Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

5261729699_cb2049b724.jpg

 

 

J'ai toujours aimé qu'on m'aime, comme tout le monde, ça flatte l'égo et on en à tous beaucoup trop pour être des gens bien. 

L'humain est un connard au fond, plein d'égo, jaloux possessif, se sentant exceptionnel. Tout cela résulte au fait que personne ne s'entend vraiment,la civilisation fait semblant et déprime.
 
Parfois on aime, parfois on se sent aimé mais parfois je me demande si quand j'aime quelqu'un, ça n'est pas moi en position d'aimer que j'aime et quand je me sent aimé, si ça n'est pas le fait de me faire aimer que j'aime.

 Au fond, l'amour n'est-il pas de s'aimer soit même, cet altruisme, cet esprit de sacrifice que l'on éprouve ne vient-il pas du fait que quand on aime une personne, elle devient la projection magnifiée de soit. On dit souvent, quand on s'aime, on se complète, on forme un tout...S'aimer sert-il à se guérir de ses névroses, à palier les manques que l'on ne peut combler tout seul ? Surement, mais le résultat est le même, quand on aime, quand on se sent aimé, on se sent bien et c'est bien là l'essentiel. Dans ce monde de merde, on a rarement l'occasion de se sentir bien alors, quand ça arrive, c'est un peu con de se torturer l'esprit pour savoir pourquoi, pourquoi cela part d'un cheminement malsain au fond. L'humain est malsain, une sale bête voilà l'explication. 

Je part souvent du postulat que quand on est bien soit même, on fait automatiquement du bien aux autres, qui se sentent mieux et nous renvoient cette bonne énergie. On doit s'occuper de soit avant de s'occuper des autres, si on ne va pas bien, on transmet des sales ondes et rien ne sert de faire semblant d'avoir le cœur sur la main pour combler ses manques. Il faut d'abord combler ses manques pour avoir le cœur sur la main. Le problème, c'est qu'on ne les comblera jamais, alors on est égoïste, connard, humain...

Moi j'ai pas souvent comblé mes manques ce qui m'a rendu la plupart du temps frustré. Quand on est frustré c'est souvent qu'on a peur et qu'on ose pas faire ce dont on a vraiment envie. De la peur nait la frustration, de la frustration nait le mécontentement. Du mécontentement nait la stupidité. De la stupidité, dans ce monde il y'en a plein, normal !

On vit dans une société du non sens ou la peur est mise en avant, donc la frustration, donc la stupidité et ça fait boule de neige. Les valeurs mises en avant dans notre belle société n'en sont pas, l'argent s'y croit valeur, ou encore l'ambition en marchant sur autrui, l'arnaque, le mensonge, la rancune, la vengeance, la hiérarchie, la propriété, voilà les valeurs fondamentales mises en avant par la civilisation occidentale ! Bravo ! Si ça, ça n'aide pas à la stupidité...Directement ou indirectement, on est tous acteur de cela en vivant dans ce monde là, dire que non est faux selon, c'est moche, mais c'est comme ça.

Le plus important dans la vie de la plupart des gens, même si la plupart ne se l'avouent pas, c'est l'amour et tout ce que ça implique, tout ce qui en découle. L'amour est très difficile à côtoyer dans une telle société composé de personnes contrôlés par la peur, la frustration et la stupidité. L'amour est un mythe, une notion inconnue dans la vie réelle de la plupart de ces gens. Ils se norment là ou la société les envoient, vers des formes de matrimonialisme stupide qui va avec le décors. Et comme dans toute bonne civilisation, il y a les normaux et les marginaux, les exclus de la norme matrimoniale, les vieilles filles, les vieux garçons, les moches, les sans sex appeal. Il sont là avec leur tension de célibataire, courant les soirée pour certains, espérant picorer une miette d'une personne dépressive ou alcoolisée ne se rendant plus compte qu'elle fricote avec ce que la société lui décrit comme une honte à la bien pensance. D'autres n'espèrent plus et tentent d'assumer leur trop plein d'hormones non évacués en les évacuant d'une autre manière. Et des milliards d'enfants potentiels se retrouveront dans un mouchoir avant d'avoir le temps de dire fœtus. Voilà ce qu'est le blues de la main droite...

Article : le blues :

Le blues de la main droite est une chanson décrivant les moments de solitude que bien d'entre nous connaissent au quotidien. Le bluesman de la main droite, c'est l'antihéros, le pouilleux frustré qui ne sait que s'auto-satisfaire de la seule satisfaction que son corps puisse lui donner. Il est indépendant et n'a besoin de personne pour mater un film de cul ou s'imaginer à poil le flot de personne qu'il a vu habillé toute la journée. Le bluesman de la main droite, il baise tout le monde sans baiser avec personne. Toutes les personnes qu'il croise sont potentiellement victimes de son imagination. Mais peut-on être réellement satisfait de cet enfermement avec soi-même, de ses désirs qui, tant que l'on a le blues de la main droite, ne seront pas assouvis réellement.
Au final, il est plus facile de chercher des responsables extérieurs à cet état de fait, que de se remettre en question soi-même. La misogynie guette l'homme frustré chez lui qui se sent incapable de toucher ce dont il rêve tant il rêve qu'on le touche alors pour oublier il se touche lui même, vain plaisir de substitution. La branlette, c'est la méthadone du baiseur qui ne baise pas. Rien de très constructif la dedans, si ce n'est de se défouler, de se détendre, de ne pas péter un plomb. On en tire rien de très concret si ce n'est peut-être du fromage de bite et encore très peu, pas de quoi s'en faire des tartines... mais c'est toujours mieux que rien !

39602 453583319940 549389940 5193896 6887720 s

Chanson : Le blues de la main droite.

Moi je suis moche, je suis con
je n'ai pas beaucoup de pognon
ce n'est pas une situation
pour avoir une relation
moi je suis seul ça fait trop mal
je suis en surcharge hormonale
et si je n'épargne pas ma bite
y'a beaucoup de chance qu'elle s'effrite
j'en reste là, trop las
de ma vie de célibat
si je vous dis que je m'en branle
ça n'est pas vraiment qu'une image
je suis peinard j'ai pas d'hygiène
il n'y a plus personne que ça gène
je suis pas cocu mais content
et quand je pue personne le sent
y'en a qui disent, que je pourrais faire des efforts
pour mieux séduire, faudrait déjà que je foute mon nez dehors

mais pour voir qui ? mais pour faire quoi ?
je bouge ma langue comme mes dix doigt
se crispant quand ils voient du beau
se gonflant sans sortir un mot
n'évacuent pas la frustration
de ne pas pouvoir le voir sortir
il stagne dans mon pantalon
ne sort que quand y'a rien à dire
mon  organe il me sert à ça
à savoir quand j'ai besoin de baiser
hélas il ne me sert qu'à ça
mis à part quand je vais pisser
il faut choisir
et je crois que j'ai déjà fait mon choix
m'humilier ou rester chez moi
au final je baiserai mes draps
moi j'ai le blues... moi j'ai le blues, moi j'ai le blues... de la main droite

je l'ai fait tellement de fois
qu'y en a plus que de jour dans ma vie
si j'avais gardé tout ce sperme je remplierais la mer d'Aral
et parfois j'en ai un peu marre
d'avoir tant tiré sur la corde c'est devenu une chose banale
d'astiquer mon poireau difforme
moi j'en peu plus
il faut que je baise
moi j'en peu plus d'astiquer ma pauvre merguez
moi j'ai le blues...



Mais ça encore, c'est la méthode la moins chiante, le bluesman de la main droite, ne fait chier que lui lorsqu'il se soulage. Il reste tous ceux qui pensent encore avoir un espoir et qui ne font que confirmer à chaque soirée ou ils vont, la logique du pourquoi ils ne baisent jamais. Oui, vous les connaissez tous, surtout vous mesdames, je parle bien des gros relous qui font réfléchir à deux fois avant de sortir sa petite jupe toute mimi. Une solution pour eux, le cassage d'oeuf : 

Cassage d'oeuf

Après une dure semaine de labeur
j'avais envie de me détendre
de passer du bon temps en soirée
de boire un verre et d'en reprendre

je voulais me sortir du quotidien ......
en parler à des gens sympas
qui font la fête sans se méprendre
qui sont juste heureux d'être là

mas hélas, j'avais mis une jupe
qu'on a prise pour invitation
à assouvir toutes les pulsions
d'une bande de con

qui est vraiment faite pour jouer le rôle
du tout à l'égout des tracas
qu'ils ont de trop taquiner popole
de jamais prendre une fille dans leur bras

je ne suis pas l'armée du salut
qui se tape des punks de 40 ans
qui savent pas s'habiller, qui puent
qui ont perdus la moitié de leurs dents

Je ne suis pas venue pour me faire traiter
comme un steack prêt à se faire bouffer
ça parait tiré par les cheveux
je voudrais juste me détendre un peu

les sangsues qui passent à l'attaque
en groupe comme une sclérose en plaque
pensent que je suis là pour compenser
leurs frustrations alcoolisées

Font qu'au final je rentre tôt
en m'énervant plus qu'au boulot
la prochaine fois je resterais chez moi
la télé ne m’emmerdera pas
si les hommes me lâchaient un peu
je viendrais plus souvent en soirée
st tu m'emmerde, je te casse les oeufs
et si je les ratent, je te pèterais le nez

ooooh je suis bonne
oooh je suis bonne 
oooh je suis bonne
et ça me fait une belle jambe d'en faire une troisième à des porcs  


Non, à l'apoque, j'étais plutôt du côté des gentils, des soupirants. La vielle rengaine, "je te suis, tu me fuis", marche hélas très bien. Les gentils, il leur faut un efforts surhumain pour se déclarer, et les apprenti princesse le savent même inconsciemment. Alors elles attendent un maximum de temps pour garder auprès d'elle ce quasimodo qui flatte leur égo. Ce temps là est horrible pour le soupirant qui doute, espère, devient fou mais tellement délicieux pour la personne mise sur un pied d'estale durant deux mois. Mais une fois la chose su, c'est le scandale, tout ce temps de perdu pour rien ! Alors le soupirant part fâché, la queue entre les jambes.  

Chanson : Le couillon.

Elle était très belle et ça m'intimide
elle était timide et ça me fou dans la merde
moi je suis couillon plus que jamais statique
je fais pas un premier pas même pas u n mouvement de cil
je perd mes moyens
et le peu que j'ai
j'en aurais besoin
pour ne plus la fermer
moi je ne fais rien
comme j'en ai l'habitude
je continue à rêver
de changer d'attitude

je me branlerai chez moi en pensant à elle
et dans mes fantasmes elle restera fidèle
quand on ne sait pas vivre on préfère rêver
à ce qu'on aurait pu faire si on savait parler

j'aime bien faire le fier mais mes couilles sont bien loin
j'en veut comme une serpillère je sais que je vaut rien
alors si je lui plaid pas c'est que je fais pas envie
car je ne sais que me plaindre et me pourri la vie

j'ai pris mon courage à deux mains
poussé par des couilles bien trop pleines
mais madame ne savait pas bien
si elle était célibataire

il n'y avait plus qu'a patienter
que madame fasse ses petites affaires
quand j'ai su que j'attendais pour rien
je peut dire que mes boules avaient les nerfs

j'ai perdu deux mois de ma vie...magalie
deux mois que tu ne voulais pas de moi
tu voulais que je soit ton ami magalie
mais moi je n'en voulais qu'à ton cul
sans ça tu ne m'intéresse plus

mais tu t'en fou tu as un mec
qui est petit moche et qui pu
qui te tape dessus quand tu l'énerve
et qui pointe l'année au chomdu

je n'aime pas me lancer des fleurs mais moi je me préfère à lui
 si les gros cons te font pas peur moi les connes avec je les évite
alors restent dans ton trou pommé
moi je redeviens comme j'étais
si le changement te fou la trouille
moi je reste avec mes deux couilles
pour me soulager je me débrouille....
 

Parfois, l'alcool aidant, on peut aller plus vite et ce temps de doute ne dure alors qu'une soirée. mais l'alcool n'a pas que du bon et cet investissement affectif d'un soir peut parfois avoir des conséquences fâcheuses sur sa vie réelle du lendemain...Mais  bon, on fait tous des conneries plus grosses que nous parfois...

Chanson : Panne de réveil.

ça fait des heures qu'j'attends de me lancer
car je n'ose pas lui dire qu'elle me plait
 je bande comme un dinosaure j'essaye
 de planquer mon monstre du lockness
 mais j'ai du mal alors je bois
me donne du courage et des gamma
 gt je me lance et je me fait jeter
 je suis pas content mon égo pisse le sang
 je suis sou je suis con et je suis fâché
et je ne suis pas motorisé
 je rentre à pied la queue entre les jambes
 je zigzag sur les trottoirs et quand ma danse
 m'embarque chez moi j'oublie le réveil
 je m'endort et je me réveil trop tard
pour arriver au taf à l'heure normal
et c'est une heure et de mi après
 qu'on attendait mon arrivée 
que j'arrivais le sang glacé
la trouille au ventre de m'être fait capté
 évidemment que tout le monde savait
 que je n'étais pas venu au boulot
alors je m'excuse puant l'alcool
le sang injecté dans mes yeux
 la tête qui tourne je marche comme je peux
 et je balance qu'en faite je n'ai rien d'autre
 à dire que la vérité pour excusé l'inexcusable donc
 je m'étale et on m'en,gueule comme un enfant
les même sur qui je gueule d'habitude
quand c'est eux qui se sont pas levé
et là c'est moi ça me fait chier
 j'en mène pas large car je suis con
et j'ai tout fait pour le prouver
j'ai créer cette situation
 sans l'aide d' personne à accuser
 je suis dans mon tort à 100%
 je suis 100% un gros con
 je me désespère allègrement
 j'espère que je vais grandir bientôt
 

On continue à cherché à tout va et une fois sur 10, on finit par prendre quelque chose dans ses filets. On prend ce qu'on peut avoir et dans cet univers normé, le sex l'est hélas aussi fort souvent. Ah la position du missionnaire, tout le monde la connait, certains ne connaissent que ça. Dos scotché au matelas, jambes et bras écartés et en avant la musique. Si l'inventeur du sex existait, il n'aurait certainement pas soupçonné que l'on puisse faire rimer cul et ennui. La vérité, c'est que ça marche, pour certaines personnes, à chaque coups, comme si baiser était une chose machinale qu'il fallait faire parce que la norme le dit. C'est Benoit 16 qui doit être content de cela, lui et sa foutu religion qui voudraient qu'on ne fasse ça que par nécessite de procréation parce que eux, n'ont pas le droit de le faire du tout...Une technique efficace pour l'abstinence, rendre le sexe chiant...Voilà ce qu'est l'étoile de mer.

Chanson : L'étoile de mer

l'étoile de mer vie dans les abysses de ma sexualité
elle me regarde scrutant le ciel
sur son dos elle est étalée
comme une statue qui n'est pas là
figée comme dans un magazine
c'est une poupée gonflable qui m'accompagne
de mes petits bras je l'active
ce crustacé n'a pas d'odeur
n'a pas de vie n'a pas d'ardeur
seul l'emballage est bien ficelé
à l'intérieur c'est avarié
je la noierai bien dans le jus de citron
pour qu'elle puisse enfin s'activer
j'aimerai tellement pouvoir la prendre
et qu'elle puisse faire semblant d'aimer

j'ai dragué le fond des océans
c'est pas le meilleur que j'ai chopé
la pêche au gros c'est pas pour moi
mon harpon dans le fond s'est rappé
mon arme fatale comme un choux fleur
une semaine à évacuer
ma blessure sur le fruit du chêne
m'a fait bien mal quand j'ai pissé

moi je pêche mal et moi je suis un mal pêché
je reste au port voir au loin la vue s'étaler
j'assouvis ma faim comme tous le monde
au super marché
j'aurais préféré de la nature mais maintenant je bouffe congelé
j'aurais préféré de la nature mais maintenant je bouffe congelé

Mais la mer, il faut parfois en revenir et quand on remet les pieds sur terre et que l'on pense s'être débarrassé de l'animal marin soporifique, on constate qu'il nous à laissé un cadeau. On est frustré, même après avoir baisé, on voudrait oublier ça, ne plus jamais avoir à faire à la cause de cette frustration là ou l'on pensait assouvir une envie. Désorienté, on ne sait plus ou trouver son chemin, celui qui nous éloignerait de la frustration, de la stupidité, de la tension du célibataire qui gonfle nos veines et désirrigue notre cerveau. Ça n'est pas qu'en forêt que l'on trouve des champignons et ça n'est pas qu'en automne non plus. Parfois, point n'est besoin de partir hors des sentiers battus pour en attraper. Ils viennent te voir directement dans notre intimité à notre plus grand désarrois.

Chanson "les champignons".

Si je ne t'avais pas connu
j'n'aurais pas su ce qu'est une peste
contagieuse comme la maladie
c'était l'automne et la saison
des champignons est arrivée
croire que la foret t'es passé dessus
pour en avoir tellement en toi
tu me les fila comme des cadeaux
comme les bolets mis sur l'omelette
tu as offert à mon pénis
les chlamydia la syphilis
ne sont pas partis quand je t'ai plaqué
fille d'une inconséquence totale
mais ou est passé ta morale
t'as tout nié des MST
moi j'aurais voulu m'accrocher
t(as préféré te faire fourrer
quand je t'ai baisé la première fois
tu me propose de pas me protéger
vu le nombre de mecs que tu te tapais
t'as du renfermer bien des choses
j'aurais préfèré que tu m'oublie
et que tu te garde tes mycoses.
Parce que t'es un danger public
et quand par ta bouche tu m'astique
ma bite au contact de ta bave
qui fut au contact de culs d'ours
qui rendit mon gland écarlate
et mon canal rempli de bouse
si t'aime pas le fromage à l'ail
encore moins le touché rectal
qu'on te fasse des frottis à la paille
fais gaffe à tes histoires de cul
fais gaffe à tes histoires de cul
fais gaffe à tes histoires de cul
parfois ça fait mal

Mieux vaut la capote sur la langue
ou sur la bouche en fellation
plutot qu'd'avoir mal quand tu mange
 en te chopant des champignons
on a l'air con mais c'est comme ça
affublé du préservatif
mais quitte à ne plus pisser droit
il vaut bien mieux ce sacrifice

si j'avais su jamais je n'aurais
mi ma bite dans ce piège à con
si j'avais su ou elle allais
je l'aurais laissé dans mon caleçon
sans la capote c'est comme tu aime
la tu peu filer tes sales trucs
si c'est pas moi fais ce qui te plaid
et ça sera plus moi ça c'est sure

Quand je pense à toi j'ai bien les nerfs
de subir ton immaturité qui m'a renvoyé à la mienne
qui à fait que je me suis irrité
ça me fait passer de s analyses
qui a chaque fois font que je balise
que tu m'aie refilé un autre truc qu'on ai pas vu la première fois
qui fera que cette fois c'est sure
que je suis stérile comme un castra

Alors après tous ces traitement, on se dis qu'on est enfin tranquille et qu'on ne nous y reprendra plus...Et pourtant, une autre étoile de mer arrive après une longue période de blues de la main droite. L'éternel recommencement, l'homme ne tire que rarement des leçons de l'histoire. Tout comme, la peur est suivie de la frustration et de la stupidité, le blues de la main droite est suivi de l'étoile de mer et des mycoses...

Les champignons, le retour

Et quand tu crois que c'est fini
y'en a encore
le doc à dit que c'était parti
qu'ils étaient morts
alors tu frotta la pelouse
gambadant dans la boue des prés
pensant que t'éviterais la bouze
à tout jamais

jamais dire jamais aux mycoses
qui t'attendent au coin de la rose
dont tu éfeuilla les pétales
en candide qui ne pense pas un mal
mais les épines dans le trou du gland
son venus te chopé dans ton chêne
et cette salive que tu te prend
sève qui t'irrite aux quatre veines

pour que t'explore avec son gant
les médecins chez qui te te traine
enfoncent quelques tiges un instant
dans le rouge vif de ton ébène
les séquelles post opératoires
t'auront bien fait passé l'envie
d'à nouveau trainer l’arrosoir
dans la prairie

A force de te prendre des médocs
t'en a fait des crises d'urticaires
des eudèmes de coinc à la glotte
des allergies dans ton sphincter
sans vouloir trop pousser le vice
tu te dit qu'il fait que tu te projette
à ne plus sortir ton pénis
autrement que dans les toilettes..

Et quand tu crois que c'est fini
y'en a encore
le doc à dit que c'était parti
qu'ils étaient morts
alors tu frotta la pelouse
gambadant dans la boue des prés
pensant que t'éviterais la bouze
à tout jamais 


Alors c'est sure qu'en reproduisant ce processus quelques fois, il est difficile d'y mettre un terme, par exemple en se posant longtemps avec une personne sans mycoses, qui sait alterner les positions sexuelles. Ca c'est ce dont on rêve, mais la réalité du mariage, c'est tellement autre chose...
Chacun finira peut-être par trouver chaussure à son pied mais en attendant, la plus part resteront les bras ballant espérant la norme sociétale qu'on leur à promis. Ils cherchent, ont cherché et bientôt, blasés, ne chercheront plus...Ils se frustrent des frustrations que les exemples de réussite conjugale qu'on leur donne, leur apporte. ils cherchent le modèle sans jamais le trouver, ils tentent de combler un manque et n'ont pas les outils nécessaires pour boucher le trou béant de leurs frustrations. Ils imaginent car ils n'ont que ça...Mais est-ce si loin de la réalitén ce qu'ils imaginent ? 

Mariage : 

Aussi seul que la solitude
je suis en train de m'encrouter
je m'enferme dans mes habitudes
je 'ai plus personne à qui parler
alors pour que ma vie soit moins rude
j'ai décidé de m'accoupler
bien sur que je ne suis pas le seul
à pouvoir pour moi décider

Mais moi mon style c'est celles qui veulent
et j'ai du mal à les trouver
je ne fait pas ma publicité
même moi j'en ai marre de moi même
je suis dépressif je pu des pieds
je suis chiant j'ai mauvaise haleine
avec ça je suis pas courtisé

ma femme ne veut pas de moi
sauf quand ma femme boit
ma femme ne veut pas de moi
sauf quand elle ne se rend plus compte qu'elle est là
avec moi

Quand je serais marié je serais tranquille
chauffer mes spermatozoïdes
bouffer à me remplir la pense
comme font tous les vieux couples en France
on foutra rien en regardant la télé
en touchant notre chômage
on fera des gamins
qu'on foutra au foyer
parce qu'on a pas d'argent
pour pouvoir s'en occuper
et  merci à la DASS
qui nous à évité
de les pommer en foret
comme dans le petit poucet
mon congelo est plein
ma voiture à la clim
pas de piscine dans le jardin
c'est dure d'avoir la combine

Mais c'est sure que pour trouver
jamais je n'en parlerais
je ferais le beau sur Meetic
je deviendrais un romantique
et quand enfin je me marierais
je ferais comme tous le monde
et ça puera l'arnaque
mais c'est bien ça le mariage
de s'emmerder à deux
car c'est plus rassurant
que de s'emmerder tout seul
ça fait vivre plus vieux
comme l'engrais pour les plantes
ça pollue la planète mais de loin c'est joli....

ma femme ne veut pas de moi
sauf quand ma femme boit
ma femme ne veut pas de moi
sauf quand elle ne se rend plus compte qu'elle est là
avec moi

C'est peut-être ça la solution pour se caser, une alcoolique sur kétaminé qui ne sera pas armé pour se rendre compte du connard que l'on est et de la connerie d'être en couple. 


Amour, cul et frustration, c'est un peu moi, c'est un peu vous, c'est un peu la vie de chacun mais pas complètement et heureusement ! Ce spectacle n'est pas positif, il décrit la frustration générée par l'amour et le cul quand ça ne se passe pas comme on veut. Ca crée tout un tas de con comme moi, que l'on croisera dans la vie, dans d'autres situations et qui se comporteront comme des connards parce qu'ils ont ce genre de frustration dans leur tête, ils vivent avec et ça n'est pas évident...Souhaitons leur bonne chance quand même, souhaitons nous bonne chance aussi pour nous en libérer, devenir moins con et moins frustré...

Et puis finalement je me suis dis que je ne vivais pas forcément bien la situation de jeune mâle hétéro. J'ai voulu changer d'air alors je suis aller mon bouger le cul sur de la dance Hall. J'adore les soirées Ragga, c'est plein de beau mâles en chaleur, jeune éphèbes semblant te supplier de te jeter dans leurs bras musclés... Hélas, en tentant de m'ouvrir, je remarquais dans le même temps que beaucoup d'autres n'en étaient pas au même point et n'assumaient pas leur homosexualité pourtant si flagrante. Vous savez comment on distingue un  homo qui ne s'assume pas ? Très simple, il est homophobe ! 

Ragga anti homophobe : 

Je sent en moi une sensation qui monta
comme un troupeau de bison qui passait sur moi
la nouveauté moi je l'amène dans le ragga
loin des paillettes et tous vos égo tripa

je ne viens pas de la belle caraïbe
j'aime pas le rhum, c'est le whisky qui m'enivre
ça fait longtemps que j'ai arrêté la ganja
mais je continue à lutter contre baylona

reggae, ragga j'aime les valeurs que ça porte
mais pas jusqu'à ce que l'argent ne les emporte
mais pas jusqu'à ce que ça devienne fasciste
macho, homophobe, et ségrégationniste

moi j'aime les gens qui remuent leur cul
sur mes bits et sur ma bite
qu'importe d'où vienne ta rue
l'important c'est que tu soit dessus

à tout le monde moi je donne ma trique
ça c'est enfin un vrai service public
je la donne a tous avec allégresse
sans différence de poids de taille ou de sexe

Jeunes filles en fleur et veilles pétasses
les homo refoulés et les folasses
les trans, les gros  les petits
seront bienvenus dans mon lit

bite dans le cul, bite dans le cul
écarte mes fesses
bite dans le cul, bite dans le cul
je t'en fait la promesse
bati boy et lesbion
si t'aime le ragga
montre que t'emmerde les fachos
cette chanson est pou toi

je veux vous voir vous agiter sur mes rythmes
et tous à poil ne cédez pas à la panique
gang bang géant se fait sur place
je monte le son, baisse les rideaux et on y passe

si tu n'approuve pas tu n'as plus qu'à te tirer
si t'es virulent c'est que t'as quelque chose à prouver
laisse tes idées naz et vient ici
assied toi sur moi je sais que tu en as envie

spécial dédicace à tous les homophobes
qui dans le ragga sont si nombreux que ça déborde
demandez à chris et admiral T
de vous faire un petit mix et poser sur l'homophobie

Si t'es pas homophobe mais juste pas homophile
si tu casse pas tu pd mais t'as peur qu'ils t'enfilent
si tu supporte pas qu'ils se roulent une pelle dans la rue
vas'y détent toi ils ne vont pas te sauter dessus

A tous les homos et les homos friendly
envahissons le ragga comme une épidémie
et chassons en les conservateurs mal baisés
qui ne veulent pas des homos mais que ça fait fantasmer

bite dans le cul, bite dans le cul
écarte mes fesses
bite dans le cul, bite dans le cul
je t'en fait la promesse
bati boy et lesbion
si t'aime le ragga
montre que t'emmerde les fasco
cette chanson est pou toi

encore aujourd'hui c'est pas facile d'être PD
que tu vive ici, à la campagne, dans les cités
je ne sais pas pourquoi il y a des gens que ça révolte
quand on s'assume devant eux ils doivent jouer le rôle

du héros dans l'expédition punitive
qui chassait du monde les méchants quand ils arrivent
il fait des remake de la st Barthelemy
il trouve ça normal mais ne vaut pas mieux que les nazis

il pense que le racisme ne vaut que pour les races
pas pour autre chose alors pour les homos ça passe
souvent dans les soirées j'entendais ces théories
je n'ai pas pu supporter mais je vois bien que d'autre si

cautionner dans le silence la violence et la haine
ne vaux pas mieux pour toi que si tu votais FN
tous ceux qui se complaisaient dans le régime de vichy
tu les vois si loin moi je les vois ici... 

Alors j'aurais pu me lancer à fond dans les hommes, devenir un defrustreur d'homos refoulés professionnel...Mais il fallait que j'aille plus loin. Les femmes hantaient encore mes hormones et je ne trouvait pas en moi la force de comprendre pourquoi mes relations avec elles me frustraient autant. Comment faire pour mieux les comprendre. Et bien, tel le Harry Roselmack du pauvre, j'ai décidé d'entrer en immersion et de devenir moi même une femme. Olga, c'est elle, c'est moi ! 

Message d'olga :


Ma bite, ne me sert à rien
je voudrais qu'elle disparaisse
comme mes poils et ma culture masculine de merde

J'aurais voulu qu'on me laisse gamin doigter ma Nénuco
et aujourd'hui pour me venger je me fout des majorettes dans le cul
des extranimals dans l'oignon, des dinosaures dans la rondelle
et le pire c'est que ça ne suffit même pas !!!!

J'aurais voulu m'habiller de rose et qu'on me laisse me piquer aux épines de la discrimination sexuée ambiante dès mon plus jeune âge, histoire que j'en prenne l'habitude
J'aurais voulu gagner 20% de moins qu'un homme, histoire que j'ai assez les nerfs pour faire bouffer leurs couilles à mes patrons aussi patriarcaux, qu'esclavagistes

J'aurais voulu ne pas être obligé de porter des talons qui niquent les genoux, des bas qu'il faut remonter toutes les 30 secondes, des strings qui irritent l'anus, des jupes dans lesquelles on se pèle les miches, du mascara à s'en décoller la rétine, du fond de teint à avoir la peau d'une vieille de 60 ans à 40, pour qu'on puisse me distinguer de la condition sexuée à laquelle on m'a assignée depuis ma naissance.

J'aurais voulu que ça se voit pas sur ma gueule que j'ai une bite, que mes hormones mâles ne m'aient pas donné un menton tellement carré qu'il faille que je compense par 3 kilos de rouge à lèvre rouge pute, tous les 3 quarts d'heures...

Mais c'est pas le cas et une bonne moitié des gens qui me voient ici pensent que je suis une folle, ou un homo refoulé qui se sert d'un déguisement comme bouc émissaire de sa frustration sexuelle, due à sa culture d'hétéro nourri aux œillères sociétales.

Je voudrais simplement vous dire que si j'ai décidé de m'habiller comme une pute, c'est parce que c'est vous qui trouvez que ça fait pute. J'aurais voulu être Olga en jogging basket, mais comme vous êtes de gros sexistes, vous ne m'auriez pas reconnu sans tout ce folklore.

Alors amusez vous dans vos certitudes et sachez que pendant que vous vous amusez, je m'amuse aussi à imaginer qu'à chaque parole que je sème, c'est une de mes déjection qui finit au fond de votre gorge, alors avalez, avalez et vous vivrez heureux, vous verrez ! 

En tant que femme, j'ai alors voulu faire comme elles, me normer comme une femme, pour être de l'autre côté de la barrière, du côté des princesses passives. Je me suis alors inscrite sur les sites de rencontres pour trouver mon prince charmant. (on peut faire une petite description des sites de rencontre). 

La pensée d'un truite

Envie de baiser
envie de sécurité
d'avoir un doudou dans mon lit
pour me protéger, un abonné
pension alimentaire à vie
là je suis seule
et je n'en peu plus
de devoir seule gérer ma vie
trop l'habitude d'être assisté
par le sexisme que je subit

Chacun sa place et c'est la mienne
de trouver chaussure à mon pied
qu'importe que mes orteils en saignent
de n'avoir pas su me chausser
je ne veux pas finir vieille fille
la ménopausée sans enfants
il faudra qu'un jour je me marie
et que je me trouve un prétendant

Les petites annonces, plus dans le journal
sur internet j'ouvre ma page
et me sent de suite désirée
ma messagerie à explosée
facile de parler quand on est loin
tous les relous qui ne t'abordent pas
se rajoutent à ceux qu'y a dans la rue
au moins eux se branlent, ne te pelotent pas

Le résultat de cette affaire
m'a fait rencontré trois pervers
qui m'ont vu quatre à cinq secondes
avant que je ne les trouve immondes
me voilà pas plus accompagné
qu'avant sans mon ordinateur
j'aurais pu dire que j'ai essayer
d'avoir échangé ma sueur..

sites de rencontres
je me rend compte
à quel point j'ai fait ce qu'on veut moi
guider ma vie de servitudes
traditions culturelles en soit
et si enfin je faisais autre chose
que de vouloir à tout prix une bite
peut-être que ça serait la cause
de l'évasion de la pensée d'une truite... 


Et ça a marrché, j'ai rencontré plein de gros cons de bluesmen de la main droite qui ne méritent pas qu'on les baisent autrement que comme des étoiles de mer...Et biensure, on ne prend pas plus de plaisir qu'eux. A quoi bon la relation sexuelle finallement. Mais j'ai finis par y trouver mon intérêt...
Tant qu'à faire et vu le succès naissant de cette jeune première de Olga, je me suis dit qu'il était temps de rentabiliser. Après tout, la prostitution n'est-elle pas un métier d'avenir, puisque plus vieux métier du monde ? Finalement, le commerce de mon cul est déjà avéré, cela ne ferait que donner une reconnaissance officielle à mon statut ! 


Olga, une pute : 

 

 

Je me sent comme une pute,
qu'on a vidé après usage
en vieux rasoir bic à la lame
aplatie par mes larmes
et je m'en jettent des expirants
pour que le futur arrive plus vite
pour croquer la vie sans les dents
en me gavant de dentifrice 

Coincé là au fond du placard
on me prend là bien comme on peut
quand on me retrouve dans mon col-tard
quand on voit que sous le neuf, y a du vieux
la pomme était déjà flétrie
bien envahie de champignon
ne provoquant pas grande envie
de la dévorer jusqu'au trognon

Mais faut bien dire que si on me cherche
c'est qu'on est vraiment sur les dents
et ces gens là bien à la dèche
en paieront le prix au comptant
même si je suis une grosse fripée
si ça me rapporte de l'argent
j'irais surement pas me priver
du seul bon jus tiré des glands

Je suis Olga
Je suis une pute
50 euros les 20mn
pour ceux qui n'ont rien trouvé d'autre

Je suis Olga
Je suis une pute
50 euros les 20mn
sur vos misères moi je me vautre  



Alors dans tout ça, l'amour c'est quoi ? 

De mon point de vue, l'amour, c'est d'abord frustrant, car quand on tombe amoureux, il arrive souvent que la civilisation coincée du cul nous empêche de vivre ça correctement : 

Chagrin d'alcool

Oh, jolie Asia

tu as fais de moi

ce que je suis devenu

voilà le résultat

tu sais

tout ce que je t'ai aimé

n'est pas à la mesure

de ce que je t'en ai voulu

mais je n'ai jamais pu

oublier ton visage

comme étant obsédé

par ce que je n'ai plus

mais je n'ai jamais pu

oublier ce putain de visage

que jamais je ne verrais plus

 

Ça fais longtemps que t'ai parti

j'ai perdu la moitié de moi

j'ai abusé pour compenser

je n'avais pas de deuxième fois

et j'oubliais si vite qu'après

le dernier verre y'a le suivant

que l'on boit si péniblement

mais pas autant que le suivant

j'ai bouffé du gamma GT

pour te libérer de mes pensées

ca revient comme un élastique

une fois que j'ai digéré ma cuite

tu m'as donné ma licence 4

sans toi c'est ma santé qu'j'éclate

maintenant elle ne me sert à rien

a part à déprimer sans fin

 

Je me suis dis que la vie ça cirrhose

qu'elle arrive tôt que je me repose

et si dans la mort tu me hante

alors je me tuerais encore

encore

Asia, c'est à chier

avec un a...sia

Asia, c'est à chier

avec un a...

 

Je pense à toi

tu dois traîner ton cul

dans les rues de Poznan

tu veille sur ta marmaille

tu veille à c'qu'elle s'éveille

et toi tu seras vieille

bien avant qu'je sois heureux

 

et peut-être que c'est mieux

moi j'aime pas les enfants

parce que ça devient vieux

et la ça se rend compte

qu'il vaut mieux compenser

moi j'ai choisi l'alcool

toi la sécurité

 

un mari qui t'attends

des mômes pour t'occuper

et ta vie en passant

se passe de liberté

moi je t'aurais aimé

mais pour les femmes mariées

aimer est autre chose

que les choses passionnées

 

je dois te laisser

ma vie sans goût m'attend

pourquoi donc me presser

ce n'est pas si important

de se jeter dans le fade

mais cette vie est la seule

qui désormais m'accueille

puisque tu ne le peut pas

 

alors j'irais par là

et finirai ici

tu ne me verra pas

me noyer dans le moisi

peut-être que j'exagère

mais je m'en fou c'est ma vie

si j'appelle la misère

la je suis bien servi

 

j'étais un grand rêveur

il a été prouvé

que l'on ne rêve pas debout

encore moins empaillé

je suis seul dans ma bulle

ou toi seule est entré

las je suis somnambule

je ne veut pas me réveiller

 

 

et je vis dans un mensonge

et c'est mieux que dans la merde

c'est en restant dans des songes

que l'on oublie

que l'on s'emmerde

que l'on oubli

que l'on s'emmerde...


Et puis on peut aussi dire que souvent on s'entiche de gens qui ne savent pas vraiment ce qu'ils veulent. Du coups, on ne se sent mal, donc l'amour c'est aussi de la souffrance.

On ira pas plus loin : 

Je te regarde

tu vois loin

ou je m'égare

sur ton chemin

je suis perdu dans les méandres

de tes valeurs et leur contraire

l'indécision dont tu fais preuve

fait naître en moi quelques ranqueurs

j'avais commencé un voyage

qui se voit maintenant terminé

 

La distance éfface les sillons

de l'ancienne animosité

c'est au carrefour que je te suis

mais tu me dis

 

Que nous n'irons pas plus loin

que nous n'irons pas plus loin

que nous n'irons pas plus loin

que nous n'irons pas...

 

Faisons table rase du passé

connerie de philosophie de mes deux

mes valises que j'ai amassé

par ton souvenir au coin des yeux

mes insomnies au quotidien

rendant mes nuits comme peau de chagrin

font que t'es pas vraiment parti

que ton corps reste dans le mien

 

marchant tout seul pour deux personnes

m'a bien fait user mes semelles

quand je bouge je déplace des tonnes

jusqu'à m'en exploser les veines

je trace les lignes que j'ai semé

bientôt y pousseront des rosiers

je reste las

je ne fais plus rien

je pense à toi...

 

Mais nous n'irons pas plus loin

mais nous n'irons pas plus loin

mais nous n'irons pas plus loin

que la distance de ma bite à mon cerveau

mais nous n'irons pas la haut...


Mais l'amour, c'est avant tout une envie incomenssurable de bouffer son prochain ou sa prochaine, c'est une pulsion animale qui rend irrésistible tout ce qu'on pourrait trouver dégueu, donc la souffrance, la frustration, les excréments...

L'amour dégueu

A sentir ton haleine fermentée de la veille
que le manque de salive n'a pas su distiller
des odeurs de clope froide au matin émerveillent
sous tes dents bien noircies, comme un vieux cendrier

Coin de yeux, des narines, des sédimentations
dans la gorge quelques glaires raclées de quintes à foison
ronflement de baleine altère mon audition
le chemin qu'a pris l'air pour atteindre tes poumons

Et tes règles ont coulées par dessus le protège slip
l'odeur a fermentée, pue le vieux sang et la pisse
qui a coulée sur tes mains et tes ongles rongés
ont donnés à tes doigts la douceur d'un rosier

Et je suis bien la dedans, entre tes tentacules
évita dans ma vie, l'ablation de testicules
ma vie sentimentale ne m'a rien apportée
avant de vouloir bouffer ce que ton corps a rejeté.

Vos putains de preuves d'amour achetées dans les boutiques
ne tiennent pas un discours dans vos couples mutiques
supporter votre moitié planqué dans du parfum
pour vous faire oublier le dégout de votre conjoint

Sécrétion vaginales, gland qui sent la crevette
des herpès génitale, jusqu'à ce que l'on en saigne
font parti de l'amour, font partis de la vie
vos puritains détours, font partis de votre connerie

Donc les amis, tout ce que je viens de faire, ne sert à rien de plus qu'à ce raconter des conneries comme quoi on pourrait comprendre comment les choses se passent, comment notre corps réagit, pourquoi en matière de ce qu'on appelle amour, en matière de cul, en matière de frustration, on ne maîtrise pas les choses, on ne maîtrise pas ce qu'on fait. Mieux vaut en fait ne pas se poser trop de question et faire pour contenter nos hormones. Le renard, quand il baise, ne réfléchi pas au pourquoi il baise et il a bien raison. A la base, nous sommes des animaux et nous devons baiser pour nous reproduire; Aujourd'hui on est plus obligé de se reproduire à chaque fois, alors profitons en ! 

Cynique baiseur

J'étais un soupirant, comme dans les contes de fée
un putain de prince charmant, qui n'a jamais charmé
tout pour l'amour mondain, rien pour se soulager
j'avançais le corps plein, de sève à diffuser

Les bras balant déçu, de ne jamais voir un cul
d'entendre les culs parler, de e que j'aurais voulu
à force de fantasmer, la voie lactée dans le slip
j'ai bien trop contempler, sans me faire croquer la frite

Depuis que je suis cynique, je nique
depuis que je suis à l'aise, je baise
depuis que je suis léger, je prend mon pied
je me fais bien moins chier, et beaucoup plus sucer

Dans le monde des faux culs, le sincère est couillon
la morale se chie dessus, tu te fais prendre pour un con
le mépris est vendeur et tous les pots de miel
jouant de leur odeur, attirent toutes les abeilles

Je ne suis pas un insecte, qui se colle à la bouche
des princesses de misère, qu'on enfile comme des babouches
je te suis, tu me fuis et pourquoi pas l'inverse
à partir d'aujourd'hui, mon lit sera plein de fesses

Depuis que je suis cynique, je nique
depuis que je suis à l'aise, je baise
depuis que je suis léger, je prend mon pied
je me fais bien moins chier, et beaucoup plus sucer

 

 

 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Gustavson 's Blog
  • Gustavson 's Blog
  • : Le Gustavson 's Blog, c'est la vision de Gustavson, auteur-compositeur, sur le monde qui nous entoure. Articles, chansons militanto graveleuses et bien plus encore voilà ce qui vous attend sur ce portail. Chaque jour des nouveautés et des impressions à chaud sur l'actualité de notre beau monde égalitariste... Revendicateur, contradicteur, héros de l'absurde ou simple curieux, soyez les bienvenus !
  • Contact

Recherche