Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 13:47

2299160610_15282bd223.jpg

 

ARTICLES SUR LE SUJET EN LIEN :

Les paquets de clopes qui font peur...

Le retour du pouvoir d'achat

Fukushima..L'opinion d'un scientifique

 

Dans la série des cache misères politico médiatiques, je vous présente le débat contre la suppression de la signalisation des radars d'autoroute. Nouvelle stratégie électoraliste de notre ami Nicolas Sarkozy, le recentrage du débat pré campagne électoral se fait aujourd'hui autour du sujet de la sécurité routière. Et oui, ce domaine était encore bien le seul, ou les chiffres du gouvernement de droite actuel, n'étaient pas trop mauvais. Mais voilà, depuis quelques mois, les accidents mortels sur la route repartent à la hausse et le gouvernement se devait de réagir, pour avoir au moins un argument en sa faveur lors des débats prochains, ou le bilan de la politique de Sarkozy sera forcément évoqué.

Et c'est toujours la même chose, pendant que l'on parle de ça, on ne parle pas d'autres choses. Les médias ont du se dire que l'affaire DSK allait s'épuiser dans l'attention des masses populaires et qu'il fallait rapidement trouver autre chose. Alors, aidé du gouvernement qui lança une mesure dont il savait qu'elle allait faire parler et râler, les gros beaufs d'automobilistes, (sachant que les beaufs sont nombreux, que beaucoup sont en plus automobilistes), il paraissait évident que la suppression des panneaux de signalisation des radars automatiques, allait faire du bruit et être allègrement couverte par les médias. Et puis, si ça n'occupe pas tous les écrans et les pages de journaux, on pourra toujours compléter par un peu de Roland Garros.

Pour revenir au fond de ce débat insipide, je dirais que pour faire qu'il y ai moins d'accident sur la route, il faudrait commencer par brider les moteurs des voitures que l'on fabrique. C'est quand même fou que les routes ont des limitations de vitesse et qu'on vende des voitures qui n'en ont pas. De la même manière, il est fou qu'on ne rende pas obligatoire le fait de devoir souffler dans un alcotest avant de démarrer sa voiture. Mais voilà, le lobby des industries automobiles est très puissant et ne permet pas aux gouvernements de faire passer de telles mesures, tout en collusion qu'il est avec ses membres les plus influents.

Dans cette affaire, il y a aussi les gros beaufs qui râlent. Eux, ils aiment bien rouler vite pour faire les cake avec leur caisse de Jacky. Il se foutent bien des morts qui sont dus à la vitesse sur la route, en plus de la pollution supplémentaire, que le fait de rouler vite apporte à notre atmosphère...Ils privilégient leur petit plaisir de tailler la route en toute inconscience. Evidemment, quand on veut interdire les détecteurs de radars et les panneaux les signalant avant de passer à côté, cela équivaut pour eux au fait qu'ils devront se conformer aux limitations de vitesse tout le long de leur trajet et qu'ils courront perpétuellement le risque de se faire choper en cas de dépassement.

Tout ceci arrange aussi l'état, qui pourra se faire plus de blé, en chopant plus de personnes en excès de vitesse. Est-ce que tout ceci fera diminuer le nombre de morts sur la route ? Surement, si les gens osent moins rouler comme des tarés, mais le but du gouvernement ici, n'est pas de sauver des vies, mais de sauver ses chiffres concernant la sécurité routière...

Voilà, ici, les gros beaufs d'automobilistes, qui ne sont pas foutus de respecter les limitations de vitesse sur la route, sont les dindons de la farce. Étant trop cons pour se conformer seul à une règle faisant appel au bon sens de la raison humaine, il aurait fallu les forcer à le faire en amont, en bridant les moteurs des voitures qu'ils conduisent. Mais l'état aura préféré ici, la répression lucrative, à la prévention en la matière. C'est un peu un principe dans les politiques néolibérales...Ce principe fonctionne également dans bien d'autres domaines...On sait que les gens font, on les laisse faire et ensuite on les chope quand ça rapporte...Malin !

Repost 0
Published by GUSTAVSON's BLOG - dans Articles société
commenter cet article
22 mai 2011 7 22 /05 /mai /2011 22:51

195405 100001138156420 7681157 n

 

ARTICLES SUR LE SUJET EN LIEN :

ENTRE 4 MURS

Les gens en retard...

Semer le désordre permet de réfléchir...

LES GROUPEMENTS

 

Il y a des gens qui sont matures dans certains domaines, et ont une attitude très infantiles dans d'autres. Il y a des gens qui sont doués dans certains domaines et carrément stupides dans d'autres. Pour ma part, je suis plutôt bon pour coucher mes pensées sur du papier, puissent-elles être stupides, mais je ne suis pas très fort en orthographe, syntaxe et autres règles techniques à respecter dans l'écriture commune...Je sais faire des gâteaux, mais je suis un gros blaireau en bricolage, à tel point qu'il me faut facilement deux oui trois jours pour changer une roue de vélo...

Bref, chacun ses qualités et ses défauts, ses spécialités et ses tares...Mais il y a certains domaines, ou le manque de connaissances, de techniques, d'expériences ou de savoir faire, peuvent être plus handicapant que d'autres. L'un de ces domaine est la sociabilité. La société est un lieu central de nos petites existences. Se socialiser permet de pouvoir communiquer et entrer en interaction avec la plupart de nos congénères humains (sauf quelques cas spécifiques comme les ermites ou les moines...). Et puis, il y en a qui se socialisent, mènent une vie dans la société, mais ne sont pas très doués pour ça. Ils ont des rapports humains, des amis, des relations, mais ils ne savent pas très bien gérer tout cela. Du coups ils font plein de conneries dans ce domaine et cela les handicapent dans tout ce qui concerne la vie en société, c'est à dire bien des choses...

Alors ils sont souvent bons, forts, doués, intelligents, créatifs dans d'autres secteurs, mais dans la vie sociale, ils sont comme des enfants. Personne ne maîtrise totalement ses relations sociales, sa vie en société, mais on peut en connaître quelque peu certaines spécificités. Moins l'on en connait, plus on est amené à se comporter socialement de manière infantile. Alors on voit bien qu'il y a des choses à ne pas faire, des comportements à ne pas avoir, des attitudes que l'on ne devrait pas subir, mais comme on ne maîtrise pas bien les tenants et les aboutissants de telle ou telle posture, on s'abstient, on ne fait rien, on subit. Alors on accumule les frustrations. La frustration de ne pas contrôler ses relations, de ne pas se contrôler soit même dans son interaction avec les autres, d'être dans l'inconnu. Ceci exacerbe peurs et angoisses, toujours mauvaises conseillères, que ça soit dans ce domaine ou ailleurs...

On peut difficilement vivre en dehos de la société, de toutes relations sociales, alors on tente de compenser ses peurs, dues à cette certaine incompétence, par quelques additifs virtuels. La droque est un court moyen pour parvenir ici, à une certaines sereinement illusoire. Comme on ne peut se détâcher du monde et qu'on a besoin de le faire, alors on se drogue chaque jours, tout le temps, car une fois que l'on a connu ce moyen de s'éloigner de ses angoisses, on peut difficilement s'en détâcher pour voire la réalité en face, celle qui nous montre dans l'enfance d'un domaine central de la vie. Cet état m'est arrivé, puis j'ai grandis. Mais pour grandir, j'ai du affronter une certaine vérité, une vérité que l'on ne connaîtra jamais complétement, qui sera toujours invérifiable, mais dont la connaissance sporadique, fait mal au cul lorsque l'on prend conscience de certaines choses.

Pour vous dire franchement, je pense que peu de gens atteindront un jour le chemin qui les mènera vers une certaine vérité sur eux même. Ils resteront dans la volonté de faire l'autruche, fuyant ce moment ou leur égo en prendra un coups, prenant conscience qu'ils ont vécu si longtemps dans une absurdité qu'ils pensaient rationnelle. Mais il y en a qui donnent mieux le change que d'autres. Ces derniers, à la première trop grosse cuite devant des inconnus, feront de multiples conneries, qui peuvent parfois s'avérer grave dans leurs conséquences sur la vie future de ces individus.

Nous sommes tous des enfants sociaux, car nous allons tous continuer à grandir dans ce domaine. Nous grandissons plus ou moins vite, mais on peut toujours continuer à apprendre de nouvelles choses sur nous et notre interaction avec les autres.

Repost 0
Published by GUSTAVSON's BLOG - dans Philosophie
commenter cet article
22 mai 2011 7 22 /05 /mai /2011 12:29

5690449005_d8d8e87258.jpg

 

ARTICLES SUR LE SUJET EN LIEN :

Le génocide des mites alimentaires

Semer le désordre permet de réfléchir...

LES GROUPEMENTS

 

Les gens en retard, tout le monde en connait. On l'a tous été soit même, en retard, mais pas tout le temps, pas de manière récurrente, pas toujours avec les mêmes personnes.

Oui, parce que les gens toujours en retard, ne le sont jamais dans toutes les situations, ou avec toutes les personnes. Demandez à quelqu'un que vous savez toujours en retard avec vous, d'être honnête et de vous citer quelques exemples de rendez-vous ou il n'arrive pas, ou moins en retard. Il y en aura au moins un, le taf...

Alors, si quelqu'un arrive à l'heure au taf, il peut arriver à l'heure à un rendez-vous avec vous, le principe est le même, arriver à l'heure. Attention, je suis loin d'être un tortionnaire, j'admets avec grande facilité, que l'on puisse être en retard de 5 ou 10 minutes à un rendez-vous avec moi. J'admets aussi qu’exceptionnellement, on soit en retard de plus de temps et que l'on s'en excuse. Des imprévus arrivent et moi aussi, j'ai pu en être victime, donc je comprends tout à fait. Par contre, lorsque les retards ne sont pas dus à des imprévus, que la personne qui devait me rejoindre n'a juste pas pensé à regarder l'heure, parce qu’elle a fait de la guitarre, ses courses et que cela arrive systématiquement, là ça m'énerve...

Personnellement, quand j'ai rendez-vous avec quelqu'un, je pense à la personne qui pourrait m'attendre et par respect pour elle, je fais tout mon possible pour que ça n'arrive pas. Après, on est pas à la minute près, mais passé 15 minutes, ça devient chiant, passé une demi heure, c'et vraiment lourd et ensuite, on a juste nvie de rester pour défoncer la gueule de la personne qui arrive systématiquement en retard pour des raisons à la con...

Les gens en retard ne sont pas victimes d'une pathologie,, c'est juste qu'ils n'ont pas un sens aigu du respect des personne qu'ils côtoient, en matière de retard
La plupart du temps, les gens systématiquement en retard le sont, parce qu'ils ont fait un truc pour eux, , leur bon plaisir, leur amusement, leur confort personnel, sans trop penser à autre chose et notamment, à ceux qui perdent leur temps à les attendre, dans un lieu ou les gens en retard leur avait dit qu'ils seraient, bien avant qu'ils n'y soient en réalité. Il y a donc ici tromperie et confort personnele au détriment de celui des autres...Belle attitude !

Les gens systématiquement en retard sont juste égoïstes à ce niveau, ça n'est pas plus compliqué que ça. La preuve en est qu'eux même, rechigneraient à attendre une autre personne en retard, parce qu'ils n'ont pas que ça à foutre...Ceci dit, cette situation n'arrive que très rarement, car les gens en retard s'arrangent toujours pour être plus en retard que les autres.

Les gens en retard ont un comportement d'égoïste de gens qui croient que tout leur est du, mais nous ne sommes pas leurs esclaves ! Réveillons nous !

Attention, ces gens en retard que je connais, je les aime bien, je ne parle ici que du sujet du retard. Ils ont souvent bien d'autres qualité, mais j'ai décidé de ne plus poireauter pour leur connerie et de ne plus subir leur retards, qui ne concernent qu'eux et dont rien ne légitime le fait que je doivent les subir. Ils se comporteront avec tous les autres comme il leur conviendra, maintenant ils sauront que je ne me laisserais plus faire et qu'après 10 à 15 minutes d'attente, selon mon humeur et mon bon plaisir, ils seront certains de ne plus me trouver à un rendez-vous que nous nous serions fixé.

Quand on demande à ces gens pourquoi ils sont en retard, ils nous soutiennent qu'ils n'arrivent pas à faire autrement. Ils disent cela comme si c'était une anecdote, quelque chose qui n'était pas grave, "c'est tout moi ça..."...
Mais si, le manque de respect, c'est grave ! Quelqu'un qui arrive en retard de plus d'une demi heure à chacun de ses rendez-vous avec moi, me manque de respect, c'est simple.

Alors, comme je ne suis pas un couillon et que je n'organise pas mes journées en fonction du bon plaisir des gens qui me manquent de respect dans ce genre de domaine, j'ai décidé de ne plus permettre cela, c'est comme ça.  En plus, ces personnes ont le culot, quand j'évoque leurs retards systématique, de me dire que je suis impatient...Il ne faut vraiment pas manquer de souffle ! Une expression définit bien ce phénomène, "l’hôpital qui se fout de la charité". Il est ardu de soutenir qu'une personne qui attend 30 minutes, une fois, deux fois, dix fois, est impatiente...Quand on leur propose de solutionner le problème, ces personnes nous répondent qu'elles se connaissent et qu'elles n'arriveront pas à ne plus arriver en retard à chaque fois. Elles auraient déjà du se priver de quelques sorties avec certaines personnes à cause de ça. Ces personnes refusent de solutionner leur problème de manque de respect des autres, il faut donc solutionner le problème pour elles, à moins que l'on puisse cautionner un manque de respect de sa propre personne..

Deux analyses pourraient expliquer ce phénomène. Soit ces personnes sont infantiles et s'avèrent incapable de solutionner des problèmes facilement solubles, soit elles n'ont pas la volonté de mettre un temps soit peu le respect des autres, en avant par rapport à leur confort personnel, même si ça n'implique que des détails superficiels de leur vie.

Personnellement , quand j'ai rendez-vous avec quelqu'un, je n'attends ni des enfants, ni des égoïstes...

Repost 0
Published by GUSTAVSON's BLOG - dans Articles "quotidien"
commenter cet article
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 22:39

5247992288_efc52a0f34.jpg

 

ARTICLES SUR LE SUJET EN LIEN :

Semer le désordre permet de réfléchir...

Des stries dans la purée...

La personnification des animaux

Droits des animaux : l'homme a ses traditions que la raison ignore..

 

On aime être chez soit, on se sent bien, comme à la maison, d'ailleurs on y est, dans sa maison. Ici, on est le chef, ça n'est pas fréquent, c'est aussi pour cela que l'on aime notre chez nous, parce que dans cette bulle, c'est nous qui décidons, du moins plus qu'ailleurs...On filtre les entrées, on décide des règles, dans la mesure ou elles n’empiètent pas outre mesure, sur les règles fixées par le voisin du dessous...

Alors voilà, comme souvent, nos croyances nous trompent, notre éducation nous ment et notre culture n'est qu'une chimère. Oui même chez nous, nous ne sommes pas chez nous. Lorsque l'on ouvre les yeux, l'esprit et qu'on tente un temps soit peu de sortir des normes et valeurs absurdes que l'on nous inculque, que l'on nous fait croire comme rationnelles, on se rend compte que tout ceci est faux. Rien ne nous appartient, le besoin de possession n'est que la tentative de comblement de certaines angoisses, inhérentes à ceux qui ont comme objectif le contrôle et qui constatent, souvent inconsciemment, que ce contrôle leur échappera toujours. Rien n'est certain, tout est douteux et croire que certaines choses, comme notre appartement, nous sont acquises, est une redoutable et commune erreur de la race humaine.

Aujourd'hui par exemple, je suis rentré chez moi, j'étais heureux de retrouver cet univers familier, avec ses slips sales laissés ou je les ai jeté, mon troupeau de moutons sous les meubles, mes restes de bouffes un peu partout, la vaisselle de trois jour qui traine dans l'évier...Bref, un endroit à mon image, qui me rassure dans un monde qui ne me correspond que rarement. Hélas, mon espoir fut bien vite déçu, voyant que mon appartement fut occupé à mon insu. Je ne les avais pas vu venir, tapies dans l'ombre qu'elles étaient. Elles avaient grandi dans quelques sachet de pâtes et de farines ouverts, avaient attendus le moment propice pour sortir en force de leur tanière et m'annoncer d'un coups, d'un seul, qu'elles avaient investit mon chez moi et qu'elles comptaient bien rester quelques temps. Oui, les mites alimentaires avaient su profiter de ma faiblesse de ne jamais m'être trop soucié de l'intérieur de mes palcards. Seul ma main s'y introduisait de temps à autres, pour en tirer quelques nourritures riches en oligos-excréments, qui sauraient contenter mon estomac poubelle, élevé à la conserve et à la sauce Panzani...

Que faire face à cela, admettre que rien n'était vraiment à moi ici, ou agir comme un con ? J'allais au plus pressé et agit donc comme un con. Ne me souciant guère des vies de ces quelques mites, je pris un paquet de mouchoir entier, faisant office de tapette à mites et j'exécutais la sentence que je réserve à ceux qui entrent chez moi sans mon autorisation. Vicieux et cruel, je laissais quelques instant les traces des impactes de corps d'insectes écrasés sur les murs, tel des trophées. Je rangeais alors tous mes placards et découvri un écosystyème insoupçonné de larves, toutes prêtes à s'envoler dans mon appartement une fois leur mutation exécutée. Certains de ces insectes avaient même adopté mon four comme logis, je l'allumais alors puissance maximale et fit griller les habitants du lieu habituellement réservé à mes pizzas.

Voilà qu'enfin, tout fut terminé, je ne voyais plus une mite, j'avais rangé des placards qui ne l'avaient pas été depuis mon arrivée dans ce logis il y a trois ans, bref, un certain soulagement m'envahit. C'était comme si j'avais repris le contrôle de ma maison, mais là encore, c'était une chimère. D'ici quelques jours, les mites reviendront et si ça n'est pas elles, ça sera des cafards, des fourmis, des moucherons ou encore mes voisins qui décideront de se venger de trop m'entendre brailler avec ma guitare. Rien est a moi ici, même pas mes paquets de pâtes. En plus je loue ce lieu provisoirement. Tout est précaire dans la vie, la vie elle même est précaire. On peut la voire mise en danger à cause d'un ridicule insecte, la petite bête qui mange la grosse comme on dit. La semaine dernière, lors du tournage d'un clip de Pari Drakkar, je me suis fait bouffer par une tique. Résultat, infection et quatre semaines d'antibios, dosés à 4g par jours (ce qui est un bon score..).

Je me dis alors que j'aurais pu accepter de partager mon appartement avec des insectes, plutôt que de tous les butter, mais que voulez vous, je dois admettre que ma connerie dépasse parfois, même souvent la raison. Alors j'ai agis comme un gros plouc de base, j'ai fait preuve de répression irréfléchie et j'ai fais un génocide de mites alimentaires. Il y en a qui font cela avec des humains, je me suis contenté des mythes, mais hélas, le principe reste le même...

Repost 0
Published by GUSTAVSON's BLOG - dans Articles "quotidien"
commenter cet article
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 14:10

4449850147_73fcb38e84.jpg

 

ARTICLES SUR LE SUJET EN LIEN :

LES GROUPEMENTS

La roue tourne...

L'anti snob

Des stries dans la purée...

Un conglomérat de reste...

 

Lignes droites et oblitérations ont tracés les sillons du chemin que l'on suit. Alors suivons et marchons dans les tranchés, les pieds s'enfonçant dans la boue, pour que l'on ne saute pas, que l'on soit bien inséré dans nos appuis terre à terre...Il ne faudrait pas croire que nous puissions voler, c'est comme l'oiseau, qui nous regarde et nous chie dessus, il a toute l'occasion de le faire, de nous viser, car on se presse, mais on avance lentement, pour que l'on ne puisse pas nous perdre. On reste collé, scotché ici, comme sur du papier tue mouche...

Et puis du vent, une brise, puis deux et enfin un ouragan vient nous décoller et l'on part ailleurs. C'est le bordel, tout en désordre. Des tranchées écroulées, écroulées sur des corps sans vie et d'autres s'en sont sortis, ceux qui furent assez léger pour se faire porter par le vent, sans s'accrocher aux habitudes géographiques rases mottes du passé.

C'est le bordel, plus de lignes droites et des oblitérations qui semblent maintenant être devenu des trous béant, laissant paraître le vide intersidéral qu'elles ne laissaient présager. Alors l'horizon s'éclaircit, s'élargi, plus rien ne nous presse, ne nous oppresse, le vent a tout emporté. Alors on réfléchi, parce qu'avant, on en avait pas le temps. On réfléchi parce qu'on le peut, parce qu'on a plus le choix. Il n'y a plus rien qui nous guide maintenant et il va falloir s'en sortir par nous même. On ne peut plus compter sur un système, qu'il était bien commode de suivre et qui s'accommodait bien des ressources qu'il puisait de notre ancienne condition d'esclaves.

Semer le désordre permet de réfléchir, parce que l'ordre n'est en rien source d'inspiration. L'ordre est un outil, comme une pioche ou un marteau. Trop d'ordre tue l'envie, l'énergie source de vie. Trop d'ordre n'est pas honnête, c'est de la manipulation, car on ne peut pas tout ordonner, au point de nous faire croire que nous sommes condamnés à marcher pressés, les semelles collées à la boue des tranchées... 

Repost 0
Published by GUSTAVSON's BLOG - dans Philosophie
commenter cet article
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 15:27

5555742141_bbff9dfc73.jpg

 

ARTICLES SUR LE SUJET EN LIEN :

Au Japon, les psy sont débordés...

La folle décision de renoncer au nucléaire ?

Japon : Ca fait longtemps qu'on en a plus parlé...

 

Quoi, le Japon ?

 

Alors comme j'ai un peu l'esprit de contradiction, que j'ai une fameuse tendance à m'acharner sur les problèmes non divulgués, les non dits manipulatoires, je vais encore en remettre une couche sur la situation de catastrophe nucléaire au Japon, dont on ne parle pas. Elle est belle la manipulation médiatique du système néolibéral ! On continue à nous matraquer d'infos exclusives pour nous cacher les vrais problèmes du monde...Un coups de mariage princier, un coups de Ben Laden, un coups de DSK et tout le monde regarde, tout le monde en parle, tout le monde oublie tout le reste...

Aujourd'hui, plus de trace de la situation japonaise dans les médias, si ça n'est pour nous apporter quelques soit disant bonnes nouvelles sporadiques. Parfois, on voit un homme filmé dans la centrale en ruine, une fuite d'eau radioactive que l'on colmate, on parle de circuits de refroidissements soit disant rétablis, ou des discours officiels de TEPCO, nous affirmant que la situation serait stabilisée dans les réacteurs nucléaires pour janvier...

En résumé, on ne nous dit pas grand chose et pourtant, il s'en passe des choses là bas, des choses graves. Quand on dit que la situation est grave et que l'on nous ment par omission, une flopée de pro nucléaire vient nous expliquer que la situation est stabilisé, qu'on alarme les gens pour rien, qu'on se sert de la catastrophe pour sur enchérir sur des théories écolo irréalistes et qu'on a aucune compétence pour dire quoi que ce soit à propos de la politique énergétique dont on ne comprend pas les implications...Ils nous argumentent que sans le nucléaire, notre facture d'électricité exploserait, que le nucléaire nous permet d'avoir une indépendance énergétique ou encore que c'est la source d'énergie la plus sure et la moins polluante...Malgré ce qu'il vient de se passer au Japon, ce qui s'est passé à Tchernobyl, les fuites radioactives et divers incidents ayant lieu plus de 1000 fois par ans, rien que dans les centrales française, les entassements sauvages des déchets nucléaires de tous bords, les conséquences des essais nucléaires de 1945 à 1995 sur notre environnement...

Quelques liens en rapport : Catastrophe nucléaire : les citoyens japonais se mobilisent...      

Energies renouvelables / nucléaire : le grand foutage de gueule du ministère de l'écologie.

Le Tchernobyl sous marin

Alerte nucléaire...Ca n'est pas une blague...

Qu'on publie les résultats d'analyses sur le nuage radioactif !

Agir en conséquence !

2053 essais nucléaires depuis 1945 !!!


Alors plutôt que de parler moi même, je vais ici laisser parler un scientifique, dont les dires auront peut-être plus de crédit que les miennes...Voici son article sur le sujet :

Je vous communique un post de jean-pierre Petit paru sur 20 mn qui vous fait une descrition réaliste et tragique de la situation telle qu'elle est à Fukushima.

Il faut forcer le silence et l'indifférence des medias. Notre planète est fichue si on continue comme ça.

Qui va arriver à créer un large mouvement d'opinion pour que Fukushima devienne une cause planétaire !

le Japon est mort s'ils continuent comme ça ! Et nous aussi peu à peu ! C'est terrible d'assister à une catastrophe pareille et de rester impuissant !

Ah ! Le CAC 40 va bien ? Les quarante et mille voleurs se remplissent les poches ? Vous me rassurez !!

 

L'opinion d'un scientifique


Pas question pour moi d'intervenir sous un pseudo. Je suis Jean-Pierre Petit, ancien directeur de recherche au Cnrs. Je vois qu'à Fukushima l'opérateur TEPCO et le gouvernement n'ont pas réagi comme ils auraient dû le faire. "A la russe". Il aurait fallu immédiatement faire des travaux de dégagement routiers pour permettre l'acheminement de moyens lourds. Ces sarcophages ne résoudront rien. Un séisme peut fracturer n'importe quelle dalle de béton, quelle que soit son épaisseur. A mon avis le séisme a fissuré celles qui se trouvent sous le réacteur. D'où fuites incontrôlable d'eau radioactive vers la mer. Il aurait fallu donc dégager les sources de radioactivité au plus vite, et au moins celles qui pouvaient être accessibles : les contenus des piscines. Pour ce faire il aurait fallu amener à pied d'oeuvre un pont roulant, capable d'enjamber les réacteurs, en le télécommandant. Le Japon est leader en matière d'industrie lourde et de construction navale. De tels ponts existent déjà, très puissants. Restait à les acheminer, ce qui n'aurait pas été facile. En les démontant partiellement, et par la mer ?
Mais au lieu de ça, 50 pauvres types ont arrosé les réacteurs avec des lances à incendie...
Pathétique !
Des ponts roulant auraient pu dégager les poutrelles légères qui encombraient le dessus, qui sont retombées après l'explosion. De puissants grappins auraient permis de dégager les décombres.
Enfin, les Japonais auraient pu enlever, laborieusement, les assemblages en les extrayant des piscines, pour les replonger au plus vite dans des containers portés par des camions, emplis d'eau. Tout cela aurait pu être télécommandé. La radioactivité est présente à proximité des réacteurs, mais elle reste sans commune mesure avec celle de Tchernobyl, immédiatement après l'explosion du réacteur.
Transportés immergés, par cette noria de camion, ces assemblages auraient pu simplement être réimmergés dans un vaste bassin. Voire même dans un ... port, ou un pièce d'eau. Séparés les un des autres, sous quelques mètres d'eau, leur chaleur aurait pu être dissipée, sans avoir besoin " de les arroser". Après, on aurait construit une piscine pour les immerger de nouveau (comme à la Hague).
C'était la mesure d'urgence. Ouvrir les cuves aurait été une toute autre affaire. Pas sûr que ça soit faisable. Mais pour les piscines, oui.
Ce qui se passe au Japon est l'illustration des dérives du libéralisme qui dit toujours qu'il y a " trop d'Etat ". Le pouvoir politique Nippon est inexistant. Il est "aux ordres" et là, les ordres n'arrivent pas. Il n'y a pas de "cellule de crise". Les spécialistes du nucléaires, sollicités pour se rendre sur les lieux, se sont défilés. Simple état de fait.
Si on se replonge dans ce qui s'est passé à Tchernobyl, on peut voir qu'une crise nucléaire coûte très cher. Tout de suite, il fallait pouvoir se dire "cette crise va coûter des milliards de dollars", et pouvoir les mettre sur la table. Mais qui pouvait faire cela ?
Il est significatif qu'un mois après la catastrophe des journalistes aient pu s'aventurer près du site avec une simple voiture, sans apercevoir le moindre contrôle policier ou militaire. Il aurait fallu boucler la zone très vite. Ces gens sont revenus avec un véhicule possiblement contaminé.
Il aurait fallu, comme l'ont fait les Russes, créer une brigade dont la mission aurait été d'abattre tousles animaux errants, dans la zone, domestique ou sauvags. Les chiens peuvent ramener de la radioactivité dans leurs poils.
Je sais que le Japon était dans le chaos et que réagir face à une telle situation n'était pas facile, avec les conséquences du tsunami. Mais on a entendu personne dire "je prends les choses en main". La pantomime où on a pu voir les responsables de TEPCO se prosterner, face contre terre, était lamentable.
Lamentable aussi ce refus nippon d'aide extérieure. Lamentable le fait d'être leaders en matière de robots domestiques, et de n'en avoir aucun capable d'intervenir en "zone chaude".Et de refuser de recevoir des robots étrangers.
Cette affaire ne fait que commencer. Les sarcophages ne résoudront rien, sinon en cachant au public l'état des réacteurs. En cessant d'être arrosés, les éléments combustibles monteront en température. On ne connait pas l'état du soubassement, sous les réacteurs. Il doit être fracturé et la radioactivité polluera la nappe phréatique, filera dans la mer. Il sera alors techniquement impossible de contrer cette dissémination.
Il est effarant que les Japonais aient évacué 10.000 tonnes d'eau hautement contaminée, simplement dans la mer, quand les cuves ont été pleines, "en s'excusant auprès des riverains". N'importe quel bateau disposant de cuves (un vieux pétrolier prêt à partir à la ferraille) aurait pu siphonner cette eau, en s'ancrant dans le port. Quitte à l'emmener à 2000 bornes de là, quand ses cuves sont pleines, et à le couler, sans ouvrir ses cuves. La rouille aurait lentement fait son oeuvre et cette eau contaminée aurait été relâchée en 30 ou 40 ans. Mais ce pétrolier se remplissant d'eau contaminée, ça aurait fait mauvais effet. Sa photo aurait circulé partout. Les gens de TEPCO ont préféré se débarrasser de cette eau "en douce", comme un chat qui planque ses excréments sous un tapis. Relâcher cette eau en bordure de mer était la pire des choses à faire. Mais les Japonais sont dépassés. Il n'y a personne à la barre.
Les seuls qui ont une réelle expérience de ce genre de crise gravissime, ce sont les Russes. Mais qui imaginerait que les Japonais puissent, ne serait-ce que recevoir la visite d'experts étrangers, d'où qu'ils viennent, et, au-delà, de voir ces gens faire des recommandations ? Non, les affaires japonaises ne regardent que les Japonais. Mais dans ce cas, ces gens n'ont aucune expérience. Ils savent réagir très efficacement à des tremblement de terre. Là, les gens sont formés à tous les niveaux. Mais, côté nucléaire, ça a été 30 années d'anesthésie à tous les niveaux. D'où cette incapacité à réagir.
Chez nous, au passage, ça serait pareil, en cas de grosse crise.
Le Japon a reçu ... le soutien d'AREVA. Mais rien de plus. AREVA n'aurait pas pu s'asseoir sur ce nid de guèpes. De plus AREVA est responsable de la présence de plutonium dans la cuve du réacteur numéro 3, combustible du MOX, vendu par la France aux Japonais.
Les poissons disperseront ces polluants radioactifs en les disséminant dans la chaîne alimentaire. Un jour peut-être on déconseillera au public de ... consommer du poisson. Après peut-être les veaux que nous sommes réagiront-ils.
Fukushima risque de devenir un problème planétaire du fait des emplâtres sur jambe de bois qui ont été mis en oeuvre. Sous cet angle c'est terrible à dire, mais ça sera la seule chance que nous ayions de réagir contre ce danger du nucléaire.
Hier, j'étais le seul scientifique et le seul universitaire à m'être joint aux 200 manifestants réunis devant l'hôtel Aixoix où les 20 députés européens écoutaient les sermons des gens d'ITER, plaidant pour le triplement de leur budget, passant d'un à 3 milliards d'euros. J'ai remis un document à une des parlementaires, Michèle Rivasi. 15 pages en 40 exemplaires, expliquant ma vision des choses, un vision de scientifique et d'ingénieur. Les gens ne le savent pas, mais tel qu'il se présente, ITER n'est pas un démonstrateur, du tout. On envisage avec ce projet déjà pharaonique de ne gérer qu'une seule des deux réactions nucléaires-clés, la fusion deutérium tritium. La seconde, la régénération du tritium par fission du lithium sous l'effet du bombardement neutronique sera seulement "testée" sur ITER, qui ne possède pas de système de dépollution de son plasma.
Oui, si on le construit, ITER fonctionnera 400 secondes en produisant "plus d'énergie qu'on n'en injecte". Mais rien ne sera résolu pour autant. Répondant à ma question, un des responsables m'a dit au téléphone, il y a quelques jours : "Oui, on pourra peut-être un jour avoir un générateur à fusion, si on n'est pas à quelques dizaines de milliards d'euros près, ni à quelques décennies près" (...)
Voilà ....


Jean-Pierre Petit

Repost 0
Published by GUSTAVSON's BLOG - dans Articles écolos
commenter cet article
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 13:27

2530401369_220a64151d.jpg

 

ARTICLES SUR LE SUJET EN LIEN ;

La roue tourne...

L'anti snob

Des stries dans la purée...

 

Les groupements c'est chiant...
Les groupements, c'est souvent des gens que l'on côtoie, avec qui l'on participe à des projets ou des activités. Au début, on a envie de participer, de bien faire, d'impulser son énergie pour le bien collectif. Et puis le temps passe, les gens vivent et l'on s'aperçoit de plus en plus de leurs défauts, de ce que l'on aime pas en eux. Parfois on a aussi de bonnes surprises, mais bien plus rarement.

Alors, on tente d'accepter ce qui nous dérange, nous irrite chez l'autre. On essaye de prendre du recul sur l'irrationalité de son énervement, pour mieux comprendre comment les autres en sont venu à nous énerver, voire nous stupéfier par l'étalage public de leur connerie.

A bout d'un moment, en apprenant à mieux connaître les autres et à mieux se connaître soit même, dans nos relations avec les autres et si tous savent prendre le recul nécessaire à leur propre compréhension et à celle des autres, on finit par surmonter les différences de caractère, de comportement et d'appréhension du monde de chacun.
Si ça n'est pas le cas, on trouvera les autres de pire en pire, exacerbant de plus en plus ce que l'on aime pas chez eux, sans qu'eux même puissent comprendre que leur attitude, analysée dans ses détails par ceux qu'elle énerve, puisse être susceptible d'énerver quelqu'un. Alors, se sentant plus à l'aise, connaissant les autres depuis plus de temps, chacun désinhibe sa stupidité, peste de plus en plus sur les autres, jusqu'à ce que la bulle de mensonge et de non dit éclate.

Chacun se dira alors ses vérités et d'autres ne donneront plus signe de vie du jour au lendemain. On aura alors la nostalgie d'avoir fait quelques trucs, que l'on aurait pas pu faire seul et l'amertume du fait que, par le cloisonnement et la non ouverture des personnes participant au projet vers les autres et vers d'autres idées, ce dernier n'ai pas pu aller plus loin.

Tous les projets n'aboutissent pas, parfois on les voit arriver à leur terme. Le projet c'est alors heurté à ses propres limites ou aux limites de ses créateurs, collaborateurs et de leur cohésion collective. C'est comme ça, on peut s'acharner et arriver à surmonter les choses, mais parfois, il faut aussi savoir passer à autre chose...Tout dépend...

Repost 0
Published by GUSTAVSON's BLOG - dans Articles société
commenter cet article
18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 22:17

4784200776_c05393afae.jpg

 

ARTICLES SUR LE SUJET EN LIEN :

Les médecins

Les mafias médicales et les hommes OGM...

Ces substances toxiques avec lesquelles on cohabite...

 

Aujourd'hui, dans les journaux gratuits, j'ai appris que l'assurance maladie a publié une étude montrant que les honoraires des médecins spécialistes de secteur 2 (ceux qui ont le droit de fixer leurs tarifs), ont doublé en 20 ans, par rapport aux tarifs remboursés par la sécurité sociale. En 2010, le montant total des dépassements d'honoraires s'est élevé à 2.5 milliards d'euros, de quoi améliorer la situations de pays entiers.

Elle est belle la médecine gratuite pour tous, comme l'avait prôné en son temps le conseil national de la résistance, fondant la sécurité sociale. Conseil élevé en exemple par notre indigné du troisième âge, Stéphane Hessel. + d'infos sur ce lien : Indignez-vous : analyse du pamphlet de Stéphane Hessel.

L'addition de tous les dépassements par rapport au tyarif de responsabilité de la Sécu atteint donc 2.5 milliards d'euros. 2.5 milliards d'Euros dans la poche d'ultras privilégiés du système, payés par des gens qui n'ont pas le choix, car devant se soigner. Quand on a de la thune, pas de problème, on allonge. Le scandale vient du fait que des personnes sont parfois oobligées de se ruiner, simplement pour se soigner, simplement pour pouvoir accéder au privilège de la médecine. Dire que beaucoup de ces médecins refusent de prendre des bénéficiaire de la CMU (Couverture Maladie Universelle), parce que ça ne leur rapporte pas assez de thune pour assurer leur train de vie de nabab...La CMU, c'est quand même lme seul moyen qu'il reste aux gens pauvres d'avoir accès aux médecins spécialistes...Hélas, ils se font souvent jeter.

En France, la Sécu rembourse 70 % des frais de santé (90 % pour les travailleurs d'Alsace Moselle). Pour le reste, on a le droit de souscrire à une complémentaire santé, sorte d'assurance, qui pour nous rembourser les frais faramineux des médecins spécialistes, nous coutera la peau du cul. On peut également ne pas prendre de complémentaire et payer la peau du cul, à chacun de nos passages chez des médecins spécialistes, dont les tarifs dépassent très largement les tarifs de responsabilité remboursés par la Sécurité Sociale.

Alors c'est avec un tel système, que quand on a une dent qui casse, ce qui arrive, on peut soit payer un bridge à 2000 Euros, soit se faire poser un beau plombage griçs, qui magnifiera notre beau sourire. C'est aussi comme ça, que l'on pourra garder ses lunettes pendant 20 ans, bien que notre vue ai évoluée durant ce temps et nécessiterait d'autres verres correcteurs, parce qu'on a pas de sous pour payer les frais d'ophtalmo et les frais d'opticiens. A savoir que quand on achète des lunettes, la Sécu rembourse à peu de choses près, 10 euros sur 30 euros payés... Avec une complémentaire qui coute la peau du cul, on peut à peu près se faire rembourser, mais il faut avoir les moyens de se la payer...

Alors je sent bien qu'on va me dire, comme le discours néolibéral du désengagement de l'état des dépenses sociales l'indique, "oui, mais que fait tu du trou de la Sécu ? "
Ah oui c'est vrai ça, le trou de la Sécu ! Les médias n'en parlent pas en ce moments puisqu'ils sont trop occupés à dézinguer DSK, avant ils étaient occupés à couvrir la mort de Bne Laden, avant le mariage des aristos britanniques...On peut pas tout faire ! Enfin, je ne doute pas qu'au prochain truc grave, remettant en cause les fondements du système en place, qui se passera, on va nous rejouer le sketch du trou de la Sécu.

Voici mon point de vue, le trou de la Sécu est l'arnaque du siècle, tout comme le sauvetage de notre système de retraite par répartition. C'est pourtant simple, on voudrais se faire de la thune avec des dépenses sociales, vous avez entendus ? Dépenses. On fait pas de bénéfice avec des dépenses, on équilibre pas un budget avec des dépenses ! Des dépenses sont des dépense, alors ça coute des sous. Quand vous allez faire les courses, vous achetez, vous essayez pas de ramener des trucs à vendre au supermarché de chez vous, pour équilibrer votre budget et rentrer chez vous avec la même somme d'argent...Enfin ça serait drôle d'essayer...Pas sure que la sécurité laisse faire...

Voilà la Sécu, les retraites sont des dépenses nécessaires. Plus on supprime ses droits sociaux, plus cela coutera cher au budget de l'état à long terme. En savoir + sur ce lien : DE LA DROITE AU FASCISME : chronique de la pensée commune de la culture dominante       +     Salaud d'assistés : les théories de Vauquiez, de l'UMP et du néolibéralisme vues par les cons...
Commençons déjà par ne plus contribuer à foutre 2.5 milliards d'Euros dans les poches des médecins spécialistes, par ne plus vouloir supprimer l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), par instaurer des taxes sur les transactions financières, par instaurer un revenu plafond à hauteur de 5 fois le SMIC, par baisser considérablement le budget de fonctionnement de nos hautes institutions, se gavant d'apparat, de frais de bouche, d'augmentation des salaires, pendant qu'elles demandent aux masses de se serrer la ceinture. A ce moment là, on aura largement assez d'argent pour financer Sécu, retraites, aides et redistribution sociale.

Des solutions, il en existe plein, encore faut-il retirer ses œillères qui s’accommodent aux normes que le système néolibéral nous dicte...

Repost 0
18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 09:40

458516294_b3f17b2330.jpg

 

ARTICLES SUR LE SUJET EN LIEN :

Des stries dans la purée...

Un conglomérat de reste...

Salaud d'assistés : les théories de Vauquiez, de l'UMP et du néolibéralisme vues par les cons...

 

On dit souvent que la roue tourne, ben oui, c'est une roue, elle tourne. On a beau y mettre des cales, les cales c'est provisoire, les cycles, c'est provisoire, ils passent la roue les écrasent au sol, quand le chariot avance. Les cycles sont la sédimentation, aplatie par toutes les roues qui passent dessus. La sédimentation à fait de notre planché, ce qu'il est aujourd'hui et continuera à aplatir les cycles futurs, pour en faire ce qu'il sera demain. 

Alors on tente de nous amener à penser en terme de situations établies, les situations établies, c'est bien commode pour ceux qui les établissent, pour ceux que ça arrange qu'elles soient établies comme ça. Mais la roue tourne et ils font tous semblant de ne pas en avoir conscience.

Alors on croit tous, dominant et dominés, à l'absurdité du monde que nous nous sommes construit, dans la soumission ou dans le pseudo contrôle, chimère du narcissisme humain. Ici la nature gouverne les insectes qui l'habitent et les insectes pensent que la nature se limite à leur termitière. Mais un coups de vent et tout s'envole, les rêves, les illusions de croire que notre image est celle de tout et de tous.

Une société qui se fou de tout ce qui sort de ses normes, de tout ce dont elle ne se préoccupe pas. Mais ses préoccupations sont tellement superficielles et cette superficialité prend tellement de place dans l'échelle de ses préoccupations, qu'elle masque tout le reste des choses qui devraient être prioritaire, si cette société fonctionnait d'une réelle façon rationnelle. Mais non, elle est absurde, elle a posé ses fondations sur un château de carte, un château avec ses nobles et ses pouilleux, ou tout est a sa place, ou les moutons sont bien gardés.

Mais la roue tourne et comme le disait le célèbre philosophe Jesus Christ, "les premiers seront les derniers...". Un jour les moutons monteront dans les donjons et les aristocrates oligarques iront braire dans la prairie...Mais un jour aussi, ce château s'effondrera sur tout le monde et tous auront bien l'air con d'avoir vécu dans une bâtisse fondé sur un château de carte...

La roue aura tourné, d'abord pour les humains dans leur rapport à la domination entre eux, puis pour les humains tout court, dans leur rapport à la domination face à la nature...

Ne pas voire que la roue tourne, est nier l'existence de la roue. Une roue est faite pour tourner, pour nous transporter, nous faire être en mouvement, elle n'est faite que pour ça...Alors elle tourne et nous avançons à sa vitesse.

Repost 0
Published by GUSTAVSON's BLOG - dans Articles société
commenter cet article
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 13:49

5079128092_29e7dfd0be.jpg

 

ARTICLES SUR LE SUJET EN LIEN :

Figuration

Marché de l'art...

Vernissages...La chanson de GUSTAVSON en écoute

Les précurseurs crée leurs prédécesseurs...

Mes chakras sont fermés...

Le colibri et la goute d'eau

Cinéma

Des stries dans la purée...

 

 

Voilà une interpretattion d'un évènement culturel qui m'est toute particulière. On peut avoir d'autres avis, voici le mien.

 

Le gotha culturel.

J'ai eu l'occasion d'aller à un vernissage géant récemment, les ateliers ouverts que ça s'appelle... C'est trop l'exaltation de la culture et des arts, c'est trop l'endroit "in", ou il faut être...En plus c'est partout, alors on va la voire partout pendant deux week-end, la masse de la bourgeoisie roots de Strasbourg...

Je suis allé dans un machin qui s'appelle le bastion, je ne connaissais pas. C'est un grand espace aménagé en ateliers "d'artistes", qu'il a été possible de visiter librement, à l'occasion de "la semaine des arts". Du coups je suis venu, attiré par la curiosité.

Avant de voire des artistes et des œuvres, j'ai d'abord vu tout le gotha de la culture élitiste strasbourgeoise, situé bien plus bas hierarchiquement que le gotha de la culture élitiste parisienne...Bref, de gros looser de provinciaux snobs. Ils étaient là pour se montrer, pour fréquenter "le milieu", pour ouvrir leur gueule en disant des mots à la con, qui font genre..."Non mais tu vois, cet artiste, c'est une personne trop spontanée..."Ou encore, "tu sais moi je suis comme ça, je trop pleine de vie...". Enfin bref, je n'ai même pas eu l'occasion de voire un foutu tableau, que le tableau de la "bourge attitude" s'imposait déjà à moi...

Alors, une fois que je suis entré dans un atelier d'artiste, ce fut le florilège. C'est vrai que l'art pictural n'est pas forcément super mon truc, mais parfois, il m'arrive d'apprécier certaines œuvres...Là, rien. Vraiment rien, j'ai trouvé que c'était tout pourri. A mon avis, c'était aussi du au fait, que je me trouvais dans une assemblée composée à 75% de gens que j'avais envie de claquer contre un mur, ou dont j'éprouvais le besoin viceral de défequer dans leur bouche, pour qu'il soit légitime que de la merde en sorte..

La corde en sable.

Le premier atelier que j'ai visité était bien drôle, c'était tout petit, il y avait plein de monde et "l'artiste" avait essayé de remplir la salle d'un maximum de ses créations, pour qu'on puisse un maximum se délecter de son éclectisme et de sa productivité géniale. En plus cette conne a foutu une putain de corde en sable au beau milieu du passage, corde qu'il fallait éviter, pour respecter le travail de "l'artiste". Évidemment, ce qui devait arrivé arriva et une personne bouscula la sainte corde, qui se mis à bouger et à perdre ses précieux grains de sable. Là ce fut le drame...La conceptrice de cette corde, faite de grains de sable, rebondit de suite et s'exprima d'une façon étonnante, mêlant ton moralisateur et gentillet, pour ne pas passer pour une mégère, "regardez, on peut être la personne la plus adorable du monde, et faire du mal aux œuvres d'art..."...Et je vous promet que ce genre de ton faux cul, qui parait étrange aux non snobs, était ici des plus fréquent. Moi je dis que cette adorable personne, à crée l'œuvre la plus artistique de cet atelier morne.

Je n'y connais certainement pas grand chose et cela doit plaire à certains, mais franchement, je n'ai ni vu l'art, ni l'intérêt, à se faire chier pendant des heures à reconstituer la forme d'une corde, en collant des putains de grains de sables, grains après grains...Elle aurait pu prendre une corde et l'accrocher que ça aurait été pareil pour moi. En cherchant un peu plus, je me suis dit, qu'elle avait voulu montrer symboliquement, qu'en apportant chacun son grain de sable, on peut constituer un outil qui nous aiderait ensemble à grimper par delà les murs et les cloisonnements, pour nous faire passer les épreuves auxquelles on doit faire face...Tu parles ! Ça c'est moi qui le dit, la plupart de ces cons là, qui se définissent comme artistes, seraient plutôt des artisans, capables de passer des heures à construire un truc avec minutie, juste parce qu'ils trouvent ça joli et original...Après c'est la libre interprétation de chacun...Pour moi, une œuvre n'est intéressante que si son concepteur y trouve du sens, sinon, ça n'est pas de l'art, c'est de l'artisanat ou du hasard...Selon moi. Après, il y en a qui trouvent du sens à se faire un puzzle...Chacun son truc comme on dit.

L'anti snob.

Dans un autre atelier, j'ai vu une perle, l'essence de l'art qui jurait avec les faux arts en présence...Un homme, semblant un peu simple, semblant ne rien connaître aux codes du faux art en vigueur en ce lieu, interpellait les artistes. Cette personne, ressemblant physiquement à Coluche, discutait avec les concepteurs des œuvres, en leur posant des questions à la con. C'est un peu comme s'ils demandait à un boulanger comment on beurre les tartines. Il essayait de faire genre qu'il s'y connaissait, ou du moins, il essayait de ramener ce qu'il voyait à ses propres connaissances, afin de pouvoir l'interpréter.
Évidemment, il était loin d'avoir les mêmes codes de conversation et d'interprétation des oeuvres que les artistes en présence. Mais il s'en foutait, il était en quête de compréhension et se moquait totalement de se faire prendre pour un con, par des gens qui l'étaient encore plus que lui. Alors je voyais cet artiste, à qui notre homme expliquait qu'il connaissais bien les cartes postales. L'artiste était gêné, n'osait pas trop lui dire qu'il l'emmerdait, il le prenait pour un gentil con super relou, il essayait subtilement de s'en débarrasser sans lui faire voire que ses potes snobs se foutaient trop de sa gueule. D'autres passants, étaient plus outrés, que l'on puisse oser emmerder ce grand artiste avec des problèmes du bas peuple néophyte...

Notre homme s'en foutait, que l'artiste ne veuille pas perdre son temps avec lui, que les potes de l'artiste se foutaient de sa gueule, ou que des gens de passage soient outrés qu'il ose parler à ce grand créateur d'œuvres d'art et c'était là son oeuvre, plus grande que celles de toute la pièce. Il était l'anti snob parmi les snobs, il fut la plus belle oeuvre d'art de l'exposition des artistes, mais les gens, cloisonnés par leurs œillères issues des normes culturelles en vigueur, ne l'ont pas vu. Ils n'ont vu que ce qu'ils étaient venus chercher à priori et sont repartis heureux d'avoir trouver les évidences qu'ils souhaitaient. Au milieu d'eux, un homme aurait pu leur faire voire d'autres choses, un nouvel horizon, mais ils y étaient fermé et sont resté enfermé dans leur bastion.

Pour conclure.

Le gotha culturel, scotché devant des œuvres qui ne veulent rien dire, a besoin des anti snob. Je lance donc un appel à tout les anti snob potentiel, pour qu'ils viennent envahir vernissages, exposition et musées conventionnels ou roots conventionnels. .Allez-y et réclamez la compréhension qui vous est du. L'art doit être accessible à tous, s'il n'est accessible qu'à une petite élite bourgeoise au capital culturel calibré à cela, ça n'est pas de l'art, c'est de l'élitisme culturel.

Repost 0
Published by GUSTAVSON's BLOG - dans Spécial artistes à la con
commenter cet article

Présentation

  • : Gustavson 's Blog
  • Gustavson 's Blog
  • : Le Gustavson 's Blog, c'est la vision de Gustavson, auteur-compositeur, sur le monde qui nous entoure. Articles, chansons militanto graveleuses et bien plus encore voilà ce qui vous attend sur ce portail. Chaque jour des nouveautés et des impressions à chaud sur l'actualité de notre beau monde égalitariste... Revendicateur, contradicteur, héros de l'absurde ou simple curieux, soyez les bienvenus !
  • Contact

Recherche