Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 23:41

5233347174_fa432ce3a9.jpg

 

L'extérieur

 

Texte issu de l'atelier "Merimamimir", tous les lundis, de 18h30 à 21h, à la Maison Mimir, 18 rue Prechter, Strasbourg.

 

L'absurde ne mène nulle part
mais s'il existe, c'est bien qu'il sert à quelque chose
et s'il ne sert à rien, n'est-ce pas utile ? Une chose qui ne sert à rien ?
Une chose qui ne sert à rien n'aurait-elle pas droit de cité ? Mais elle servirait à qui, cette chose ?
A vous, à moi, est-ce que les mêmes choses servent aux mêmes gens ? Est-ce que les choses doivent être à notre service ?
Ne pourrait-elles pas se foutre de notre gueule ? Se moquer de nous ?

L'absurde dénonce l'utile, l'utilitarisme.
L'absurde ne sert à rien d'autre que ce qu'il est. Être différent de ce qui ne l'est pas,
créer un décalage, faire voire autre chose que ce que l'on propose habituellement, que l'on touche facilement, qui remplit les rayons.
Un vieux gâteau pourri coincé sous l'étalage, sa vénération, ça ne sert à rien, mais dans le fond, n'est-ce pas plus original de vénérer un vieux bout de gâteau pourri qu'on ne mangera pas, que la fée consommatrice qui nous fait nous gaver de choses insignifiantes, que l'on nous a fait croire comme utiles mais qui ne servent à rien au final ? Tout comme le vieux gâteau pourri...
Ce gâteau pourri se démarque et, de ce fait, parait plus intéressant que tout le reste, accessible, que l'on a pas besoin de chercher, que l'on mâche presque pour nous. L'absurde c'est le décalage entre notre connerie utilitariste concrète et une chose improbable qui au final à peut-être plus de sens.

Repost 0
Published by GUSTAVSON's BLOG - dans Monologue
commenter cet article
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 16:55

5252087430_137c07abeb.jpg

 

La main invisible

Joyeux anniversaire Nicolas

 

Un homme me dit, j'étais à une formation pôle emploi, une formation faite par une boite privée, formant les chômeurs à se trouver une place dans le monde des actifs occupés, en usant des méthodes managériales modernes pour confronter ces oubliés du salariat, au dure monde du travail. Et j'entends, pas directement, par cet homme, ce qui fut dit durant cette formation et ça me fait froid dans le dos. "Si vous ne faites pas comme ça, si vous n'apprenez pas à fonctionner autrement, à vous soumettre au marché, à vous conformer à ses lois, vous êtes morts !". Vous êtes mort, c'est très fort comme mots, c'est symbolique. La marginalisation, la mise à l'écart de l'emploi, de la norme commune des critères d'acceptation de la société, c'est la mort, la mort sociale, vous n'existez plus, vous êtes des moins que rien, des vaut rien...Vous ne méritez pas de vivre socialement, vous êtes plus que bannis, vous êtes morts, vous avez existé, mais vous n'existez plus. Pour moi, pas de souci, votre monde, je ne le cautionne pas, je ne l'aime pas, je voudrais en changer, je suis à côté, je vis dedans, mais à côté et je ne peux pas faire autrement, je ne peux pas faire semblant d'être quelqu'un d'autre, comme tous les autres font semblant, pour s'insérer, être acceptés, protégés, esclaves de la société...Et ça me plais parfois d'être moi même, même si d'autre fois c'est un peu chiant. Mais pour beaucoup de ces gens, qui fréquentent les formations du pôle emploi, qui veulent être dans la société, mais qui sont au chômage, qui croient à leur come back dans le monde "normal", "normé"...Ceux là, à qui l'on dit, "si tu ne réussi pas, tu es mort", ceux là, s'il échouent, ne trouvent pas de travail, pour faire vivre leur famille, pour être à nouveau considérés, fier d'eux, ceux là, ils auront peut-être envie de se tuer. Tout ça à cause de connards d'ambitieux payés au résultat selon la réussite des participants à cette foutu formation de merde. Ils veulent réussir ces cons là, quitte à faire du petit bois, donner envie à des personnes de se tuer, de les humilier, de les traiter comme de merde, alors qu'ils n'ont en aucun cas la légitimité de juger qui est une merde et qui ne l'est pas.

Non vous n'êtes pas mort, non vous n'êtes pas des merdes et si la société ne veut plus de vous, barrés vous, faites comme moi, révoltez vous et quand on sera assez nombreux on foutera un bordel, on ira trouver les formateurs du pôle emploi et on leur balancera des sots de merde à la gueule, histoire de réviser leur jugement d'attribution du rôle de merde par la société. On est pas mort et on les emmerdent, voilà le message, on est là, on est vivant, emmerdons les, emmerdons les !

Repost 0
Published by GUSTAVSON's BLOG - dans Monologue
commenter cet article
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 15:16

60457 133624426685495 100001138156420 169270 6588039 n

 

Les anges

 

Alors ! On fait semblant de ne pas être là ?!
On voudrait se faire tout petit, se fondre dans la masse ?
Moi je vous vois, je vous ai vu !

ça fait un moment que j'observe votre petit manège
de soumis du système pensant former un tout avec vos semblables.
Vous ne trompez que vous, chers amis, vous ne trompez que vous !

Auriez vous cru qu'en mettant du lait dans vos céréales, on ne distinguerait plus les grains ?
Que se sont des grains uniques, qu'ils n'ont pas la même forme, la même proportion ?
Allez-y ! Rajoutez du miel, rendez le tout visqueux, on vous verra quand même
comme je vous vois, comme vous voyez que je vous voix, ça vous énerve !
Moi aussi vous m'énervez comme la froideur de l'hiver, comme l'été déséché,
comme les choses évidentes, faciles d'accès, que l'on croit incontournables, irrémédiables...

Et si je disais que non ! Et si je disais que je vous donne le pouvoir, pour rien, comme ça
d'un coups, c'est vous qui décidez, que décidez-vous ?
J'attends. Vous décidez quoi bordel ! Décidez, Ou je décide pour vous !
Si vous ne prenez pas de décision, vous allez être dans la merde.
Vous voulez être dans la merde ? Vous aimez la merde ?
A force d'y être vous vous y êtes habitué, vous avez finis par aimer çà !

Vous êtes des scatophiles, des scatophiles uniformes.
Vous bouffez le même genre de merde, vous faites le même genre de merde,
vous êtes le même genre de grain de céréale, mais vous n'êtes pas les mêmes céréales !
Pourquoi faire la même merde alors ? Ça doit vous demander un effort !
Vous devez calculer pour calibrer vos merdes selon le modèle commun !
votre facilité en est-elle vraiment une ?...
Est-ce qu'on vous aurait pas couillonné ?

Quitte à vouloir vous agglutiner aux autres céréales à tout prix,
pourquoi ne pas essayer d'en faire quelque chose de bon.
Pas un gros truc informe et visqueux comme vous faites d'habitude,
quelque chose de bon, qui vous sublimerait, ou vous serez bien,
ou vous arrêterez de polluer votre bol,
quelque chose de bien, aussi bien que l'on puisse faire quand on est un  foutu grain de céréale...

Repost 0
Published by GUSTAVSON's BLOG - dans Monologue
commenter cet article

Présentation

  • : Gustavson 's Blog
  • Gustavson 's Blog
  • : Le Gustavson 's Blog, c'est la vision de Gustavson, auteur-compositeur, sur le monde qui nous entoure. Articles, chansons militanto graveleuses et bien plus encore voilà ce qui vous attend sur ce portail. Chaque jour des nouveautés et des impressions à chaud sur l'actualité de notre beau monde égalitariste... Revendicateur, contradicteur, héros de l'absurde ou simple curieux, soyez les bienvenus !
  • Contact

Recherche