peu, que l'on comprend si peu toutes ces choses qui nous entourent. A croire que l'on a peur de se perdre ! Pourtant et c'est paradoxal, c'est souvent les plus perdus qui ont le plus peur de se perdre, car la peur amène toujours vers le sujet de sa peur. Un perdu qui le sait, aura peut-être plus de chance de tomber quelque part, il tracera au hasard, sans s'aggriper sans cesse à des branches imaginaires, qu'on lui tend dans des visions mirages crée par sa tête. 

Sans être obligé d'être un scientifique, as des calculs de physicien, peu de gens savent vraiment comment les choses fonctionnent, de quoi les matières sont faites, comment et pourquoi elles ont été ainsi pensées...On en use, puis on les jette sans les comprendre aucunement. Notre univers social fonctionne également selon le même genre de principes. On utilise les gens pour ce qu'ils nous apportent, pour masquer celà et penser qu'on est gentil, on appelle ces gens amis. Ces amis, avec leurs qualités, celles qu'on estime comme telles, car nous servant et leur défauts, qu'on mettra de côté tant que leurs qualités nous apportent quelque chose. Sinon, c'est l'exclusion du cercle. 

On utilise les gens, on les consomment, mais on ne les comprend pas, ou très peu, pour la bonne raison qu'on se fout de les comprendre, de plonger dans leurs avis, de savoir d'ou ils viennent, pourquoi ils sont là. Ceux qui se lanceront dans ce genre de recherche pourraient bien devenir les rois du pétrôle, mais à la manières de nos économies, on ne voit que le bénéfice à court terme et on se fout des compréhensions longues durées. 

Comment cela se fait-il ? 

Là encore, c'est très simple et ça comporte les mêmes raison que précedemment. On nous apprend à être comme ça, il est très dure de s'éloigner du cocon de conneries duquel on vient, dans lequel on vit. Il restera toujours plus ou moins là et parfois, on sera amené à faire le choix que ça soit plutôt moins que plus. Des choix, nous en avons hélas que peu, malgré ce que beaucoup se bercent à croire. Cela vient en partie de nos psychologies d'êtres sociaux, élevés à suivre une sociabilité de merde, au service de groupes que l'on ne comprend pas. Tout ceci résulte des mêmes principes de domination que les religions. Lorsque l'on y cherche, on peut en savoir plus, il y a des savants, des érudits, mais ce savoir se heurtera toujours à l'incompréhensible, à la foix, en un dieu, en un système. Les gens qui fondent des sectes ont bien compris ce genre de principe et essayent de faire leur petit commerce dans leur coin. Evidemment, le système central n'aime pas l'économie souterraine, dont il ne tire pas 100% des bénéfices. Alors il condamne, alors il enferme. Pauvre Rael ! 

On ne comprend pas les gens, les choses autour de nous et on se comprend encore moins soi même. On utilise peu de nos capacités physiques et cérébrales, comme si le cocon de connerie auquel on est soumit, , nous maintenait dans un état de léthargie brimant ce que nous pourrions être. Le corps humain est une machine, un pote m'a dit qu'à son service militaire, il ne faisait jamais de sport et qu'il a du se mettre rapidemment à faire 20 bornes de footing par jours. Il y a aussi des gens capables de grande rapidité de raisonnement, ou de retenir de grandes masses d'information. Il y a des gens qui devinent ce que pensent les autres, sans qu'ils n'en parlent...Bref, le corps humain est une machine et peu s'en rendent compte et peu s'en servent comme ils pourraient s'en servir, dommage...Mais je ne leur jette pas la pierre, ils ont été préparé à ce service minimum dont il est très dure de s'échapper lorsque l'on ne vit pas sur une autre planète. 

Du coup on vit en usant, en s'usant, en suivant, dans des habitudes que l'on nous a servi toutes cuites dès la naissance. Point n'est besoin de comprendre quand on peut se servir en faisant l'économie de tout raisonnement allant plus loin que le pragmatisme utilitaire. On nous donne, on nous nomme des sens et nous suivons et nous croyons en ça. Nous continuons à évoluer dans nos si inconfortables zones de confort et la vie continue. 
-

Partager cet article

Repost 0
Published by GUSTAVSON's BLOG - dans Articles société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Gustavson 's Blog
  • Gustavson 's Blog
  • : Le Gustavson 's Blog, c'est la vision de Gustavson, auteur-compositeur, sur le monde qui nous entoure. Articles, chansons militanto graveleuses et bien plus encore voilà ce qui vous attend sur ce portail. Chaque jour des nouveautés et des impressions à chaud sur l'actualité de notre beau monde égalitariste... Revendicateur, contradicteur, héros de l'absurde ou simple curieux, soyez les bienvenus !
  • Contact

Recherche