Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 14:05

ON IRA TOUS EN GERIATRIE : LA CHANSON (et son lien daily motion...)

link

 

4754577040_4566e00f4d.jpg

 

Après une dure vie de labeur à avoir usé muscles et tendons pour enrichir le capital, le travailleur à droit à une retraite bien méritée.. Libéré de ses chaînes quand il ne peut plus courir, il profite de ses dernières années de liberté, handicapé par une arthrose chronique et un Alzheimer qui pointe le bout de son nez...Bientôt moins autonome, ses enfants ne voulant plus s'occuper d'elle comme elle s'était occupé d'eux, la personne âgée est placée là où elle ne dérange plus, là où des spécialistes s'occupent d'elle..

 

Ah, les maisons de retraite, réceptacle de l'augmentation de l'espérance de vie permettant aux légumes de flétrir plus lentement...La vie dans celles-ci, dont la finalité est de se faire de la marge, n'est pas toujours aisée. Un employé coute cher alors on en embauche moins, logique de la globalisation économique...Les employés sont payés peu, dans des conditions précaires avec peu de reconnaissance alors, ils mettent peu de cœur à l'ouvrage. Tout ceci n'est ni de la faute des enfants qui travaillent et n'ont pas le temps, pas les compétences de s'occuper de leurs vieux infirmes, ni des employés des maisons de retraites et autres services de gériatrie qui n'ont que deux bras et ne peuvent assurer le travail que 5 personnes devraient faire pour que les choses soient faites dans les règles de l'art et surtout, dans le respect des personnes dépendantes.

 

Même la maison de retraite, l'institution, doit se plier aux règles de la concurrence du marché pour survivre, ne pas mettre la clef sous la porte et ses salariés au chômage. La société crée cela, le système économique qui la guide également et c'est aussi la faute de tous car tous acceptent ce système, d'une manière passive ou active, voulue ou subie le résultat est le même... Je fais aussi parti de ça, je suis coupable comme vous...mais je m'en rend compte, je le dénonce avec mes maigres moyens, je le publie pour partager ma frustration et j'en fait des chansons très crues parlant de déjections à tout va pour choquer l'auditoire que cet état de fait ne choque pas. Il en va de même pour d'autres sujet, là, je parle de ça, à un autre moment, je parlerai d'autre chose et peut-être que les principes resteront les mêmes. Pendant ce temps, les vieux qui nous ont permis de vivre dans l'opulence croupissent dans leur merde et on paye pour ça...

 

On le voit, on le sait et on s'en fou, la société est ingrate et rend les gens pareils. Il y a des vieux qui font les lois, il y en a d'autres qu'on ne voit pas, sous leurs draps...

Repost 0
Published by gustavson.over-blog.com - dans Articles société
commenter cet article
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 14:02

Des nouilles et du beurre...

Clementine, banane et haricot...

CLEMENTINE

 

4784834945_25b46d48e8.jpg

 

A travers des siècles de cultures diverses et variées amenant l'humanité vers le St équilibre alimentaire, de nombreux subterfuges ont permis à la civilisation de renouveler sa stupidité de génération en génération. De normes en cultures, de règles en raisons, de nombreux crétins des alpes furent nourris aux haricots. A la fois, vert, blanc, dures, mous ou encore mal cuits, ils envahirent nos jardins, les jardins de la vie. Mère nature qui nous nourrit, si elle pouvait nous l'aurait dit, le haricot plein de fibres et de vitamines est bénit. Hélas, il ne rassasie point, le haricot de ce débat, il entre et part en ne laissant que de l'eau derrière lui. Il est éphémère, conjoncturel, ne laisse que trop peu de trace pour que les suivants puissent se rendre compte de l'arnaque, refusent l'assiette qu'on leur tend....
Tout comme le choux, le haricot sait détendre notre fort intérieur pour qu'il évacue son trop plein d'animosité. Une fois vide, on ne pense plus ou l'on pense moins, du moins, pas assez pour stopper ce travail à la chaîne qui termine toujours sa course en nous. Notre estomac, chargé de végétaux et notre digestion active sont les seules activités qui nous occupent durant ce temps qui dure parfois une vie, une vie de végétarien, végétant devant un écran télé, saladier à la main...Bon appétit !!!

Repost 0
Published by gustavson.over-blog.com - dans Articles société
commenter cet article
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 13:54

La pensée de droite

 

Je me baladais...

Lavage de cerveau...

Comme au Moyen âge.

 

Qu'est-ce donc que cette chose là, la pensée de droite, peut-on déjà mettre ces deux mots dans un même concept ? La pensée qui incombe une réflexion et l'idéologie de droite qui incombe qu'il faille être sacrément irréfléchi pour l'adopter comme sienne, dans un même concept sans rien avec ?

 

Soit, je m'emporte mais tout être sensé, ayant un peu étudié la question d'une manière objective à travers l'histoire et l'analyse politique, fera la même conclusion que moi, l'idéologie de droite n'amène pas à une philosophie de vie, c'est plutôt une sorte de pragmatisme de la caste dominante pour faire accepter sa domination, soit par la manipulation économique, sociale et culturelle, soit par la force, ce qui a toujours été le cas dans les dictatures fascistes. Mais finalement, le pragmatisme est une sorte de philosophie qui peut, de ce fait se décliner en idéologie. Cependant, je pense que la plupart de personnes bien intentionnées affirmant un discours de droite sont tout, sauf des idéologues. Pour moi les vrais idéologues de droite sont mal intentionnés, se sont des oligarques qui la plupart du temps, sont issus de cette même caste dominante, le savent et ça les arrangent bien d'y rester. Alors ils adoptent logiquement, une pensée et un discours allant dans ce sens. Citons aussi ceux qui ne sont pas issus de cette caste mais veulent y entrer, adoptent cette idéologie et de ce fait acceptent de renier leurs origines et même de la dénigrer, c'est un peu « réussir en marchant sur les copains », bref c'est pas très sympa...

 

Les autres, les bien intentionnés selon moi, ne sont pas de mauvais bougres, mais adoptent un discours de droite sur des sujets économiques, sociaux ou culturels, par mimétisme social. La première chose qui apparaît, ici, est la propension de ces personnes à se présenter comme les défenseurs du bien commun, du vivre ensemble, ce qui ne représente pas de mauvaises valeurs en soit. Ce qui est mauvais, c'est leur façon de procéder, c'est à dire, la façon dont chemine leur esprit autour de ces valeurs, leur réflexion sur les moyens de les mettre en pratique en société, bref, la façon pragmatique qu’ils ont de transposer ces valeurs morales et sociétales. Ils se posent en juges de paix, en contrôleurs des normes et des comportements, ils scrutent ce que font, ceux qui ne sont pas comme eux, qui touchent des aides sociales, aides sociales issues des impôts qu'ils payent. Ils estiment donc avoir un droit de regard sur là ou va leur argent, en ne réfléchissant pas plus loin que le bout de son nez, ça paraît logique, c'est du pragmatisme...Le tout est qu'ils n'ont pas fait l'effort de comprendre ce qu'est réellement la démarche d'une société qui décide de verser des aides sociales, de redistribuer un peu l'argent inégalement réparti à la base ,afin que la masse des plus pauvres ne gisent pas dans les rues à la recherche des miettes qu'ont voudrait bien leur donner. Dans ce cas, ces personnes pourraient dire, "s'ils n'avaient pas d'argent, ils se bougeraient le cul pour trouver du boulot !"

J'ai envie de dire d'accord mais si du taf, il n'y en a pas, à part perdre des kilos et des cheveux, ils ne seraient pas plus avancés...Combien y aurait-il de SDF en plus si l'on supprimait le chômage, le RSA ou la CAF ? De combien augmenterait le taux de mortalité si l'on supprimait la Sécurité Sociale ? Quelle éducation auraient les enfants des classes populaires si l'école n'était pas gratuite pour tous ? Ça peut être assez drôle de s'imaginer notre beau pays dans cette situation que prônent ces gens sans s'en rendre compte, puisqu'ils voient rarement plus loin que le bout de leur nez, ils ne projettent pas leur discours plus loin que ça. Le paradoxe, c'est que c'est justement là qu'il faudrait être pragmatique, selon moi, mais je doit me résoudre à avoir un pragmatisme décalé avec eux et à devoir souvent m'énerver, c'est dure la vie...

 

Tout ça pour dire que les aides sociales que les plus riches versent par les impôts qu'ils payent aux plus pauvres, leur servent à eux aussi ! C'est plus sympa de vivre dans un monde ou l'on peut se balader sans forcément se faire harceler par un mendiant au mètre carré, ou la peste et le choléra ne sont pas de retour à la suite de conditions sanitaires désastreuses pour la majorité et ou cette même majorité sache lire, écrire, compter et n'ai pas traîner dans la rue depuis enfant, en se faisant éduquer par la loi de la démerde qui est loin de correspondre avec celle des gens s'identifiant comme de droite. Et oui, les aides sociales que vous versez sont avant tout utiles pour vous, utiles aux gens aisés. Ça se saurait si on vivait comme un prince de nos jours avec 800 euros par mois de chômage ou avec 400 euros de RSA. C'est déjà mieux que rien, mais pour la réinsertion, c'est vraiment loin d'être évident. Et la plupart de ces gens ne rêvent que de retrouver un travail, ils sont méritant, ont une famille à nourrir et ne sont pas au chômage de leur fait, mais du fait de gens riches qui voulaient se faire encore plus de marge en allant esclavagiser des chinois de 8 ans, qui demandent moins de salaire et font payer moins de charges, donc moins d'impôts. C'est pratique, comme ça ils vivent là ou c'est bien et leur argent vient de là ou l'on paye très peu d'impôts et ou les conditions de vie ressemblent plus à ce que j'ai décrit au dessus.

 

Pour revenir à la définition d'une aide sociale, c'est de l'argent versé sous condition de ressource et non par un jugement subjectif, style les assises des aides sociales. Les aides sociales ne se touchent pas au mérite ou à la tête du client, on les obtient selon ses ressources, donc selon une donnée objective. Ça veut dire que si l'on est un connard qui en abuse, qui ne veut pas travailler et qui fait tout pour ne vivre que de ça, on peut le faire dans les limites de ce que la loi permet, évidemment. Par exemple, quand on a un contrat précaire comme le mien, quand il arrive à expiration, on peut décider, de chercher autre chose, ou de ne pas chercher et de se mettre au chômage pour tenter un concours par exemple, ou même de ne rien tenter et d'attendre de se faire harceler par son conseiller du pôle emploi, jusqu'à ce qu'il menace d'une radiation. Bref, si on à droit au chômage, on y à droit, quoi qu'en pensent qui que ce soit, c'est ce qui s'appelle un droit, un droit qui permet à tout le monde, même aux gens de la classe moyenne qui travaillent, de vivre mieux que si le chômage n'existait pas.

 

De manière plus simple, j'aurai envie de dire à ces gens paraissant bien intentionné et déclarant vouloir un monde meilleur :« si tu arrêtais un peu de regarder ce que font les gens qui ne sont pas comme toi, qui ne font pas comme toi, qui n'ont pas eu la même chance que toi d'avoir une éducation à peu près équilibrée, d'avoir manqué de rien financièrement...Arrête de les juger parce qu'ils n'ont pas réussi comme toi, à gagner assez de fric pour payer des impôts. Si tu es né dans la classe moyenne, c'est pas ta faute tu n'y es pour rien, c'est de la chance et je ne te juge pas la dessus....Ben tu as de la chance justement et tu en profitera peut-être plus en arrêtant de vouloir contrôler ceux qui en ont eut moins, en tout cas pas assez pour payer des impôts mais assez pour toucher des aides sociales issues des tiens. Ai aussi conscience de la chance que tu as d'avoir eu assez de capital social (relations), de capital culturel (demander conseils à des proches pour monter une boite, savoir comment fonctionnent les marchés financiers, comment placer son argent en banque...ou même des parents qui ont pu t'aider à faire tes devoirs quand tu était môme), de capital économique (des parents qui ont pu te payer des études, un loyer...). Tout ça, c'est moins possible pour les gens issus des masses laborieuses qui peuplent les pôles emplois, les CAF...».

 

Il faut aussi dire que ces gens bien pensant de droite pensent souvent s'être fait tout seul, être issu de la méritocratie et ne se rendent sincèrement pas compte du fait que le milieu dans lequel ils ont vécu les prédestinait à avoir une bonne situation sociale. Hélas, ça n'est même pas vraiment de leur faute, si on faisait un petit sondage, ces gens s'autoproclamant de la classe moyenne (qui est en fait les 20 % des plus riches, donc pour la moyenne vous repasserez...) ont à 95% un entourage issu de la même classe (famille, amis, relations...). Ils ne font pas exprès, ils sont tout simplement, culturellement, plus facilement amené à s'entendre avec des gens ayant les mêmes valeurs qu'eux, ou, simplement, les gens qu'ils rencontrent (ben, ils rencontrent souvent, peu de prolétaires anarcho-communistes parce qu'ils fréquentent rarement les mêmes endroits, société cloisonné quand tu nous tiens...).

 

Pour le côté, droite fascisante et remise en cause des acquis sociaux, j'ai entendu il y a peu de temps, une chose qui m'a fait bondir et quand j'ai vu que j'étais le seul que ça fasse bondir, ça m'a atterré. J'ai fait un long voyage vertical à ce moment là, qui m'a amené de la stupeur, à la consternation. En visitant un ancien cirque romain style colysé à Rome, on à commencé à discuter avec mes collègues des spectacles qui y étaient représentés et donc, fatalement des gladiateurs. La transposition avec le statut des criminels d'aujourd'hui arriva rapidement. Mes collègues ont trouvés tout naturel l'idée que, au moins, les criminels qui se produisaient au cirque devenaient utiles à la société puisqu'ils fournissaient un spectacle et aidaient à la croissance économique puisqu’il fallait payer le billet d'entrée. Ils ont donc plus d'utilité que les prisonniers purgeant actuellement leur peine en France puisque ces derniers coutent à la société, font payer des impôts (obsession éternelle...) et ne servent à rien. Alors vint la conversation sur la réinsertion par le travail. Avec la meilleure volonté du monde, ils se sont mis à discourir sur le fait qu'il faudrait obliger les prisonniers à travailler pour la société en purgeant leur peine. Alors de une, j'ai répondu que, tant pour le détenu que pour la société, il vaut mieux la réinsertion par le travail que de rester à croupir toute la journée dans une cellule en apprenant au mieux des petites magouilles au pire à être un psychopathe. Cependant, je ne suis pas sure que l'état soit disposé à adopter une réelle politique de réinsertion dans les prisons française, qui sont, soit dit en passant, les plus vétustes d'Europe. De deux, j'ai aussi ajouté qu'il faut laisser le choix au détenu et c'est de loin, le plus important. Si l'on ne laisse pas le choix au détenu de travailler ou pas,  il me semble que l'on revient à une idéologie proche de celle d'un bagne ou d'un camp de travail.

 

C'est quand même légèrement fasciste quand on pense à la portée idéologique de ces propos. Mais eux, ne s'en rendent pas compte parce qu'ils sont pragmatique, ce ne sont pas des philosophes...Ils sont logiques, un détenu ne peut être utile à la société que si il se réinsère. Si en plus il se réinsère en travaillant pour la société durant sa peine, il aide également la croissance économique c'est d'une pierre deux coups. Moi je dis, très bien mais si le détenu donne sont approbation. Je pense que c'est mieux pour un détenu de travailler, le temps passe plus vite comme ça et on s'éloigne moins vite de la réalité de la vie de dehors. Mais, et c'est fondamental, si on ne lui demande pas son avis, c'est du travail forcé, donc même logique que Cayenne, Auschwitz....Alors, ça arrive à tout le monde de sortir des conneries plus grosse que soit, surtout quand on à pour habitude de ne pas voire plus loin que le bout de son nez. Le problème, c'est que même quand j'ai spécifié mon point de vue à ces personnes, elles ont continué à vouloir me convaincre que leur point de vue était le bon; J'ai du, à mon plus grand étonnement, couper cours à la discussion parce que ça devenait vraiment malsain. J'espère vraiment pour eux, que c'était de la fierté mal placé et qu'ils ont pu un peu réfléchir depuis. Je pense que c'est avant tout un manque de réflexion de leur part, ils ne sont pas mauvais au fond, tout comme la plupart des électeurs UMP et FN.  Ils ne réfléchissent juste pas assez, n'ont que trop peu de recul par rapport à leur propre situation et voudraient vivre dans un monde parfait ou tout le monde auraient les mêmes chances de départ qu'eux, feraient comme eux et penseraient comme eux...Ben heureusement que c'est pas le cas ici....

 

Pour résumé et à la lumière de ces exemples, la pensée de droite est représenté majoritairement par des individus issus de la classe aisé (qu'eux même appellent classe moyenne parce qu'ils ont du mal à s'assumer), réfléchissant et analysant leur environnement essentiellement par pragmatisme, tout en ayant très peu de recul par rapport à leur propre condition. Ils utilisent de ce fait, dans leurs diverses analyses politiques, sociologiques et économiques des données erronées pour juger des faits réels. Ils ont tendance à imaginer que l'ensemble de la société bénéficie des mêmes postulats et avantages de base qu'eux même et c'est logique puisqu'ils s'estiment de la classe moyenne. Petit conseil pour tous, ayez du recul sur votre propre vie, vos avantages et vos inconvénients de départ, ceux des autres, tentez de vous mettre à leur place et vos analyse de café du commerce ne s'en porteront que mieux, du moins, elles approcheront peut-être plus de la réalité. Et si ce n'est pas le cas, elles énerveront moins vos interlocuteurs...Tout ceci vaut évidemment pour moi aussi !  

Repost 0
Published by gustavson.over-blog.com - dans Politique
commenter cet article
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 13:48

5502547089_eb8d7b8213.jpg 

 

ARTICLES SUR LE SUJET EN LIEN :

A côté de la plaque !

Artistes et démagogie

Gravitation

 

Les écrivains élitistes sont ceux qui donnent plus de sens à la forme qu'au fond. Quand ils écrivent, on pourrait dire qu'ils font du jazz en étalant leurs techniques sur des airs communs et soporifiques, de la technique pour du vent quoi... Étalant leur culture, dont l'utilité ne réside que dans le fait que bien des gens ne la maîtrise pas, ils contentent leur complexe de supériorité, en prouvant leur maîtrise de bien plus de mots du dictionnaire que beaucoup. L'amour de la langue, le respect du verbe et le référencement à de multiples auteurs émérites, s'étant fait une place au panthéon de la culture bourgeoise, sont la base de leur argumentation lorsqu'ils se justifie d'écrire pour si peu, ayant les clefs de la compréhension de leurs textes...Textes, qui bien souvent, ne méritent pas d'être compris puisque, dans le fond, ils ne veulent rien dire d'autre que la stupidité de leurs auteurs.

 

Alors pourquoi écrire sans se soucier d'être réellement compris ? Parfois parce que l'on a aucun message à faire passé, parfois parce que l'on ne veut que se contenter soit même dans une sorte de masturbation intellectuelle inutile, parfois parce que l'on ne veut que lancer des messages codés à la caste supérieure, qui seule maîtrisera le sujet, sera gardienne du trésor culturel disponible des seuls initiés.

 

Personnellement j'écris pour être compris de tous et pour passer des messages que tous peuvent comprendre, non parce que certains seraient plus bêtes que d'autres (même si c'est parfois le cas, mais ici, ça n'est pas la raison...), mais parce que tout le monde n'a pas eu la chance d'avoir le même capital culturel...Une culture solide, ça ne rend pas forcément intelligent, parfois, ça aide même à rendre con, en tout cas, pour les auteurs des textes dont je parle ici... Alors chacun fait bien ce qu'il veut et c'est bien pour ça que je donne mon avis, qui ne vaut que comme un avis parmi d'autres qui seraient contradictoires et pas plus dénués de sens que le mien. 

Repost 0
Published by gustavson.over-blog.com - dans Spécial artistes à la con
commenter cet article
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 13:30

Vivons notre belle vie comme elle se doit ou comme d'autres voudraient qu'elle soit rangée, bien dans les clous, bien ordonnée dans la froideur du surgelé bien entendu, bien attendu, bien emmerdant...Protégeons nous de belles cloisons comme nous le dit la petite fée que tu suivi un jour pour ne jamais plus la quitter, guidé durant au moins 35h par semaines ajoutées de tout ce qui peut te rester en télé, facebook et autres subterfuges alzheimerisant l'insipide. Vient avec moi contempler la peur des autres car l'autre est inconnu ou pas assez, protégeons nous en comme de la peste sait-on jamais qu'il nous donne une chance de sortir de la matrice.

 

Tourne en rond lutin besogneux, dresse des barrières entre toi et ce monde inconnu que tu ne voudrait pas voir de loin, évitant les frustration de l'envie que cela pourrait provoquer. Peuple individualiste puisque cela en arrange certains et en rassure d'autres, ne voit pas plus loin que là ou l'on te mène, fuit l'original pour t'enfermer vers la peur de ce que l'on ne peut pas contrôler. L'improvisation ne sera pas tienne, les lignes droites sont déjà tracées et les chemins sombres fermés des défections que tu a bien voulu y mettre pour en boucher l'entrée. Peuple angoissé, continue à chercher tes boucs émissaires, accuse le monde des alentours et oublie ta propre connerie standardisée, cultivée comme on cultive les valeurs du travail, de la hiérarchie, du patriotisme, de la délation, de la jalousie maladive et de l'ambition destructrice du fou qui le sera moins que toi. Continue d'avoir peur encouragé que tu es dans ce chemin là et tu sera exonéré de tout ce qui donne à la vie la peine d'être vécu.

 

Bien arrogant que je suis à me permettre de jouer dans le rôle du donneur de leçon, dépourvu de la légitimité sociale à en donner, dépourvu de l'envie de convaincre quiconque de quelque chose qui ne mérite certainement pas que l'on en soit convaincu. Cette peur de tout ce que l'on ne connais pas pour se protéger de quelque chose qui pourrait éventuellement être mauvais pour nous, nous enferme dans un monde ou l'on va à coups sure faire de la merde. Et l'on privilégie la certitude à la vie, le contrôle à l'envie. Mais ces certitudes ne sont qu'illusion et le contrôle que l'on croit avoir acquis sur son environnement est un mensonge que l'on s'évertue à croire. Rien n'est certain, tout est douteux mais ces deux sentiments existent alors pourquoi se priver de l'un de deux. Même pour choisir un chemin biscornu on a besoin de prendre une décision...Mais marcher droit sans douter, trop croire que l'on sait où l'on va, peut faire avancer plus vite mais également nous stopper tout aussi radicalement dans le gouffre de la stupidité.

 

Un peu de modération que diable ! Une bonne tambouille est meilleure lorsque l'on sait doser ses ingrédients, un peu de si, un peu de ça... Un chili composé que de haricot n'est pas un chili bordel ! La peur rend con, mais si la peur existe, c'est bien qu'elle doit servir à quelque chose, il s'agit peut-être de ne pas trop en abuser...C'est un avis, c'est subjectif et j'avais envie d'écrire ça maintenant, maintenant que c'est fait,je me sent mieux.

Repost 0
Published by gustavson.over-blog.com - dans Articles société
commenter cet article
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 12:52

Ceci est le premier article de votre blog. Il a été créé automatiquement pour vous aider à démarrer sur OverBlog. Vous pouvez le modifier ou l'effacer via la section "publier" de l'administration de votre blog.

Bon blogging

L'équipe d'OverBlog

PS : pour vous connecter à votre administration rendez-vous sur le portail des blogs OverBlog

Repost 0
Published by OverBlog
commenter cet article

Présentation

  • : Gustavson 's Blog
  • Gustavson 's Blog
  • : Le Gustavson 's Blog, c'est la vision de Gustavson, auteur-compositeur, sur le monde qui nous entoure. Articles, chansons militanto graveleuses et bien plus encore voilà ce qui vous attend sur ce portail. Chaque jour des nouveautés et des impressions à chaud sur l'actualité de notre beau monde égalitariste... Revendicateur, contradicteur, héros de l'absurde ou simple curieux, soyez les bienvenus !
  • Contact

Recherche